Newsletter







Identifiez-vous




La librairie

    • La librairie Compagnie
    • 58, rue des Ecoles
      75005 Paris
    • Téléphone
    • 01 43 26 45 36
    • Fax
    • 01 46 34 63 37
    • Horaires
    • du lundi au samedi de 10h30 à 20h15

BRANT, Vera

 [BRÉSIL] (Diamantina, État du Minas Gerais, 1927 – Lago Sul, District fédéral du Brésil, 2014). Maria Vera Teixeira Brant. Écrivain et éducatrice, proche de l’ancien président Juscelino Kubitschek, elle a participé à la fondation de l’université de Brasilia aux côtés de Darcy Ribeiro. Elle a publié des recueils de nouvelles (A ciclotimica, 1975 ; A solidão dos outros, 1982 ; Ensolarando sombras, 1985), des souvenirs (JK. Oreencontro com Brasília, Alice e Helena Morley, Darcy) et sa correspondance avec Carlos Drummond de Andrade (Carlos, meu amigo querido).

 

LIVRES (Traductions françaises)

ISBN [FICHE LIVRE]La Routine des jours. Choix de nouvelles, précédé d’une lettre de Carlos Drummond de Andrade, préface de Napoleão Sabóia, traduit du portugais (Brésil) par Jean Orecchioni, illustrations de Eugenio Hirch. [Paris], Éditions de L’Harmattan, « L’Autre Amérique », 1998, 152 pages.

[Contient : « L’Incomprise » ; « En attendant » ; « Jalousie » ; « D’ici la semaine sainte » ; « L’hôpital » (« O Hospital») ; « Retour en arrière » (« O regresso») ; « Un billet d’avion » ; « Le routier » (« O motorista de caminhão na estrada») ; « Solitudes » (« A solidão dos outros»)].

« Ces nouvelles dévoilent grâce à leur sagesse narrative tout ce qui constitue la routine des jours, avec ses angoisses et ses désespoirs. » Ainsi s’exprime Oscar Niemeyer à propos de ce recueil où se mêlent la tendresse et le sarcasme, le poétique et le cocasse. Les personnages de Vera Brant prennent à témoin le lecteur de la médiocrité de leur destin. Mais qu’on ne s’y trompe pas : derrière l’impertinence des mots, la gouaille d’une langue faussement décontractée, les menus faits de la vie ordinaire, les fruits, les arbres, les visages, les gestes, parlent d’une générosité contenue, d’une solitude assumée, d’une reconnaissance éperdue envers toutes les manifestations de la vie. (Présentation de léditeur)




Haut de page >

Dictionnaire des auteurs

Dictionnaire

Haut de page >

L'actualité de la librairie RSS FEED TWITTER FEED FACEBOOK FEED

Le billet de la librairie

  • Victor Segalen

    Lorsqu’il meurt le 21 Mai 1919 dans la forêt de Huelgoat, Victor Segalen n'a publié que trois livres de son vivant, “Stèles”, “Peintures” et “Les Immémoriaux". Depuis cette date, après une période d’oubli relatif, sa renommée n'a cessé de grandir, s’élargissant au-delà d’un cercle de fidèles lecteurs, faisant de Segalen un “contemporain capital”, reconnu par des écrivains aussi différents que Pierre-Jean Jouve, Philippe Jaccottet ou Edouard Glissant. Sa publication dans La Pléiade ces jours-ci est ainsi la consécration d’une œuvre qui fut, pour une large part, posthume.

    24 novembre 2020

    >> Lire la suite

Facebook