Newsletter







Identifiez-vous




La librairie

    • La librairie Compagnie
    • 58, rue des Ecoles
      75005 Paris
    • Téléphone
    • 01 43 26 45 36
    • Fax
    • 01 46 34 63 37
    • Horaires
    • du lundi au samedi de 10h30 à 20h15

[BRÉSIL] (Cruz Alta, État du Rio Grande do Sul, 1905 – Porto Alegre, État du Rio Grande do Sul, 1975). Érico Lopes Veríssimo. Après des études secondaires inachevées, il exerce divers métiers dans l’épicerie, la banque, la pharmacie, le journalisme, l’édition et fait deux longs séjours aux États-Unis, de 41 à 43 comme enseignant et de 53 à 56 comme fonctionnaire international. Il traduit de nombreux écrivains français, italiens, espagnols et surtout anglo-saxons qui influenceront notablement son travail de romancier. Dans celui-ci, on distingue deux grandes périodes : celle qui va de Clarissa (1933), son premier livre, jusqu’à O resto é silêncion (1943), et qui comprend six romans. Cette époque se caractérise par des œuvres de fiction pure, fortement psychologiques. À la charnière de la seconde, on trouve L’Inconnu (Noite, 1954), incisive étude d’un personnage troublant, dont la personnalité s’en va à la dérive d’une mémoire traumatisée. Cette nouvelle période qui aborde d’autres thèmes, l’histoire et la politique est marquée par la trilogie de Le Temps et le Vent (O tempo e o vento, 1949-1961), où il retrace dans une vaste fresque, l’histoire, l’ethnologie, les conflits politiques et sociaux de la région du Rio Grande do Sul de 1745 à 1945 (seuls les deux premiers volumes ont été traduits en français). Son style a désormais plus d’ampleur, de vivacité, de couleur. Un souffle épique traverse ces évocations animées et grandioses du Sud brésilien qui trouve en lui un chantre passionné de tolérance, de justice et de liberté. Après cette grande composition, la fécondité de l’écrivain ne se tarit pas comme en témoignent les livres qui se succéderont régulièrement jusqu’à sa mort où il laissait inachevé son autobiographie dont le premier volume paru en 1974 s’intitulait Solo de clarineta (dix-sept romans, deux volumes de nouvelles, neuf livres pour enfants, sept essais, biographies et reportages). Nombreuses adaptations au cinéma et à la télévision, notamment de O tempo e o vento (une demi-douzaine defilms et série tv).

 

ANTHOLOGIES / REVUES (Traductions françaises)

* « Les rêveries du général », traduit du portugais (Brésil) par Inês Oseki-Dépré, dans Lettre internationale n°20, 1989.

 

LIVRES (Traductions françaises)

Le Temps et le Vent. Le Continent (O tempo e o vento. I. O continente, 1949), roman, traduit du portugais (Brésil) par Jean-Jacques Villard. [Paris], Éditions Julliard, 1955, 574 pages, épuisé.

* Nouvelle traduction sous le titre :

ISBN [FICHE LIVRE]Le Continent. Le Temps et le Vent I, traduit du portugais (Brésil) par André Rougon, préface de Jorge Amado. [Paris], Éditions Albin Michel, « Les Grandes traductions », 1996, 652 pages.

« Pour comprendre le Brésil et le peuple qui l’habite et qui le régente, il est absolument nécessaire de lire Le Temps et le Vent. L’histoire de la formation de la nation brésilienne, de notre unité nationale, de l’originalité de notre culture nous est contée sous l’angle des populations du Rio Grande – luttes, songes, espérances, réalités –, à travers des personnages inoubliables. Hommes et femmes de chair et de sang, extases, amours et désespoirs dans un enchaînement d’aventures contées avec la vigueur et la maestria qui caractérisent l’art romanesque d’Erico. Grand créateur de types, Erico a dessiné, avec un art inégalable, quelques figures de femmes, femmes fortes, farouches, douces et ardentes, femmes brésiliennes... Ce que je puis dire et garantir, c’est qu’au Brésil il y a peut-être des romans aussi grands que Le Temps et le Vent. De plus grands je n’en connais pas. » (Jorge Amado)

 

ISBN [FICHE LIVRE]Le Portrait de Rodrigo Cambara. Le Temps et le Vent II (O tempo e o vento. II. O retrato, 1951), roman, traduit du portugais (Brésil) par André Rougon. [Paris], Éditions Albin Michel, « Les Grandes traductions », 1996, 596 pages.

Chronique d’une ville et d’une époque – Santa Fé entre 1909 et 1920 – Le Portrait de Rodrigo Cambará poursuit dans un registre satirique la fresque entamée avec Le Continent, premier volet de la trilogie Le Temps et le Vent. Autour du fascinant personnage de Rodrigo Cambará, séduisante canaille pétrie de contradictions – médecin des pauvres et caudillo, généreux et opportuniste, catholique et noceur –, Érico Veríssimo développe une brillante comédie humaine. Fazendeiros, fonctionnaires, militaires, cocottes et femmes du monde, émigrés : c’est tout un monde qui resurgit, un Brésil pittoresque en des temps exaltants, ceux où un jeune ambitieux empruntait à Auguste Comte son positivisme et à Edmond Rostand son panache.

 

LInconnu (Noite, 1954), roman, traduit du portugais (Brésil) par Armand Guibert. [Paris], Éditions Plon, « Feux croisés », 1955, 246 pages, épuisé.

 

SUR L’AUTEUR

ISBN — Maciel C. Antunes, Richesse et évolution du vocabulaire dÉrico Veríssimo, préface de Maria Alice de Oliveira Faria. [Genève], Éditions Slatkine, « Travaux de linguistique quantitative » n°36, 1986, 256 pages.

 




Haut de page >

Dictionnaire des auteurs

Dictionnaire

Haut de page >

L'actualité de la librairie RSS FEED TWITTER FEED FACEBOOK FEED

Le billet de la librairie

  • Une rentrée littéraire

    524 romans dont 336 français et 188 étrangers sont attendus en librairie entre la mi-août et la fin octobre pour la rentrée littéraire la plus resserrée depuis 20 ans. A cette occasion, nous vous proposons un petit tour d’horizon des livres qui ont déjà retenu notre attention et qui pour certains se trouveront dès la fin de l’été sur notre table conseils.

    28 août 2019

    >> Lire la suite

Facebook