Newsletter







Identifiez-vous




La librairie

    • La librairie Compagnie
    • 58, rue des Ecoles
      75005 Paris
    • Téléphone
    • 01 43 26 45 36
    • Fax
    • 01 46 34 63 37
    • Horaires
    • du lundi au samedi de 10h00 à 18h00

[BRÉSIL] (Papari, État de Rio Grande do Norte, 1810 – Rouen, France, 1885). Nísia Floresta Brasileira Augusta (Dionísia Pinto Faria). Elle a utilisé les pseudonymes de Telesilla et Une Brésilienne. Professeur à Rio de 1838 à 1848, elle effectue de longs séjours en Europe avant de se fixer à Paris. Pionnière du mouvement féministe au Brésil, elle fut une des premières femmes à se battre pour l’abolition de l’esclavage. Elle a collaboré à divers journaux (Brasil Illustrado, O Liberal, Diário de Rio, etc.) et, outre ses ouvrages publiés directement en français, elle a écrit des poèmes et des romans en portugais.

* Éditions françaises au XIXe (toutes épuisées) : Conseils à ma fille (Conselhos a minha filha, 1842), traduit du portugais (Brésil) par Bray de Brayer. [Florene], Imp. Du Monnier, 1859, 52 pages. — Itinéraire dun voyage en France. [Paris], Firmin Didot frères, 1857, 216 pages. — Trois ans en France, suivi de Un voyage en Grèce [Sous le pseudonyme, Une Brésilienne]. [Paris], E. Dentu, vol. 1, 1864, 292 pages, épuisé ; vol. 2, 1872, 358 pages. — Le Brésil, traduit du portugais (Brésil) par Lívia Agusta Gade. [Paris], A. Sagnier, 1871, 52 pages. — Fragments dun ouvrage inédit. Notes biographiques. [Paris], A. Chérié, 1878, 112 pages.

 




Haut de page >

Dictionnaire des auteurs

Dictionnaire

Haut de page >

L'actualité de la librairie RSS FEED TWITTER FEED FACEBOOK FEED

Le billet de la librairie

  • Des "montages littéraires"

    Certains livres défient les lois des classifications littéraires établies. Ni récit, ni roman, peut être un peu tout cela à la fois, donnant ainsi le sentiment au lecteur d’un livre qui s’écrit sous ses yeux, au gré des associations et rapprochements suggérés par l’auteur. Emblématique de ces textes, « Le livre des Passages »(Cerf) de Walter Benjamin, rédigé entre 1927 et 1929, se voulait une exploration rêveuse et inachevée des figures du XIXe siècle à travers des thèmes aussi divers et variés que l’oisiveté, l’ennui, les expositions universelles ou Baudelaire, figure incontournable de cette modernité naissante.

    11 janvier 2021

    >> Lire la suite

Facebook