Newsletter







Identifiez-vous




La librairie

    • La librairie Compagnie
    • 58, rue des Ecoles
      75005 Paris
    • Téléphone
    • 01 43 26 45 36
    • Fax
    • 01 46 34 63 37
    • Horaires
    • du lundi au samedi de 10h30 à 20h15

QUEIROZ, Rachel de

[BRÉSIL] (Fortaleza, État du Ceará, 1910 – Rio de Janeiro, 2003). Raquel de Queirós. À dix-sept ans, elle débute dans le journalisme et, à vingt, elle publie son premier roman : L’Année de la grande sécheresse / La Terre de la grande soif (O Quinze, 1930), qui, reprenant la leçon de Gilberto Freyre, marque avec éclat l’irruption du courant nordestin dans la littérature (la seconde phase du modernisme). Ce court récit, situé pendant la terrifiante sécheresse de 1916, est suivi de Jean Miguel (João Miguel, 1932), roman des travaux et des jours d’un paysan à l’âme simple et entière, emprisonné pour avoir commis un meurtre pendant une crise d’éthylisme. Suivront une trentaine de livres : des romans, comme Dora, Doralina (Dora, Doralina, 1975), chronique d’une vieille femme du sertão, humble et généreuse, des nouvelles, des chroniques, des récits jeunesse, des mémoires, des poèmes ainsi que des pièces de théâtre (Lampião, 1953 ; A Beata Maria do Egito, 1958), des traductions, des scénarios (des adaptations de ses romans ; O cangaceiro, réal. Lima Barreto, 1953). Première femme à être élue à l’Académie brésilienne des lettres (1978), dans les années 30, elle fit de la prison pour activités communistes.

 


LIVRES (Traductions françaises)

ISBN — LAnnée de la grande sécheresse (O quinze, 1930), roman, traduit du portugais (Brésil) par Jane Lessa et Didier Voïta. [Paris], Éditions Stock, « Bibliothèque Cosmopolite », 1986, 144 pages, épuisé.

* Nouvelle traduction sous le titre :

ISBN — La Terre de la grande soif, roman, traduit du portugais (Brésil) par Paula Anacaona ; illustrations de André Diniz. [Paris], Éditions Anacaona, « Terra », 2014, 192 pages.

En 1915, le Nordeste du Brésil est ravagé par une des pires sécheresses de son histoire. Les morts se comptent par centaines de milliers, des villages entiers sont abandonnés, et un demi-million de réfugiés se retrouvent sur les routes. Ce roman, un classique au Brésil, raconte l’histoire d’une famille en exode, qui a abandonné sa ferme et avance entre des collines caillouteuses, des plateaux hérissés de cactus et des carcasses de vaches tombées de soif, où tout ce qui est comestible a été becqueté par les vautours. À tout juste 18 ans, Rachel de Queiroz a écrit un roman profondément réaliste et social sur sa terre – une terre calcinée, dévastée, de cendre et de feu. Voici l’âme du sertão et de son peuple dans cette littérature de la terre natale. (Présentation de léditeur)

 

ISBN [FICHE LIVRE]Jean Miguel (João Miguel, 1932), roman, traduit du portugais (Brésil) par Mário Carelli. [Paris], Éditions Stock, « Nouveau Cabinet Cosmopolite », 1984, 192 pages, épuisé.

* Nouvelle traduction sous le titre :

ISBN — João Miguel, roman, traduit du portugais (Brésil) par Paula Anacaona ; illustrations d’André Diniz. [Paris], Éditions Anacaona, 2015, 172 pages.

Dans une petite ville de la campagne Nordeste, un homme est emprisonné pour meurtre. Il prend peu à peu conscience de la gravité de son acte. Un roman d'introspection qui analyse la psychologie du prisonnier. (Présentation de l'éditeur)

ISBN — Dôra, Doralina (Dora, Doralina, 1975), roman, traduit du portugais et présenté par Mário Carelli. [Paris], Éditions Stock, « Nouveau Cabinet Cosmopolite », 1980, 344 pages, épuisé.

 

ISBN [FICHE LIVRE]Maria Moura (Memorial de Maria Moura, 1992), roman, traduit du portugais (Brésil) par Cécile Tricoire. [Paris], Éditions A-M. Métailié, « Bibliothèque brésilienne », 1995, 440 pages. 

* Réédition :

ISBN [FICHE LIVRE]Maria Moura. [Paris], Éditions A-M. Métailié, « Suites », 2009, 528 pages.

« Au petit matin, dans une église encore sombre. La jeune fille agenouillée parlant dune voix rauque :

– Mon Père, je me confesse parce que jai péché… Jai commis un grand péché… le péché de chair… Avec un homme… Mon beau-père ! Et le pire cest que maintenant il faut que je le fasse tuer…

À travers la grille du confessionnal on arrivait à distinguer sa silhouette. Elle semblait très jeune, peut-être même jolie. »

Tout destinait Maria Moura à devenir la maîtresse d’un grand domaine, pourtant, à la tête d’une bande d’hommes armés elle rançonne les voyageurs sur les routes du sertão brésilien et utilise tous les moyens que lui offre cette société rude et violente pour prendre le pouvoir et assurer sa liberté. Manipulatrice, elle dresse les hommes les uns contre les autres dans des batailles rangées ou dans des actions plus discrètes qui lui permettent d’éliminer quelque amant gênant. À partir de la véritable histoire de la première femme cangaceiro, Rachel de Queiroz construit un extraordinaire personnage de femme lancée dans des aventures haletantes, où l’action ne fait jamais oublier les ressorts psychologiques des relations de pouvoir. (Présentation de léditeur)



Haut de page >

Dictionnaire des auteurs

Dictionnaire

Haut de page >

L'actualité de la librairie RSS FEED TWITTER FEED FACEBOOK FEED

Le billet de la librairie

  • Huysmans et les écrivains "fin-de-siècle"

    On désigne par l’expression “fin de siècle” des mouvements culturels et artistiques français comme le symbolisme, le décadentisme ou encore l’Art nouveau émergeant à la fin du XIXe siècle. Ce que l’on peut nommer comme un esprit ou une sensibilité commune fait souvent référence aux marqueurs culturels qui ont été reconnus comme prégnants au début des années 1880 et 1890, notamment l’ennui, le cynisme, un sentiment de finitude et une forme de mélancolie engendrées par les angoisses lié au progrès technique.

    30 novembre 2019

    >> Lire la suite

Facebook