Newsletter







Identifiez-vous




La librairie

    • La librairie Compagnie
    • 58, rue des Ecoles
      75005 Paris
    • Téléphone
    • 01 43 26 45 36
    • Fax
    • 01 46 34 63 37
    • Horaires
    • du lundi au samedi de 10h30 à 20h15

 [BRÉSIL] (Campos, État de Rio de Janeiro, 1914 – Niterói, État de Rio de Janeiro, 1989). Journaliste. Après un premier roman paru en 1939 (Olha para o céu, Frederico), le second, publié vingt-cinq ans plus tard, est par l’utilisation du fantastique et de l’humour, une contribution très originale à la littérature du sertâo Le Colonel et le loup-garou (O Coronel e o Lobisomen, 1964), plusieurs fois adapté au cinéma et à la télévision (1979, 1982, 2005). On lui doit également un troisième roman inachevé (O Rei Baltazar) et quatre recueils de nouvelles (Porque Lulu Bergatntim Não Atravessou o Rubicon, 1974, 2008 ; Ninguém Mata o Arco-íris, 1972, 2012 ; Um Ninho de Mafagafes Cheio de Mafagafinhos, 1984, 2011 ; Se Eu Morrer Telefone para o Céu, 2010).

 

LIVRES (Traductions françaises)

ISBN — Le Colonel et le loup-garou (O Coronel e o Lobisomen. Deixados do Oficial Superior da Guarda Nacional, Ponciano de Azeredo Furtado, natural da praça de São Salvador de Campos dos Goitacases, 1964), traduit du portugais (Brésil) par José Carlos Gonzales. [Paris], Éditions Gallimard, « Du monde entier », 1978, 384 pages.

Grand hâbleur et pourfendeur de loups-garous et autres fantômes, matamore redresseur de torts, le « colonel » possède à outrance les vertus et les travers des grands propriétaires fonciers brésiliens, si bien qu’il tient à la fois de Don Quichotte et de Sancho Pança. Ponciano de Azeredo Furtado règne, à la fin du XIXe siècle, en maître absolu sur sa terre de Sobradinho, sur les bêtes et les hommes qui l’habitent. Nous sommes dans ce « sertão », maintes fois célébré par les écrivains et cinéastes brésiliens, dans ce Nord-Est hanté par les cataclysmes naturels, où la frontière entre le réel et le fantastique demeure incertaine. Pour les populations sous-développées qu’il gouverne, le « colonel » est bien plus qu’un homme. Ce « patron » invincible par les forces naturelles ou surnaturelles est une institution, mais surtout un mythe. Voilà pourtant que l’amour fou l’entraîne à la ville, parmi les hommes d’affaires magouilleurs et les politiciens véreux. Ruiné, berné par sa belle, il retourne à Sobradinho anéanti mais invaincu pour livrer un dernier combat au loup-garou « père de toutes les méchancetés » et raconter lui-même son passage dans l’au-delà. Autour du « colonel » s’agitent des comparses qui n’ont rien à lui envier en matière d’extravagance et de réalisme haut en couleurs : planteurs, fausses ingénues en quête de mari, apothicaires libidineux, curé prêcheurs. Tout ce monde vit aux lisières d’un univers peuplé de faune fabuleuse : onces, sirènes, serpents, loups-cerviers supposés « garous »... (Présentation de léditeur)

 




Haut de page >

Dictionnaire des auteurs

Dictionnaire

Haut de page >