Newsletter







Identifiez-vous




La librairie

    • La librairie Compagnie
    • 58, rue des Ecoles
      75005 Paris
    • Téléphone
    • 01 43 26 45 36
    • Fax
    • 01 46 34 63 37
    • Horaires
    • du lundi au samedi de 10h30 à 20h15

[BRÉSIL] (São Paulo, 1902 – idem, 1982). Co-directeur de la revue moderniste Estética (1924-25), historien et sociologue, auteur de nombreux ouvrages, notamment de l’étude classique, Racines du Brésil (Raízes do Brasil, 1936), où il retrace l’écart progressif du pays vis-à-vis de ses origines portugaises et agraires, il fut aussi l’un des grands critiques littéraires brésiliens.

 

LIVRES (Traductions françaises)

ISBN [FICHE LIVRE]Racines du Brésil (Raízes do Brasil, 1936), préface de Antônio Cândido, traduit du portugais (Brésil) par Marlyse Meyer, postface à l’édition française de Jorges Forbes. [Paris], Éditions Gallimard, « Arcades » n°56, 1998, 350 pages.

Sérgio Buarque de Holanda a vécu dans un temps où, au Brésil, la vie et la pensée politiques étaient traversées par les systèmes radicaux florissant en Europe. On ne peut l’oublier en le lisant. Esprit ouvert, aigu et généreux, il a donné avec Racines du Brésil un livre clef qui, sans rien ignorer des méthodes et des théories sociologiques allemandes et françaises, a son visage propre. Sa pensée et sa recherche mettent en valeur et expliquent de façon précise et imaginative les données historiques, géographiques et sociales. Elles fournissent en même temps les images fortes qui articulent le récit. Ainsi, dans l’étude de l’établissement des villes en Amérique, l’exemple de deux mentalités : la méthode géométrique des Espagnols et le geste de dissémination des Portugais, pour qui la terre est fondamentale, toujours présente, comme dans la métaphore du titre de l’ouvrage, Racines du Brésil. (Présentation de léditeur)

 




Haut de page >

Dictionnaire des auteurs

Dictionnaire

Haut de page >

L'actualité de la librairie RSS FEED TWITTER FEED FACEBOOK FEED

Le billet de la librairie

  • Visages d'Albert Camus

    Le 4 Janvier 1960, Albert Camus disparaissait dans un accident de voiture. L’auteur de “L’étranger” (Folio) ou encore des “Justes” (Folio) laissait derrière lui une importante oeuvre littéraire et philosophique traversée par des questionnements moraux et politiques dont l’actualité ne cesse de trouver des échos aujourd’hui et parfois les plus inattendus comme en témoigne le succès récent de “La peste” (Folio). Alors soixante après sa disparition, quel est l’héritage philosophique et littéraire d’Albert Camus ? Et en quoi la publication de récentes correspondances nous éclairent-elles sur le soubassement intime de l’oeuvre ?

    10 mars 2020

    >> Lire la suite

Facebook