Newsletter







Identifiez-vous




La librairie

    • La librairie Compagnie
    • 58, rue des Ecoles
      75005 Paris
    • Téléphone
    • 01 43 26 45 36
    • Fax
    • 01 46 34 63 37
    • Horaires
    • du lundi au samedi de 10h30 à 20h15

MANKELL, Henning

 

[SUÈDE] (Härjedalen, 1948). Fils d’un juge d'instance. Il a épousé en secondes noces la fille d’Ingmar Bergman, Eva. Il partage sa vie entre la Suède et le Mozambique où il a monté une troupe de théâtre, le « Teatro Avenida ». Il est connu internationalement grâce à la série policière des enquêtes de Kurt Wallander. « Ce commissaire désabusé est entouré par une équipe de policiers où chacun possède une personnalité soigneusement décrite. Les meurtres sanglants auxquels Wallander est confronté le plongent au fil des romans dans un état de plus en plus dépressif; l'aspect psychologique est aussi important pour Mankell que l'intrigue elle-même. Toutes ces aventures se déroulent dans la petite ville d'Ystad, en Scanie, dans le sud de la Suède, même si Wallander se déplace une fois en Lettonie pour Les Chiens de Riga et enquête sur un meurtre dont les origines remontent en Afrique du Sud dans La Lionne blanche ; le sol du proche Danemark est souvent foulé. Son œuvre policière est généralement considérée comme une continuité de la saga de Martin Beck écrite entre 1965 et 1975 par le couple Maj Sjöwall / Per Wahlöö. » La plupart de ses livres ont été traduits en français (voir bibliographie complète dans le Dossier des écrivains de Suède).

¤ Invité du Salon du livre de Paris, 2011.


LIVRES (Traductions)

Meurtriers sans visage [série Kurt Wallander 1] (Mordäre utan ansikte, 1991), roman, traduit du suédois par Philippe Bouquet. [Paris], Christian Bourgois, 1994, 2001, 386 pages, épuisé.

* Rééditions :

Meurtriers sans visage. [Paris], Éditions 10-18, « Grands détectives », n°2735, 1996, épuisé, 386 pages.

[FICHE LIVRE]Meurtriers sans visage. [Paris], Éditions du Seuil, 2003 « Points. Policiers » n°1122, 2003, 386 pages.

Dans une ferme isolée de Suède, un couple de paysans retraités est sauvagement assassiné. Avant de mourir, la vieille femme murmure un mot : « étranger ». Il n'en faut pas plus pour provoquer une vague de violence contre les demandeurs d'asile de la région. Le commissaire Wallander va devoir agir vite, sans tomber dans le piège de la xénophobie ambiante qui brouille les pistes... (Présentation de l’éditeur)

Les Chiens de Riga [série Kurt Wallander 2] (Hundarna i Riga, 1992), roman, traduit du suédois par Anna Gibson. [Paris], Éditions du Seuil, « Policiers », 2003, 268 pages, épuisé.

* Réédition :

[FICHE LIVRE]Les Chiens de Riga. [Paris], Éditions du Seuil, « Points. Policier », n°1187, 2004, 320 pages.

Février 1991. Un canot pneumatique s'échoue sur une plage de Scanie. Il contient les corps de deux hommes exécutés d'une balle dans le cœur. L'origine du canot est vite établie: de fabrication yougoslave à l'usage des Soviétiques et de leurs pays satellites. Les corps sont identifiés: des criminels lettons d'origine russe liés à la mafia. Un policier de Riga est appelé en renfort à Ystad. Dès son retour en Lettonie, l'étrange major Liepa pour lequel l'inspecteur Wallander s'est pris d'amitié est assassiné. Wallander part alors pour Riga. Là, privé de tous repères, il se trouve plongé dans un pays en plein bouleversement, où la démocratie n'est encore qu'un rêve, un monde glacé fait de surveillance policière, de menaces non voilées, de mensonges. Où se cache la vérité? À force d'obstination l'inspecteur suédois, réduit à ses seules intuitions mais désireux que justice soit rendue, parviendra à faire la lumière. (Présentation de l’éditeur)

[FICHE LIVRE]La Lionne blanche [série Kurt Wallander 3] (Den vita lejoninnan, 1993), roman, traduit du suédois par Anna Gibson ; édition Anne Freyer-Mauthne. [Paris], Éditions du Seuil, « Policiers », 2004, 430 pages.

* Réédition :

[FICHE LIVRE]La Lionne blanche. [Paris], Éditions du Seuil, « Points. Policier » n°1306, 2005, 488 pages.

En Scanie, par un bel après-midi d'avril 1992, Louise, agente immobilière et jeune mère de famille, disparaît dans des conditions mystérieuses. Pendant ce temps, en Afrique du Sud, un groupe d'Afrikaners fanatiques prépare avec soin un attentat contre une importante figure politique. Quelques jours plus tard, le corps de Louise, le front troué d'une balle, est repêché dans un puits. L'inspecteur Wallander et son équipe enquêtent. Mais le passé de la victime est limpide et les recherches piétinent. C'est alors que les policiers découvrent sur les lieux du crime de doigt tranché d'un homme noir. Y aurait-il un lien entre les deux affaires ? La suite ? Un télescopage vertigineux entre la réalité quotidienne de la province suédoise et la lutte politique sanglante qui se déchaîne au même moment à l'autre bout du monde. Or Wallander en sait peu sur l'apartheid. Il n'est guère plus au fait de la situation internationale. Par exemple, il ignore la relation qui peut exister entre l'ex-KGB et les nationalistes blancs d'Afrique du Sud. Cette fois, ce n'est plus le sort de quelques individus qu'il a entre ses mains, c'est le destin d'une nation. (Présentation de l’éditeur)

[FICHE LIVRE]L’Homme qui souriait [série Kurt Wallander 4] (Mannen som log, 1994), roman, traduit du suédois par Anna Gibson. [Paris], Éditions du Seuil, « Policiers », 2005, 362 pages.

* Réédition :

[FICHE LIVRE]L’Homme qui souriait. [Paris], Éditions du Seuil, « Points. Policier » n°1451, 2006, 424 pages.

Une chaise au milieu de la route, dans le brouillard. Et sur cette chaise, un mannequin de taille humaine. Le vieil avocat Gustaf Torstensson freine brutalement, sort de sa voiture. Ce sera son dernier geste d'homme vivant. Pendant ce temps, le commissaire Kurt Wallander erre sur les plages infinies de l'île danoise de Jylland. Il est venu là pour prendre une décision : quitter définitivement la police. C'est alors qu'une vieille connaissance, l'avocat Sten Torstensson, fait irruption dans sa retraite de vent et de dunes. Son père est mort sur une route aux environs d'Ystad ; il refuse de croire à la thèse de l'accident. Wallander, lui, refuse de l'aider. Mais le jour où il retourne au commissariat pour signer enfin sa lettre de démission, il apprend l'assassinat de Sten Torstensson. Wallander déchire sa lettre. Dans la traque qui s'engage alors, il découvre un réseau criminel d'une nature effrayante. Derrière, tirant les ficelles, se profile un homme singulier. Un homme élégant et sûr de lui, habitué à ce qu'on lui obéisse. Un homme qui sourit toujours. (Présentation de l’éditeur)

[FICHE LIVRE]Le Guerrier solitaire [série Kurt Wallander 5] (Villospar, 1995), traduit du suédois par Christofer Bjurström. [Paris], Éditions du Seuil, « Seuil. Policiers », 1999, 554 pages.

* Réédition :

[FICHE LIVRE]Le Guerrier solitaire. [Paris], Éditions du Seuil, « Points. Policier », n°792, 2000, 554 pages.

Dans la chaleur intenable de l'été 1994, une jeune fille s'immole par le feu dans un champ de colza. Le lendemain, un ancien ministre est tué à coups de hache. C'est le début d'une série de meurtres terrifiants. Quel est le lien entre tous ces morts ? La police d'Ystad, menée par Kurt Wallander, entame une course contre la montre pour arrêter le tueur... avant qu'il ne frappe à nouveau.

« C'est sans aucun doute le même meurtrier que pour Wetterstedt. Celui-ci aussi a été scalpé. » (Présentation de l’éditeur)

[FICHE LIVRE]La Cinquième femme [série Kurt Wallander 6] (Den femte kvinnan, 1996), traduit du suédois par Anna Gibson. [Paris], Éditions du Seuil, « Seuil Policiers », 2000, 490 pages.

* Réédition :

[FICHE LIVRE]La Cinquième femme. [Paris], Éditions du Seuil, « Points. Policier », n°877, 2001, 580 pages.

[FICHE LIVRE]La Cinquième femme. [Paris], Éditions Point Deux, 2011, à paraître en avril 2011.

Des meurtres à donner froid dans le dos se succèdent: un homme est retrouvé empalé dans un fossé, un autre ligoté à un arbre et étranglé, un troisième noyé au fond d'un lac. Et si le crime était la vengeance d'une victime contre ses bourreaux? Dans ce cas, Wallander doit se hâter pour empêcher un autre meurtre tout aussi barbare.

« Ils ont les bras et les jambes arrachés. La puanteur est insoutenable. » (Présentation de l’éditeur)


 

[FICHE LIVRE]Les Morts de la Saint-Jean [série Kurt Wallander 7] (Steget efter, 1998), traduit du suédois par Anna Gibson. [Paris], Éditions du Seuil, « Seuil Policiers », 2001, 492 pages.

* Réédition :

[FICHE LIVRE]Les Morts de la Saint-Jean. [Paris], Éditions du Seuil, « Points. Policier », n°971, 2002, 564 pages.

Nuit de la Saint-Jean. Dans une clairière isolée, trois jeunes gens se livrent à d'étranges jeux de rôle. Bientôt, la fête tourne au drame. La peur s'installe dans la région. L'inspecteur Wallander est assailli par le doute. Pris dans l'enchaînement des découvertes macabres et des rebondissements, parviendra-t-il à mener à bien cette enquête qui s'annonce particulièrement ardue ?

« Alors il s'avança, arme brandie, et il tira. Une balle dans chaque front. » (Présentation de l’éditeur)

[FICHE LIVRE]La Muraille invisible [série Kurt Wallander 8] (Brandvägg, 1999), traduit du suédois par Anna Gibson. [Paris], Éditions du Seuil, « Seuil Policiers », 2002, 426 pages.

* Réédition :

[FICHE LIVRE]La Muraille invisible. [Paris], Éditions du Seuil, « Points. Policier » n°1081, 2003, 520 pages.

Tynnes Falk, informaticien, s'écroule mort devant un distributeur bancaire. Au même moment, deux adolescentes tuent un chauffeur de taxi. Le lendemain, on retrouve le corps de l'une d'elles calciné sur des câbles à haute tension, ainsi que celui de Falk volé à la morgue et amputé de deux doigts. Un jeune hacker surdoué découvre dans l'ordinateur de Falk que quelque chose doit se passer le 20 octobre... Pour le commissaire Wallander, le compte à rebours a commencé.

« Si les gens savaient. Si seulement ils savaient ce qui les attend. » (Présentation de l’éditeur)

[FICHE LIVRE]Le Retour du professeur de danse (Dansläreren’s aterkomst, 2000), traduit du suédois par Anna Gibson. [Paris], Le Seuil, « Seuil Policiers », 2006, 412 pages.

* Réédition :

[FICHE LIVRE]Le Retour du professeur de danse. [Paris], Éditions du Seuil, « Points. Policier », n°1678, 2007, 576 pages.

Décembre 1945. Dans l'Allemagne vaincue, un passager solitaire descend d'un avion militaire britannique et se rend à la prison de Hameln. Là, il procède à la pendaison de criminels de guerre nazis. Mais l'un d'eux a échappé à son sort. Octobre 1999, dans le nord de la Suède, Herbert Molin, un policier à la retraite, est torturé à mort. Dans sa maison isolée, les empreintes sur le parquet semblent indiquer que le tueur a esquissé un tango sanglant avec sa victime. Ici, ce n'est plus le commissaire Wallander qui mène l'enquête. Au même moment, à l'autre bout de la Suède, le jeune policier Stefan Lindman apprend deux mauvaises nouvelles : il a un cancer et son ancien collègue a été assassiné. Pour tromper son angoisse, il décide de partir dans le Härjedalen et d'enquêter lui-même sur ce meurtre. Or, les ombres d'un passé très noir se sont réveillées. Elles ont frappé. Elles vont frapper encore et encore. Stefan a peur. Mais il est jeune, malade. Il ignore combien de temps il lui reste à vivre. Il n'a rien à perdre. (Présentation de l’éditeur)

[FICHE LIVRE]Avant le gel [série Kurt Wallander 9 / Linda Wallander 1] (Innan frosten, 2002), roman, traduit du suédois par Anna Gibson. [Paris], Éditions du Seuil, « Seuil Policiers », 2005, 464 pages.

* Réédition :

[FICHE LIVRE]Avant le gel. [Paris], Éditions du Seuil, « Points. Policier », n°1539, 2006, 486 pages.

Fin août 2001, dans la forêt aux abords d'Ystad, la police fait une atroce découverte: une tête de femme coupée, deux mains jointes comme pour la prière reposent près d'une bible aux pages griffonnées d'annotations. Ce crime intervient après une série d'incidents macabres, notamment l'immolation d'animaux par le feu. Le commissaire Wallander est inquiet. Ces actes révoltants seraient-ils le prélude à d'autres sacrifices, humains cett fois, et de plus vaste envergure? Linda Wallander arrive à Ystad, impatiente d'endosser l'uniforme de la police. Contre l'avis de son père, dont elle partage déjà l'anticonformisme et l'irascibilité, elle se lance dans une enquête parallèle, qui l'entraîne vers une secte religieuse fanatique, résolue à punir le monde de ses péchés. Linda va bientôt le regretter... Après avoir connu un immense succès avec son héros Kurt Wallander, Henning Mankell entame avec Linda un chapitre nouveau et excitant de la littérature policière. (Présentation de l’éditeur)

[FICHE LIVRE]Le Cerveau de Kennedy (Kennedys hjärna, 2005), roman, traduit du suédois par Rémi Cassaigne. [Paris], Éditions du Seuil, « Cadre vert », 2009.

* Réédition :

[FICHE LIVRE]Le Cerveau de Kennedy. [Paris], Éditions Points, « Points », n°2301, 2010, 426 pages.

Automne 2004. Louise Cantor quitte son chantier de fouilles du Péloponnèse pour rentrer en Suède. Impatiente de revoir son fils, elle le trouve mort dans son appartement de Stockholm. Qui a tué Henrik ? Pas un instant Louise ne veut croire que son fils unique se soit suicidé. Avec l'énergie du désespoir et une obstination d'archéologue, elle va tenter de reconstituer fragment par fragment les dernières années d'une vie brutalement interrompue. Secondée par Aron, le père d'Henrik qu'elle a déniché au fin fond de l'Australie, Louise découvre que son fils avait une vie secrète, émaillée d'inquiétantes zones d'ombre. Pourquoi Henrik s'intéressait-il tant au cerveau du président Kennedy, disparu lors de son autopsie ? Pourquoi avait-il un appartement clandestin à Barcelone ? D'où provenaient les grosses sommes d'argent dont il disposait ? Que faisait-il au Mozambique dans un mouroir pour malades atteints du sida ? Quand Aron disparaît brusquement sans laisser de traces, Louise comprend qu'elle est aux prises avec des forces occultes qui la dépassent. Au bord du gouffre mais plus déterminée que jamais, ses pas la conduisent au cœur de l'Afrique. Une vérité effroyable l'y attend. À travers ce récit palpitant et lucide, Henning Mankell exprime sa colère contre le cynisme du monde occidental face au lent naufrage d'un continent rongé par le sida. (Présentation de l’éditeur)

[FICHE LIVRE]L'Homme inquiet [série Kurt Wallander 10] (Den orolige mannen, 2009), roman, traduit du suédois par Anna Gibson. [Paris], Éditions du Seuil, « Seuil policiers », 2010, 556 pages.

Wallander, à présent grand-père d'une petite Klara, a réalisé son rêve : vivre à la campagne avec son chien. Quiétude vite troublée par la disparition du beau-père de sa fille Linda, un ancien officier de marine qui avait récemment et confidentiellement évoqué avec Wallander la guerre froide ainsi qu'une affaire de sous-marins russes dans les eaux territoriales suédoises. Puis c'est au tour de la belle-mère de disparaître. Soupçons d'espionnage. Au profit de la Russie ? Des États-Unis ? Parallèlement à la police de Stockholm et aux services secrets, Wallander mène sa dernière enquête et amorce simultanément sa propre plongée en profondeur : défilent alors les années écoulées et les femmes de sa vie. Et la petite Klara devient son ultime balise. Au-delà de l'intrigue, la force et la beauté du roman résident dans le portrait riche et bouleversant de celui qui se dévoile ici sous la plume de son créateur, Henning Mankell. (Présentation de l’éditeur)

ÉDITION COLLECTIVE

[FICHE LIVRE]Intégrale Wallander, Vol. 1, traduit du suédois par Philippe Bouquet et Anna Gibson. [Paris], Éditions du Seuil, « Opus », 2010, 2018 pages.

[Réunit : Meurtriers sans visage, Les Chiens de Riga, La Lionne blanche].

Né en 1948 à Stockholm, Henning Mankell partage son temps entre la Suède et le Mozambique. Si nombre de ses fictions, pièces de théâtre et essais stigmatisent les maux de l'Afrique, ce sont ses romans policiers littéraires qui lui ont valu une immense célébrité internationale. Et avant tout la série des neuf enquêtes menées par le commissaire Kurt Wallander et son équipe de policiers d'Ystad, en Scanie. Des policiers accablés par l'irruption d'une violence à l'américaine dans leur univers jadis paisible. Car c'est dans le crime que l'auteur voit le meilleur miroir de la société.

Le tome I de l'intégrale des enquêtes du commissaire Wallander comprend les trois premiers titres publiés par Henning Mankell. Meurtriers sans visage décrit une Scanie qui fustige ses réfugiés et succombe à la violence raciale. Dans Les Chiens de Riga sont évoqués les problèmes liés à l'indépendance fragile d'un pays voisin, tout juste libéré de la tutelle soviétique. La Lionne blanche nous introduit dans le milieu des Afrikaners nostalgiques de l'apartheid, déterminés à empêcher l'accession au pouvoir de Nelson Mandela. Mais ne nous y trompons pas. Il y a toujours un télescopage entre la réalité quotidienne de la province suédoise et les épisodes funestes qui se déclenchent à un autre point du globe. Kurt Wallander est bien à l'image de son créateur : un humaniste anxieux, ébranlé par l'évolution du monde. (Présentation de l’éditeur)



Haut de page >

Dictionnaire des auteurs

Dictionnaire

Haut de page >

L'actualité de la librairie RSS FEED TWITTER FEED FACEBOOK FEED

Le billet de la librairie

  • Huysmans et les écrivains "fin-de-siècle"

    On désigne par l’expression “fin de siècle” des mouvements culturels et artistiques français comme le symbolisme, le décadentisme ou encore l’Art nouveau émergeant à la fin du XIXe siècle. Ce que l’on peut nommer comme un esprit ou une sensibilité commune fait souvent référence aux marqueurs culturels qui ont été reconnus comme prégnants au début des années 1880 et 1890, notamment l’ennui, le cynisme, un sentiment de finitude et une forme de mélancolie engendrées par les angoisses lié au progrès technique.

    30 novembre 2019

    >> Lire la suite

Facebook