Newsletter







Identifiez-vous




La librairie

    • La librairie Compagnie
    • 58, rue des Ecoles
      75005 Paris
    • Téléphone
    • 01 43 26 45 36
    • Fax
    • 01 46 34 63 37
    • Horaires
    • du lundi au samedi de 10h30 à 20h15

SABINO, Mario

[BRÉSIL] (São Paulo, 1962). Journaliste, rédacteur en chef de la revue Veja, nouvelliste : O Antinarciso (2005), A Boca da Verdade (2009) et romancier Le Jour où jai tué mon père (O Dia em que Matei Meu Pai, 2004), O Vício do Amor (2011).

 

LIVRES (Traductions françaises)

ISBN [FICHE LIVRE]Le Jour où jai tué mon père (O Dia em que Matei Meu Pai, 2004), roman, traduit du portugais (Brésil) par Béatrice de Chavagnac. [Paris], Éditions A-M. Métailié, 2009, 160 pages.

Tout le monde doit tuer le père pour pouvoir vivre. Lui, il l’a fait simplement d’un coup sur la tête et par-derrière. Il a ensuite appelé la police et, maintenant, il raconte son histoire à une psychiatre. Il mène une enquête sur lui-même, suit les détails de sa vie, montre sa médiocrité en face de ce « gagnant » qu’était son père, séducteur, brillant, riche, sûr de lui, jusqu’à séduire sa belle-fille. Il essaie tous les instruments intellectuels pour analyser son acte, la philosophie, la religion, la psychologie, le comportementalisme: rien ne se révèle capable d’expliquer son acte. Par ailleurs il nous fait lire son roman inachevé. Comme le psychiatre, nous y cherchons une interprétation symbolique, une explication, mais la littérature ne révèle pas, elle cache, dissimule. L’auteur nous perd avec malice, avec humour, avec une habileté diabolique, pour troubler notre sens de l’ordre et de la réalité. Il est facile de tuer, ce qui est difficile, c’est de savoir pourquoi on tue. (Présentation de léditeur)




Haut de page >

Dictionnaire des auteurs

Dictionnaire

Haut de page >

L'actualité de la librairie RSS FEED TWITTER FEED FACEBOOK FEED

Le billet de la librairie

  • Visages d'Albert Camus

    Le 4 Janvier 1960, Albert Camus disparaissait dans un accident de voiture. L’auteur de “L’étranger” (Folio) ou encore des “Justes” (Folio) laissait derrière lui une importante oeuvre littéraire et philosophique traversée par des questionnements moraux et politiques dont l’actualité ne cesse de trouver des échos aujourd’hui et parfois les plus inattendus comme en témoigne le succès récent de “La peste” (Folio). Alors soixante après sa disparition, quel est l’héritage philosophique et littéraire d’Albert Camus ? Et en quoi la publication de récentes correspondances nous éclairent-elles sur le soubassement intime de l’oeuvre ?

    10 mars 2020

    >> Lire la suite

Facebook