Newsletter







Identifiez-vous




La librairie

    • La librairie Compagnie
    • 58, rue des Ecoles
      75005 Paris
    • Téléphone
    • 01 43 26 45 36
    • Fax
    • 01 46 34 63 37
    • Horaires
    • du lundi au samedi de 10h00 à 18h00

MORAIS, Alcine de

[BRÉSIL] (État du Minas Gerais). Poétesse carioca. Son recueil Œil d’eau (Olho d’água, 2004-2010), est un hymne à sa vie vécue auprès du poète et journaliste Fernando Ferreira de Loanda (1924-2002).

 

LIVRES (Traductions françaises)

ISBN — Œil d’eau / Olho d’água (version augmentée de l’édition de 2004). Édition biligue, poèmes, traduit du portugais (Brésil) par Marc Galan et Athanase Vantchev de Thracy. [Montigny-le-Bretonneux], Éditions Yvelinédition, « Divine », 2010, 112 pages.

Pourquoi ai-je écrit de la poésie ? Je suppose que c’est dû à l’exaltation qui s’empare de moi « sans ma permission », et qui m’a, depuis longtemps, amenée à prendre des notes imprégnées de sentiment qui, à la longue, sont devenues des poèmes. De même, il y a eu le désir d’aller de l’avant par rapport à la poésie et aux poètes qui m’ont précédée. Cette façon d’agir semble proche du mode d’écrire, étant donné la présence des choses dans le monde et le vide entre elles et nous. C’est dans ce désert que les yeux du poète deviennent plus perçants et que leur vision provoque la naissance de la poésie. Chaque poète appartient à son temps, à sa génération, toujours seul malgré le soutien de ceux qui nous sont proches et nous comprennent. (Alcina Morais)

 




Haut de page >

Dictionnaire des auteurs

Dictionnaire

Haut de page >

L'actualité de la librairie RSS FEED TWITTER FEED FACEBOOK FEED

Le billet de la librairie

  • Des "montages littéraires"

    Certains livres défient les lois des classifications littéraires établies. Ni récit, ni roman, peut être un peu tout cela à la fois, donnant ainsi le sentiment au lecteur d’un livre qui s’écrit sous ses yeux, au gré des associations et rapprochements suggérés par l’auteur. Emblématique de ces textes, « Le livre des Passages »(Cerf) de Walter Benjamin, rédigé entre 1927 et 1929, se voulait une exploration rêveuse et inachevée des figures du XIXe siècle à travers des thèmes aussi divers et variés que l’oisiveté, l’ennui, les expositions universelles ou Baudelaire, figure incontournable de cette modernité naissante.

    11 janvier 2021

    >> Lire la suite

Facebook