Newsletter







Identifiez-vous




La librairie

    • La librairie Compagnie
    • 58, rue des Ecoles
      75005 Paris
    • Téléphone
    • 01 43 26 45 36
    • Fax
    • 01 46 34 63 37
    • Horaires
    • du lundi au samedi de 10h30 à 20h15

TAUNAY, Vicomte de

[BRÉSIL] (Rio de Janeiro, 1843 – idem, 1899). Vicomte Alfred (Alfredo) d’Escragnolle Taunay. Il a utilisé plusieurs pseudonymes dont celui de Sílvio Dinarte. Il prit part, en tant qu’ingénieur militaire, à la guerre contre le Paraguay (1865-1870) dont il retraca les épisodes dramatiques dans son récit écrit en français, La Retraite de Laguna (1871). On lui doit également un célèbre roman régionaliste, Innocencia (Innocencia, 1872), dans lequel le romantisme des personnages se fond dans le réalisme coloré des descriptions de la nature. Plusieurs adaptations (cinéma et télévision).

 

LIVRES (Traductions françaises)

* Au XIXe siècle (toutes épuisées) : La Retraite de Laguna. Imprimé par ordre de Son Excellence le Ministre de la Guerre. [Rio de Janeiro], Typographie nationale, 1871, 224 pages, épuisé / rééd. avec une préface de Xavier Reymond. [Paris], Éditions E. Plon, 1879, 268 pages, illus. — Innocencia (Inocência, 1879), roman, traduit du portugais (Brésil) par Olivier du Chastel. [Paris], Éditions Léon Chailley, 1896, X-238 pages, épuisé. / rééd. [Paris], Éditions P. H. Jouve, 1907, 266 pages.

 

ISBN [FICHE LIVRE]La Retraite de Laguna. Récit de la guerre du Paraguay. 1864-1870, préface de Jean Soublin. [Paris], Éditions Phébus, « D’ailleurs », 1995, 208 pages (rééd. de l’édition Plon, 1879, voir ci-dessus).

Alfredo de Taunay (1843-1899) dont le nom est depuis longtemps oublié chez nous, bien qu’il ait écrit son livre en français, est généralement considéré comme le Xénophon de l’Amérique Latine – rien de moins. Officier brésilien issu d’une vieille souche française, il participa à la terrible guerre du Paraguay (1864-1870), dont il retrace ici un épisode exemplaire : la retraite d’une colonne décimée par l’ennemi et par les fièvres à travers l’enfer du Mato Grosso. Ce récit n’aurait jamais eu accès à la gloire littéraire si le hasard, en l’occurrence, n’avait étrangement fait les choses : en prêtant à Taunay un style qui fait merveille, net et froid comme un coup de latte ; en le dotant d’une âme généreuse mais surtout lucide : en le rendant témoin enfin d’un événement qui fut, à sa façon, un singulier concentré de folie et d’horreur. On imagine le film que Raoul Walsh ou John Huston auraient tiré de cette chronique : l’un de ces purs instants d’insoutenable lumière, d’insoutenable réalité, que l’oeil a toujours du mal à contempler fixement. (Présentation de léditeur)




Haut de page >

Dictionnaire des auteurs

Dictionnaire

Haut de page >

L'actualité de la librairie RSS FEED TWITTER FEED FACEBOOK FEED

Le billet de la librairie

  • Visages d'Albert Camus

    Le 4 Janvier 1960, Albert Camus disparaissait dans un accident de voiture. L’auteur de “L’étranger” (Folio) ou encore des “Justes” (Folio) laissait derrière lui une importante oeuvre littéraire et philosophique traversée par des questionnements moraux et politiques dont l’actualité ne cesse de trouver des échos aujourd’hui et parfois les plus inattendus comme en témoigne le succès récent de “La peste” (Folio). Alors soixante après sa disparition, quel est l’héritage philosophique et littéraire d’Albert Camus ? Et en quoi la publication de récentes correspondances nous éclairent-elles sur le soubassement intime de l’oeuvre ?

    10 mars 2020

    >> Lire la suite

Facebook