Newsletter







Identifiez-vous




La librairie

    • La librairie Compagnie
    • 58, rue des Ecoles
      75005 Paris
    • Téléphone
    • 01 43 26 45 36
    • Fax
    • 01 46 34 63 37
    • Horaires
    • du lundi au samedi de 10h30 à 20h15

FRIMANSSON, Inger

 

[SUÈDE] (Stockholm, 1944). Romancière et journaliste, outre des thrillers psychologiques, souvent avec des femmes comme personnage central, elle a publié des romans, des recueils de poésie, des contes et des livres pour la jeunesse.

 

*** Bibliographie : Dubbelsängen (1984), Den förtrollade prinsen (1986), Tills hon hittar något eget (1987), Djuret under tummarna (1989), Jag kan också gå på vattnet (1991), Handdockan (1992), Skräpsommaren (1993), Mannen som flöt över bergen (1993), Soldaternas dotter (1994), Kärlek, trohet, vänskap, hat (1995), Där inne vilar ögat (1996), Fruktar jag intet ont (1997), God natt min älskade / Bonne nuit, mon amour (1998), Mannen med oxhjärtat (1999), Elden (1999), Katten som inte dog (2000), Ett mycket bättre liv (2001), Svept i rosa papper (2002), De nakna kvinnornas ö (2002), Mörkerspår (2003), Bebådelsedag (2003), Inga livstecken (2004), Skuggan i vattnet / L’Ombre dans l’eau (2005), Ligga som ett O (2007), Ensam på vägen (2008), Hitta Jeppe (2008), De starkare (2009), Råttfångerskan (2009).

 

LIVRES (Traductions)

Bonne nuit, mon amour (God natt min älskade, 1998), roman, traduit du suédois par Carine Bruy. [Paris], Éditions First, « First Thriller », 2010, 392 pages.

Justine Dalvik, la quarantaine, vit retirée dans la maison de son enfance, au bord du lac Mälar en Suède, où elle puise la force indispensable pour survivre aux drames de son passé : la mort précoce de sa mère, la haine de sa belle-mère, la perversité de ses camarades de classe... Et voici qu’une malédiction semble s’abattre sur les membres de son entourage qui disparaissent dans des circonstances aussi mystérieuses que tragiques : un homme atteint par une fléchette empoisonnée, une femme retrouvée dans une mare de sang... Pourquoi le sort s’acharne-t-il ainsi sur Justine ? Connaîtra-t-elle un jour la paix intérieure, l’amour véritable ? Jusqu’où votre compassion pour cette âme torturée pourra-t-elle aller ? (Présentation de l’éditeur)

 

L’Ombre dans l’eau (Skuggan i vattnet, 2005), roman, traduit du suédois par Carine Bruy. [Paris], Éditions First, « First thriller », 2011, 420 pages.

Justine Dalvik a toujours vécu recluse dans la maison de son enfance, au bord du lac Mälar en Suède. Mais depuis sept ans, Hans-Peter est entré dans sa vie, et dans sa maison. Gardien de nuit à l’hôtel de Hässelby, il a su apaiser les démons de Justine, les tenir à l’écart. A l’instar de son oiseau noir, à présent enfermé dans une cage, dehors. Mais pour combien de temps ? Tortures, trahisons, meurtres, tous les souvenirs des drames passés hantent encore Justine et menacent sans cesse de remonter à la surface. Comme le corps de son ancienne camarade de classe Berit, qu’elle voit émerger du lac dans tous ses cauchemars. Et quand les proches de ceux qu’elle a vus disparaître viennent rôder près de la maison, Justine sent que ses heures sont comptées. Jusqu’à quand pourra-t-elle faire taire les fantômes du passé qui crient vengeance ? Comment sauver l’amour et la paix intérieure qu’elle a cru pouvoir trouver ? (Présentation de l’éditeur) 




Haut de page >

Dictionnaire des auteurs

Dictionnaire

Haut de page >

L'actualité de la librairie RSS FEED TWITTER FEED FACEBOOK FEED

Le billet de la librairie

  • Homère, notre contemporain

    On n’en finit jamais avec Homère. Composées au VIIIè siècle avant notre ère, l’Iliade et l’Odyssée continuent de susciter de nouvelles traductions et des interprétations toujours renouvelées n’épuisant pas le sens et la richesse du texte homérique. De nombreux ouvrages témoignent de cette actualité d’Homère dont on ne cesse de découvrir de nouveaux visages qui entrent en résonance avec notre actualité.

    24 octobre 2019

    >> Lire la suite

Facebook