Newsletter







Identifiez-vous




La librairie

    • La librairie Compagnie
    • 58, rue des Ecoles
      75005 Paris
    • Téléphone
    • 01 43 26 45 36
    • Fax
    • 01 46 34 63 37
    • Horaires
    • du lundi au samedi de 10h30 à 20h15

CARVALHO, Campos de

 [BRÉSIL] (Uberaba, État du Minas Gerais, 1916 – São Paulo, 1998). Wálter Campos de Carvalho. Après avoir pris sa retraite comme procureur de la République en 1938, il se consacre à l’écriture. Il a d’abord publié des essais humoristiques (Banda forra, 1941), suivi de plusieurs romans : Tribo (1954), La Lune vient dAsie (A lua vem da Ásia, 1956), La Pluie immobile (A chuva imóvel, 1963), La Vache au nez subtil (Vaca de Nariz Sutil, 1961) et 330 Púcaro Búlgaro (1964), aujourd’hui considérés comme des œuvres fondatrices.

« Campos de Carvalho cherche dans la tradition des premiers modernistes, à rétrécir le temps et l’espace, à les faire devenir de monstrueuses miniatures. Et cela en utilisant un procédé très particulier d’humour terroriste, nihiliste, qui détruit la logique du discours en élaborant avec une rigueur obsessionnelle une forme de folie libératrice. “ À seize ans, je tuai mon professeur de logique. ” Ainsi commence la confession tragi-comique du narrateur fantomatique de La Lune vient dAsie (1956), et ces premières lignes peuvent résumer l’essentiel de ce premier des quatre principaux romans de l’auteur parus entre 1956 et 1964. Campos de Carvalho et son narrateur (un sombre reflet de l’écrivain lui-même en proie aux fantasmes de la création) passent leur temps à tuer la logique, que ce soit celle du temps et de l’espace ou celle de l’intrigue et du contenu du roman. Ils atteignent alors cette logique suprême de la folie qui constitue pour eux une saine réaction aux univers concentrationnaires de notre époque » (Alvaro Manuel Machado).

 

LIVRES (Traductions françaises)

ISBN [FICHE LIVRE]La Lune vient dAsie (A lua vem da Ásia, 1956), roman, traduit du portugais (Brésil) par Alice Raillard. [Paris], Éditions Albin Michel, « Les Grandes traductions », 1976, 192 pages, épuisé.

 

ISBN [FICHE LIVRE]La Pluie immobile (A chuva imóvel, 1963), roman, traduit du portugais (Brésil) par Alice Raillard. [Paris], Éditions Albin Michel, « Les Grandes traductions », 1980, 160 pages, épuisé.

 

ISBN [FICHE LIVRE]La Vache au nez subtil (Vaca de Nariz Sutil, 1961), roman, traduit du portugais du Brésil par Emmanuel Tugny. [Paris], Éditions Léo Scheer, 2011, 104 pages.

Survivant de la Première Guerre mondiale, le protagoniste de La Vache au nez subtil est un être désenchanté, brisé par les tranchées, habité par la mort. Il voit le monde avec cynisme et humour, un monde au sein duquel il est à la fois héros et anti-héros monstrueux : alcoolique, schizophrène, antipatriotique, obsédé par le sexe… il dresse un portrait à charge de la société et des méfaits de la guerre. Sa rencontre avec Walkyrie, l’étrange fille de quinze ans d’un gardien de cimetière, va lui faire connaître la pureté de l’amour et la mise au ban de l’humanité. Ce roman a été publié pour la première fois au Brésil en 1961 ; il est emblématique du mouvement surréaliste littéraire brésilien. C’est une œuvre fondatrice à l’univers sombre dont le style rappelle celui du Céline de Voyage au bout de la nuit. Jouant de la langue parlée et de la difficulté de la condition humaine, Campos de Carvalho observe les existences qui l’entourent avec une tragique distance et un lyrisme haletant. On est emporté par la sincérité des émotions, le refus des compromis d’une écriture brute, organique. Le roman porte le titre d’un tableau de Dubuffet : de la vache à celui qui regarde le tableau, n’est pas le plus animal celui qu’on croit… (Présentation de léditeur)

 




Haut de page >

Dictionnaire des auteurs

Dictionnaire

Haut de page >

L'actualité de la librairie RSS FEED TWITTER FEED FACEBOOK FEED

Le billet de la librairie

  • Huysmans et les écrivains "fin-de-siècle"

    On désigne par l’expression “fin de siècle” des mouvements culturels et artistiques français comme le symbolisme, le décadentisme ou encore l’Art nouveau émergeant à la fin du XIXe siècle. Ce que l’on peut nommer comme un esprit ou une sensibilité commune fait souvent référence aux marqueurs culturels qui ont été reconnus comme prégnants au début des années 1880 et 1890, notamment l’ennui, le cynisme, un sentiment de finitude et une forme de mélancolie engendrées par les angoisses lié au progrès technique.

    30 novembre 2019

    >> Lire la suite

Facebook