Newsletter







Identifiez-vous




La librairie

    • La librairie Compagnie
    • 58, rue des Ecoles
      75005 Paris
    • Téléphone
    • 01 43 26 45 36
    • Fax
    • 01 46 34 63 37
    • Horaires
    • du lundi au samedi de 10h30 à 20h15

FRISK, Johan

 

[SUÈDE] (1968). Journaliste et romancier : Första gängen han hörde ljuden var en onsdag / La Première Fois était un mercredi (2002), Sötsug : om drogen som erövrade världen (2010).

 

LIVRES (Traductions)

[FICHE LIVRE]La Première fois était un mercredi (Första gängen han hörde ljuden var en onsdag, 2002), roman, traduit du suédois par Hervé Dumont. [Caen], Office Franco-Norvégien (OFNEC) / Université de Caen / Presses universitaires de Caen, « Nordique », 2003, 152 pages.

Un meurtre est commis dans un appartement du centre de Göteborg. Il n’y a, selon la police, aucune trace d’effraction. L’assassin et l’arme du crime sont introuvables. Trois jours avant le drame, Henry, le voisin de palier, étrange et psychologiquement fragile, entend, pour la première fois, un bruit suspect provenant de l’autre côté du mur. On frappe quelqu’un. Dans le même immeuble vivent Frida et Henning, deux enfants qui vont dans la même école. Souffre-douleur de ses camarades de classe, Henning se renferme progressivement sur lui-même. Frida, témoin des mauvais traitements infligés au garçon, n’ose pas s’en mêler, malgré l’étrange fascination qu’il suscite en elle. La relation qui se noue entre les enfants devient tout aussi troublante que la ressemblance physique et mentale entre Henning et Henry. L’auteur joue habilement des parallèles. Au fil des pages, le lecteur découvre les obsessions et autres troubles du comportement dont les personnages en souffrance sont victimes. Il se retrouve ainsi entraîné sur une pente vertigineuse qu’un sentiment d’impuissance rend encore plus angoissante. Johan Frisk offre au lecteur un roman fort et passionnant servi par une structure narrative à chronologies multiples. L’auteur s’interroge sur la réelle responsabilité d’un crime : le meurtrier est-il toujours l’unique responsable de ses actes ? (Présentation de l’éditeur) 




Haut de page >

Dictionnaire des auteurs

Dictionnaire

Haut de page >

L'actualité de la librairie RSS FEED TWITTER FEED FACEBOOK FEED

Le billet de la librairie

  • Visages d'Albert Camus

    Le 4 Janvier 1960, Albert Camus disparaissait dans un accident de voiture. L’auteur de “L’étranger” (Folio) ou encore des “Justes” (Folio) laissait derrière lui une importante oeuvre littéraire et philosophique traversée par des questionnements moraux et politiques dont l’actualité ne cesse de trouver des échos aujourd’hui et parfois les plus inattendus comme en témoigne le succès récent de “La peste” (Folio). Alors soixante après sa disparition, quel est l’héritage philosophique et littéraire d’Albert Camus ? Et en quoi la publication de récentes correspondances nous éclairent-elles sur le soubassement intime de l’oeuvre ?

    10 mars 2020

    >> Lire la suite

Facebook