Newsletter







Identifiez-vous




La librairie

    • La librairie Compagnie
    • 58, rue des Ecoles
      75005 Paris
    • Téléphone
    • 01 43 26 45 36
    • Fax
    • 01 46 34 63 37
    • Horaires
    • du lundi au samedi de 10h30 à 20h15

DOYLE, Sir Arthur Conan

DOYLE, Sir Arthur Conan
[ÉCOSSE] (Édimbourg, Écosse, 1859 – 1930).

Ouvrages d'Arthur Conan Doyle disponibles en librairie au 1er mars 2007.

* A. Le cycle de Sherlock Holmes, éditions collectives (par date de publication).

Sherlock Holmes. Tome 1, édition établie par Francis Lacassin. [Paris], Éditions Robert Laffont, « Bouquins », 1979, 972 pages ; 1999, XL-1035 pages, 25 €
[Contient : Une étude en rouge (A Study in Scarlet, 1888), roman, traduit de l'anglais par Pierre Baillargeon - Le Signe des quatre (The Sign of Four, 1890), roman, traduit de l'anglais par Michel Landa - Les Aventures de Sherlock Holmes (The Adventures of Sherlock Holmes, 1892), nouvelles, traduit de l'anglais par Bernard Tourville : « Un scandale en Bohême » (A Scandal in Bohemia), « La ligue des rouquins » (The Red Headed League), « Une affaire d'identité » (A Case of Identity), « Le mystère de Val Boscombe » (The Boscombe Valley Mystery), « Les cinq pépins d'orange » (The Five Orange Pips), « L'homme à la lèvre tordue » (The Man with the Twisted Lip), « L'escarboucle bleue » (The Blue Carbuncle), « Le ruban moucheté » (The Speckled Band), « Le pouce de l'ingénieur » (The Engineer's Thumb), « Un aristocrate célibataire » (The Noble Bachelor), « Le diadème de béryls » (The Beryl Coronet), « Les Hêtres-rouges » (The Copper-Beeches) - Les Mémoires de Sherlock Holmes (The Memoirs of Sherlock Holmes, 1894), nouvelles, traduit de l'anglais par Bernard Tourville : « Flamme d'Argent » (Silver Blaze), « La figure jaune » (The Yellow Face), « L'employé de l'agent de change » (The Stockbroker's Clerck), « Le ''Gloria Scott'' » (The ''Gloria Scott''), « Le rituel des Musgrave » (The Musgrave Ritual), « Les Propriétaires de Reigate » (The Reigate Squires), « Le tordu » (The Crooked Man), « Le pensionnaire en traitement » (The Resident Patient), « L'interprète grec » (The Greek Interpreter), « Le traité naval » (The Naval Treaty), « Le dernier problème » (The Final Problem) - Le Retour de Sherlock Holmes (The Return of Sherlock Holmes, 1905), nouvelles, traduit de l'anglais par Robert Latour : « La maison vide » (The Empty House), « L'entrepreneur de Norwood » (The Norwood Builder), « Les hommes dansants » (The Dancing Men), « La cycliste solitaire » (The Solitary Cyclist), « L'école du prieuré » (The Priory School), « Peter le Noir » (Black Peter), « Charles-Auguste Milverton » (Charles Auguste Milverton), « Les six Napoléons » (The Six Napoleons), « Les trois étudiants » (The Three Students), « Le pince-nez en or » (The Golden Pince-Nez), « Un trois-quarts a été perdu ! » (The Missing Three-Quarter), « Le manoir de l'Abbaye » (The Abbey Grange), « La deuxième tache » (The Second Stain)

Sherlock Holmes. Tome 2, édition établie par Francis Lacassin. [Paris], Éditions Robert Laffont, « Bouquins », 1979, 920 pages ; 1999, 1080 pages, 25 €
[Contient : La Vallée de la peur (The Valley of Fear, 1915), roman, traduit de l'anglais par Robert Latour - Le Chien des Baskervilles (The Hound of the Baskervilles, 1902), roman, traduit de l'anglais par Bernard Tourville - Archives de Sherlock Holmes (The Case-Book of Sherlock Holmes, 1927) : « L'illustre client » (The Illustrious Client, Collier), « Le soldat blanchi » (The Blanched Soldier), « La pierre de Mazarin » (The Mazarin Stone), « Le Vampire du Sussex » (The Sussex Vampire), « Les trois pignons » (The Three Gables), « Les trois Garrideb » (The Three Garridebs), « Le problème du pont de Thor » (The Problem of Thor Bridge), « L'Homme qui grimpait » (The Creeping Man), « La crinière du lion » (The Lion's Mane), « La pensionnaire voilée » (The Veiled Lodger), « L'Aventure de Shoscombe Old Place » (The Adventure of Shoscombe Old Place), « Le Marchand de couleurs retiré des affaires » (The Retired Colourman) - Son dernier coup d'archet (His Last Bow, 1917), nouvelles, traduit de l'anglais par Gilles Vauthier : « L'aventure de Wisteria Lodge » (Wisteria Lodge), « La boîte en carton » (The Cardboard Box), « L'aventure du cercle rouge » (The Red Circle), « Les plans du Bruce-Partington » (The Bruce Partington Plans), « L'aventure du détective mourant » (The Dying Detective), « La disparition de Lady Frances Carfax » (The Disappearance of Lady Frances Carfax), « L'aventure du pied du diable » (The Devil's Foot), « Son dernier coup d'archet » (His Last Bow) - Les Exploits de Sherlock Holmes (The Exploits of Sherlock Holmes, 1954) : Pastiches développant les enquêtes énumérées par Watson, mais non racontées par lui. Les cinq premiers par Adrian Conan Doyle et John Dickson Carr, les six suivants par Adrian Conan Doyle, traduit de l'anglais par Gilles Vauthier : « L'aventure des sept horloges » (The Seven Clocks), « L'aventure du chasseur d'or » (The Gold Hunter), « L'aventure des joueurs en cire » (The Wax Gamblers), « L'aventure du miracle de Highgate » (The Highgate Miracle), « L'aventure du sombre baronet » (The Black Baronet), « L'aventure de la chambre hermétiquement close », « L'aventure de Foulkes Rath » (The Adventures of Foulkes Rath), « L'aventure du rubis d'Abbas » (The Abbas Ruby), « L'aventure des anges noirs » (The Darks Angels), « L'aventure des deux femmes » (The Two Women), « L'aventure de l'horreur de Deptford » (The Depford Horror), « L'aventure de la veuve rouge» (The Red Widow) - Le Diamant de la couronne. Une soirée avec Sherlock Holmes. Pièce en un acte (The Crown Diamond, 1921), traduit de l'anglais par Maurice Bernard Endrèbe - Sherlock Holmes. Drame en cinq actes et six tableaux (Sherlock Holmes, 1898), de Arthur Conan Doyle et William Gilette, traduit de l'anglais par Pierre Decourcelle - Documents, traduit de l'anglais par Maurice Bernard Endrèbe : Trois enquêtes méconnues de Sherlock Holmes. I. « La kermesse sportive (The Field Bazaar, 1896) ; II. « Comment Watson apprit le truc » (How Watson Learned the Trick, 1924) ; III. « Avec Sherlock Holmes », sujet pour une nouvelle non écrite ([1942]) - « La véritable histoire de Sherlock Holmes », entretien (1900) - « Les quatorze enquêtes préférées de l'auteur » (1927) - Chronologie et Bibliographie établies par Francis Lacassin].

Sherlock Holmes. 1, traduit de l'anglais par Catherine Richard. [Paris], Éditions du Masque, « Les Intégrales du Masque », 1997, 812 pages, 24.50 €
[Contient : Une étude en rouge (A Study in Scarlet, 1888) - Le Signe des quatre (The Sign of Four, 1890) - Les Aventures de Sherlock Holmes (The Adventures of Sherlock Holmes, 1892) : « Un scandale en Bohême » (A Scandal in Bohemia), « La ligue des rouquins » (The Red Headed League), « Une affaire d'identité » (A Case of Identity), « L'énigme de Val Boscombe » (The Boscombe Valley Mystery), « Les cinq pépins d'orange » (The Five Orange Pips), « L'homme à la lèvre tordue » (The Man with the Twisted Lip), « L'aventure de l'escarboucle bleue » (The Blue Carbuncle), « L'aventure de la bande mouchetée » (The Speckled Band), « L'aventure du pouce de l'ingénieur » (The Engineer's Thumb), « L'aventure de l'aristocrate célibataire » (The Noble Bachelor), « L'aventure du diadème aux béryls » (The Beryl Coronet), « L'aventure des hêtres rouges » (The Copper-Beeches) - Les Mémoires de Sherlock Holmes (The Memoirs of Sherlock Holmes, 1894) : « Flamme d'Argent » (Silver Blaze), « La face jaune » (The Yellow Face), « Le commis du courtier» (The Stockbroker's Clerck), « Le ''Gloria Scott'' » (The ''Gloria Scott''), « Le rite des Musgrave » (The Musgrave Ritual), « L'énigme de Reigate » (The Reigate Squires), « L'homme tordu » (The Crooked Man), « Le patient à demeure » (The Resident Patient), « L'interprète grec » (The Greek Interpreter), « Le traité naval » (The Naval Treaty), « L'ultime affaire » (The Final Problem)].

Sherlock Holmes. 2, traduit de l'anglais par Catherine Richard. [Paris], Éditions du Masque, « Les Intégrales du Masque », 2002, 1116 pages, 24.50 €
[Contient : Le Chien des Baskervilles (The Hound of the Baskervilles, 1902) - Le Retour de Sherlock Holmes (The Return of Sherlock Holmes, 1905) : « La maison vide » (The Empty House), « L'entrepreneur de Norwood » (The Norwood Builder), « Les hommes dansants » (The Dancing Men), « La cycliste solitaire » (The Solitary Cyclist), « L'école du prieuré » (The Priory School), « Peter le Noir » (Black Peter), « Charles-Auguste Milverton » (Charles Auguste Milverton), « Les six Napoléons » (The Six Napoleons), « Les trois étudiants » (The Three Students), « Le pince-nez en or » (The Golden Pince-Nez), « Un trois-quarts a été perdu ! » (The Missing Three-Quarter), « Le manoir de l'Abbaye » (The Abbey Grange), « La seconde tache » (The Second Stain) - La Vallée de la peur (The Valley of Fear, 1915) - Son dernier coup d'archet (His Last Bow, 1917) : « La Boîte en carton » (The Cardboard Box), « L'Aventure de Wisteria Lodge » (Wisteria Lodge), « Les Plans du Bruce-Partington » (The Bruce Partington Plans), « L'Aventure du pied du diable » (The Devil's Foot), « L'Aventure du cercle rouge » (The Red Circle), « La Disparition de Lady Frances Carfax » (The Disappearance of Lady Frances Carfax), « L'Aventure du détective mourant » (The Dying Detective), « Son dernier coup d'archet » (His Last Bow) - Les Archives de Sherlock Holmes (The Case-Book of Sherlock Holmes, 1927) : « La Pierre de Mazarin » (The Mazarin Stone, The Strand Magazine), « Le Problème du pont de Thor » (The Problem of Thor Bridge), « L'Homme qui marchait à quatre pattes » (The Creeping Man), « Le Vampire du Sussex » (The Sussex Vampire), Les Trois Garrideb (The Three Garridebs), « L'Illustre client » (The Illustrious Client, Collier), « Les Trois pignons » (The Three Gables), « L'Aventure du soldat blanchi » (The Blanched Soldier), « La Crinière du lion » (The Lion's Mane), « Le Marchand de couleurs retiré des affaires » (The Retired Colourman), « La Pensionnaire voilée » (The Veiled Lodger), « L'Aventure de Shoscombe Old Place » (The Adventure of Shoscombe Old Place)].

Les Aventures de Sherlock Holmes 1. Édition bilingue, traduit de l'anglais par Éric Wittersheim ; illustrations de Sidney Paget (reprises des premières publications dans le Strand Magazine). [Paris], Éditions Omnibus, 2005, 1096 pages, 23.50 €
[Contient : Une étude en rouge (A Study in Scarlet, 1888) - Le Signe des quatre (The Sign of Four, 1890) - Les Aventures de Sherlock Holmes (The Adventures of Sherlock Holmes, 1892) : « Un scandale en Bohême » (A Scandal in Bohemia), « La ligue des rouquins » (The Red-Headed League), « Une affaire d'identité » (A Case of Identity), « Le mystère de la vallée de Boscombe » (The Boscombe Valley Mystery), « Les cinq pépins d'orange » (The Five Orange Pips), « L'homme à la lèvre tordue » (The Man with the Twisted Lip), « L'escarboucle bleue » (The Adventure of the Blue Carbuncle), « La bande tachetée » (The Adventure of the Speckled Band), « Le pouce de l'ingénieur » (The Adventure of the Engineer's Thumb), « L'aristocrate célibataire » (The Adventure of the Noble Bachelor), « Le diadème de béryls » (The Adventure of the Beryl Coronet), « Les Hêtres-Dorés » (The Adventure of the Copper Beeches) - Les Mémoires de Sherlock Holmes 1. (The Memoirs of Sherlock Holmes, 1894) : « Flamme d'Argent » (The Adventure of the Silver Blaze), « Le visage jaune » (The Adventure of the Yellow Face), « L'employé de l'agent de change » (The Adventure of the Stockbroker's Clerck), « Le ''Gloria Scott'' » (The Adventure of the 'Gloria Scott'')].

Les Aventures de Sherlock Holmes 2. Édition bilingue, traduit de l'anglais par Éric Wittersheim ; illustrations de Sidney Paget (reprises des premières publications dans le Strand Magazine). [Paris], Éditions Omnibus, 2006, 1190 pages, 23.50 €
[Contient : Les Mémoires de Sherlock Holmes 2 (The Memoirs of Sherlock Holmes, 1894) : « Le rituel des Musgrave » (The Musgrave Ritual), « Les propriétaires de Reigate » (The Reigate Squires), « L'estropié » (The Crooked Man), « Le patient à demeure » (The Resident Patient), « L'interprète grec » (The Greek Interpreter), « Le traité naval » (The Naval Treaty), « Le dernier problème » (The Final Problem) - Le Chien des Baskervilles (The Hound of the Baskervilles, 1902) - Le Retour de Sherlock Holmes (The Return of Sherlock Holmes, 1905) : « La Maison vide » (The Adventure of the Empty House), « L'entrepreneur de Norwood » ( The Adventure of the Norwood Builder), « Les hommes dansants » (The Adventure of the Dancing Men), « La cycliste solitaire » (The Adventure of the Solitary Cyclist), « L'école du prieuré » (The Adventure of the Priory School), « Peter le Noir » (The Adventure of the Black Peter), « Charles-Auguste Milverton » (The Adventure of Charles Auguste Milverton), « Les six Napoléons » (The Adventure of the Six Napoleons), « Les trois étudiants » (The Adventure of the Three Students), « Le pince-nez en or » (The Adventure of the Golden Pince-Nez), « Le trois-quarts disparu » (The Adventure of the Missing Three-Quarter), « Le Manoir de l'Abbaye » (The Adventure of the Abbey Grange), « La Deuxième tache » (The Adventure of the Second Stain)

Les Aventures de Sherlock Holmes 3. Édition bilingue, traduit de l'anglais par Éric Wittersheim ; illustrations de Sidney Paget (reprises des premières publications dans le Strand Magazine). [Paris], Éditions Omnibus, à paraître.
[Contient : La Vallée de la peur (The Valley of Fear, 1915) - Son dernier coup d'archet - Les Archives de Sherlock Holmes (The Case-Book of Sherlock Holmes, 1927)].
* B. Le cycle de Sherlock Holmes, éditions séparées (par titre).
Archives sur Sherlock Holmes (The Case-Book of Sherlock Holmes, 1927), nouvelles, traduit de l'anglais par Evelyn Colomb. [Paris], LGF (Librairie générale française), « Le Livre de poche. Policier » n°14483, 1998, 160 pages, 3 €

Les Aventures de Sherlock Holmes (The Adventures of Sherlock Holmes, 1892), nouvelles, traduit de l'anglais par Bernard Tourville. [Paris], LGF (Librairie générale française),« Le Livre de poche. Policier » n°13959, 2003, 192 pages, 2.75 €

Le Chien des Baskerville (The Hound of the Baskervilles, 1902), roman, traduit de l'anglais par Bernard Tourville. [Paris], LGF (Librairie générale française), « Le Livre de poche. Policier » n°1630, 1988, 192 pages, 3 €

Le Chien des Baskerville (The Hound of the Baskervilles, 1902), roman, traduit de l'anglais par Bernard Tourville. [Paris], Éditions Castor poche-Flammarion, « Castor poche. Senior » n°478, 1999, 272 pages, 5.50 €

Le Chien des Baskerville (The Hound of the Baskervilles, 1902), roman, traduit de l'anglais par Bernard Tourville ; illustrations de Philippe Davaine. [Paris], Éditions Gallimard-Jeunesse, « Folio junior. Édition spéciale » n°562, 1999, 300 pages, 6 €

Le Chien des Baskerville (The Hound of the Baskervilles, 1902), roman, traduit de l'anglais et commenté par Jean-Pierre Naugrette. [Paris], Éditions Gallimard-Éducation, « La Bibliothèque Gallimard » n°75, 2001, 350 pages, 5.70 €

Le Chien des Baskerville (The Hound of the Baskervilles, 1902), roman, traduit de l'anglais et commenté par Jean-Pierre Naugrette ; illustrations de Nicollet. [Paris], Éditions Gallimard-Jeunesse, « Chefs-d'œuvre universels » n°15, 2002, 192 pages, 17 €

Le Chien des Baskerville (The Hound of the Baskervilles, 1902), roman, traduit de l'anglais par Catherine Richard ; questionnaires et dossier par Stéphane Guinoiseau. [Paris], Éditions Hachette Éducation, « Classiques Hachette. Bibliocollège », 2006, 356 pages, illus., 4.45 €

Le Chien des Baskerville (The Hound of the Baskervilles, 1902), roman, traduit de l'anglais par Bernard Tourville ; illustrations de Matthieu Blanchin. [Paris], Éditions Hachette Jeunesse, « Le Livre de poche jeunesse. Policier » n°515, 2002, 284 pages, 5.20 €

Le Chien des Baskerville (The Hound of the Baskervilles, 1902), roman, traduit de l'anglais par Maurice-Bernard Endrèbe. [Paris], Éditions Pocket, « Pocket. Noir » n°1947, 2003, 192 pages, 2.90 €

Le Chien des Baskerville (The Hound of the Baskervilles, 1902), roman, traduit de l'anglais par Lucien Maricourt. [Paris], ELJ (Éditions J'ai lu), « Librio. Policier » n°119, 2003, 192 pages, 2 €

Nouvelles archives sur Sherlock Holmes (The Case-Book of Sherlock Holmes, 1927), nouvelles, traduit de l'anglais par Bernard Tourville. [Paris], LGF (Librairie générale française), « Le Livre de poche. Policier » n°14482, 1998, 160 pages, 2.75 €

Résurrection de Sherlock Holmes (The Return of Sherlock Holmes, 1905), nouvelles, traduit de l'anglais par Robert Latour. [Paris], LGF (Librairie générale française), « Le Livre de poche. Policier » n°1322, 1989, 348 pages, 5 €

Le Signe des quatre (The Sign of Four, 1890), roman, traduit de l'anglais par Michel Landa ; préface par Germaine Beaumont. [Paris], LGF (Librairie générale française), « Le Livre de poche. Policier » n°3115, 2004, 148 pages, 3.50 €

Le Signe des quatre (The Sign of Four, 1890), roman, traduit de l'anglais par Michel Landa ; illustrations de Matthieu Blanchin. [Paris], Éditions Hachette Jeunesse, « Vertige. Policier » n°820, 1997, 218 pages, 4.50 € / « Le Livre de poche jeunesse. Policier » n°1192, 2005, 224 pages, 4.80 €

Le Signe des quatre (The Sign of Four, 1890), roman, traduit de l'anglais par Lucien Maricourt. [Paris], ELJ (Éditions J'ai lu), « Librio. Policier » n°162, 2003, 128 pages, 2 €

Souvenirs de Sherlock Holmes (The Memoirs of Sherlock Holmes, 1894), nouvelles, traduit de l'anglais par Bernard Tourville. [Paris], LGF (Librairie générale française), « Le Livre de poche. Policier » n°1238, 1989, 448 pages, 3.95 €

— Une étude en rouge (A Study in Scarlet, 1888), roman, traduit de l'anglais par Pierre Baillargeon ; préface par Germaine Beaumont. [Paris], LGF (Librairie générale française), « Le Livre de poche. Policier » n°3113, 2003, 148 pages, 3 €

Une étude en rouge (A Study in Scarlet, 1888), roman, traduit de l'anglais par Pierre Baillargeon ; illustrations de Jeanne Puchol. [Paris], Éditions Gallimard-Jeunesse, « Folio junior » n°726, 1998, 160 pages, 5 €

Une étude en rouge (A Study in Scarlet, 1888), roman, traduit de l'anglais par Lucien Maricourt. [Paris], ELJ (Éditions J'ai lu), « Librio. Policier » n°69, 2003, 128 pages, 2 €

La Vallée de la peur (The Valley of Fear, 1915), roman, traduit de l'anglais par Robert Latour. [Paris], LGF (Librairie générale française), « Le Livre de poche. Policier » n°1433, 1989, 224 pages, 3.50 €

La Vallée de la peur. Une enquête de Sherlock Holmes (The Valley of Fear, 1915), roman, traduit de l'anglais par Maurice-Bernard Endrèbe. [Paris], Éditions Pocket Jeunesse, « Pocket junior. Policier » n°251, 2003, 234 pages, 4.80 €
* C. Œuvres diverses, éditions collectives (par date de publication).
Les Exploits du professeur Challenger et autres aventures étranges, édition établie par Francis Lacassin. [Paris], Éditions Robert Laffont, « Bouquins », 1989, 1160 pages, en réimpression.
[Contient : « Challenger, "Christophe Colomb de la science".. sourcier du fantastique », par Francis Lacassin - Les exploits du professeur Challenger : Le Monde perdu (The Lost World, 1912), roman, traduit de l'anglais par Gilles Vauthier - La Ceinture empoisonnée (The Poison Belt, 1913), roman, traduit de l'anglais par Robert Latour - Au pays des brumes (The Land of Mist, 1925 ; 1926), roman, traduit de l'anglais par André Algarron - La Machine à désintégrer (The Disintegration Machine, 1927), roman, traduit de l'anglais par Bernard Tourville - Quand la terre hurla (When the World Screamed, 1928), roman, traduit de l'anglais par Alexis Rey - Le Monde perdu sous la mer (chapitres I à VII, The Maracot Deep or the Lost World Under the Sea, 1928), roman, traduit de l'anglais par Gilles Vauthier - Contes de terreur, traduit de l'anglais par Bernard Tourville : « L'horreur en plein ciel » (The Horror of the Heights, 1913), « L'entonnoir de cuir » (The Leather Funnel, 1903), « De nouvelles catacombes » (The New Catacombs, 1898), « L'affaire de Lady Sannox » (The Case of Lady Sannox, 1893), « Le trou du Blue John » (The Terror of Blue John gap, 1910), « Le chat brésilien » (The Brazilian Cat, 1898) - Contes d'entre chien et loup, traduit de l'anglais par Pierre Vigneaux : « La main brune » (The Brown Hand, 1899), « Le professeur de Lea House » (The Usher of the Lea House School, 1899), « B. 24 » (B. 24, 1899), « La grande expérience de Keinplatz » (The Great Keinplatz Experiment, 1885), « Une mosaïque littéraire » (Cyprian Overbeck Wells, 1886), « Jouer avec le feu » (Playing with Fire, 1900), « L'anneau de Thoth » (The Ring of Thoth, 1890), « Le fiasco de Los Amigos » (The Los Amigos Fiasco, 1892), « Comment la chose arriva » (How it Happened, 1913), « Le lot n°249 » (Lot n°249, 1892), « De Profundis » (De Profundis, 1892), « L'ascenseur » (The Lift, 1922) - Contes d'aventures, traduit de l'anglais par Bernard Tourville : « Les débuts du Bimbashi Joyce » (The Debut of Bimbashi Joyce, 1900), « Le médecin du Gaster Fell » (The Surgeon of Gaster Fell, 1890), Scènes de Borrow » (Borrowed Scenes, 1913), « L'homme d'Arkhangelsk » (The Man from Archangel, 1885), « Le grand moteur Brown-Pericord » (The Great Brown Pericord Motor, 1892), « La chambre scellée » (The Sealed Room, 1898) - La Tragédie du ″Korosko″ (The Tragedy of the Korosko, 1897 ; 1898), roman, traduit de l'anglais par Robert Latour - Contes de l'eau bleue, traduit de l'anglais par Bernard Tourville : « Le coffre à raies » (The Striped Chest, 1897), « Le capitaine de la Polestar » (The Captain of the Polestar, 1883), « Le démon de la Tonnelerie » (The Fiend of the Cooperage, 1897), « Le voyage de Jelland » (Jelland's Voyage, 1892), « Déposition de J. Habakuk Jephson » (J. Habakuk Jephson's Statement, 1884), « Cette petite boîte carrée » (The Little Square Box, 1881) - Contes de pirates, traduit de l'anglais par Gilles Vauthier : « Le gouverneur de Saint Kitt » (How the Governor of St. Kitt's Came Home, 1897), « Les rapports du capitaine Sharkey avec Stephen Craddock » (The Dealings of Captain Sharkey with Stephen Craddock, 1897), « La flétrissure de Sharkey » (The Blighting of Sharkey, 1911), « Comment Copley Banks extermina le capitaine Sharkey » (How Copley Banks Slew Captain, 1897), « La Claquante » (The Slapping Sal, 1893), « Un pirate de la terre » (One Crowded Hour, 1911) - Chronologie et Bibliographie établies par Francis Lacassin].

Le Brigadier Gérard. Romans et nouvelles, édition établie par Francis Lacassin ; préface de Jean Tulard. [Paris], Éditions Robert Laffont, « Bouquins », 1990, 1220 pages, 19.82 €
[Contient : Les Exploits du brigadier Gérard (The Exploits of Brigadier Gerard, 1896), roman, traduit de l'anglais par Bernard Tourville - L'Oncle Bernac (Uncle Bernac. A Memory of the Empire , 1896), roman, traduit de l'anglais par Gilles Vauthier - Les Aventures du brigadier Gérard (The Adventures of Gerard, 1903), roman, traduit de l'anglais par Robert Latour - La Grande ombre (The Great Shadow, 1892), roman, traduit de l'anglais par André Algarron - Contes du camp, traduit de l'anglais par Robert Latour : « Le trainard de 1815 » (A Strangler of '15', 1891, « Le pot de caviar » (The Pot of Caviare, 1908), « Le drapeau vert » (The Green Flag, 1893), « Les trois correspondants » (The Three Correspondants, 1896), « Le mariage du Brigadier Gérard » (The Marriage of the Brigadier, 1910), « Le seigneur du Château Noir » (The Lord of chateau Noir, 1894) - Les Réfugiés (The Refugees. A Tale of Two Continents, 1893), roman, traduit de l'anglais par Gilles Vauthier - Contes d'autrefois, traduit de l'anglais par Bernard Tourville : « La fin des Légions » (The Last of the Legions, 1910), « La dernière galère » (The Last Galley, 1910), « À travers le voile » (Trough the Veil, 1911), « L'arrivée des Huns » (The Coming of the Huns, 1910), « Le concours » (The Contest, 1911), « Le premier navire » (The First Cargo, 1910), « Un iconoclaste » (An Iconoclaste, 1911), « Maximin le géant » (Giant Maximin, 1911), « L'étoile rouge » (The Red Star, 1911), « Le miroir d'argent » (The Silver Mirror, 1908), « Le retour au foyer » (The Homecoming, 1909), « Un point de contact » (A Point of Contact, 1922) - Contes du ring, traduit de l'anglais par Bernard Tourville : « Le maître de Croxley » (The Master Croxley, 1899), « Le seigneur de Falconbridge » (The Lord of Falconbridge, 1909), « La chute de Lord Barrymore » (The Fall of Lord Barrymore, 1912), « Le roi des renards » (The King of the Foxes, 1898), « La brute de Brocas Court » (The Bully of Brocas Court, 1921) - Contes de médecins, traduit de l'anglais par Robert Latour : « Une femme de physiologiste » (A Physiologist's Wife, 1890), « En retard sur le temps » (Behind the Time, 1894), « Sa première opération » (His First Operation, 1894), « La troisième génération » (The Third Generation, 1894), « La malédiction d'Eve » (The Curse of Eve, 1894), « Un document médical » (A Medical Document, 1894), « Un médecin parle » (The Surgeon Talks, 1894), « Les médecins de Hoyland » (The Doctors of Hoyland, 1894), « La clientèle de Crabbe » (Crabbe's Practice, 1884) - Contes de mystère, traduit de l'anglais par Evelyn Colomb : « On a perdu un train spécial » (The Lost Special, 1898), « Le chasseur de coléoptères » (The Beetle Hunter, 1898), « L'homme aux montres » (The Man with the Watches, 1898), « La boîte laquée » (The Japanned Box, 1899), « Le médecin noir » (The Black Doctor, 1898), « Le pectoral du grand-prêtre » (The Jew's Breastplate, 1899), « Le salon du cauchemar » (The Room Nightmare, 1921) - Chronologie et Bibliographie établies par Francis Lacassin].

Inédits et introuvables, édition établie par Francis Lacassin, traduit de l'anglais par Albert Savine et Anna Clayton. [Paris], Éditions Robert Laffont, « Bouquins », 1992, 1328 pages ; 2000, 1350 pages, 28.81 €
[Contient : Introduction, par Francis Lacassin - Le Mystère de Cloomber (The Mystery of Cloomber, 1888), roman, traduit de l'anglais par Albert Savine, précédé de « Le passé ne fait pas de crédit », par Francis Lacassin - L'Oncle Jeremy et les siens, (Uncle Jeremy's Household, 1887), roman, traduit de l'anglais par Albert Savine - Mystères et aventures, traduit de l'anglais par Albert Savine : « Le ravin de la Digue de l'Homme-Bleu » (The Gully of Bluemansdyke, 1881), « Le clergyman du Ravin-de-Jackman » (The Parson of Jackman's Gulch, 1885), « Mon ami l'assassin » (My Friend Murderer, 1882), « La hachette d'argent » (The Silver Hatchet, 1883), « Une nuit chez les nihilistes » (A Night among the Nihilists, 1881) - Autres mystères et aventures, nouvelles, traduit de l'anglais par Albert Savine : « Le mystère de la vallée de Sassassa » (The Mystery of Sassassa Valley, 1879), « Le récit de l'Américain » (The American's Tale, 1879), « Les os » (Bones, 1882), « John Barrington Cowles » (John Barrington Cowles, 1886), « L'amnésie de John Huxford » (John Huxford's Hiatus, 1888), « Le Manoir hantée de Goresthorpe » (The Haunted Grange of Goresthorpe, 1892), « Un faux départ » (A Start False, 1894), « Amoureux » (Sweethearts, 1894), « Une question de diplomatie » (A Question of Diplomacy, 1894), « L'épicier au pied bot » (The Club Footed Grocer, 1898), « La retraite de Signor Lambert » (The Retirement of Signor Lambert, 1898), « Une aventure au Foreign Office » (A Foreign Office Romance, 1900, « Danger ! » (Danger !, 1914), « La défense de l'accusé » (The Prisoner's Défence, 1916) - Le Parasite (The Parasite, 1894), roman, traduit de l'anglais par Albert Savine - Raffles Haw (The Doings of Raffles Haw, 1892), roman, traduit de l'anglais par Albert Savine - Girdlestone et Cie (The Firm of Girdlestone. A Romance of the Unromantic, 1892), roman, traduit de l'anglais par Anna Clayton - Idylle de banlieue (Beyond the City. An Idyll of Suburd, 1892), roman, traduit de l'anglais par Albert Savine - Les Lettres de Stark Munro (The Stark Munro Letters, 1895), roman, traduit de l'anglais par Albert Savine - Un duo (A Duet, with An Occasional Chorus, 1899), roman, traduit de l'anglais par Albert Savine - Chronologie et Bibliographie établies par Francis Lacassin].

Études en noir (The Final Adventures of Sherlock Holmes), édition de Peter Haining. [Paris], Éditions L'Archipel, 2004, 286 pages, 18.95 €
[Contient : Préface de Peter Haining - Avant-propos et notes de Thierry Saint-Joanis - « La vérité sur Sherlock Holmes » (1900), « Mystère chez l'oncle Jeremy » (Uncle Jeremy's Household, 1887), « La kermesse sportive » (The Field Bazaar, 1896), « L'homme aux montres » (The Man with the Watches, 1898), « On a perdu un train spécial » (The Lost Special, 1898), « L'aventure du grand homme », « Sherlock Holmes en fâcheuse posture », « Sur la piste du faussaire », « Quelques renseignements privés sur Sherlock Holmes », « Le détective de second ordre », « Le Diamant de la couronne » (The Crown Diamond, 1921), « Comment Watson apprit le truc » (How Watson learned the Trick, 1924) - Appendices : « Une mort spectaculaire », « Le mystère de la vallée de Sassassa » (The Mystery of Sassassa Valley, 1879), « Les quatorze enquêtes préférées de l'auteur » (1927)].

Histoires extraordinaires / Extraordinary Tales. Édition bilingue, traduit de l'anglais, présenté et annoté par Michel Marcheteau. [Paris], Éditions Langues pour tous, « Les langues pour tous » n°11129, 2000, 2005, 192 pages, 6.20 €
[Contient : When the World Screamed (1928) /« Le Jour où la terre hurlera », un récit de science-fiction – The Lost Special (1898) / « Le train disparaît », une énigme – The Bully of Brocas Court (1921) / « La brute de Brocas Court », un conte fantastique].
* D. Œuvres diverses, éditions séparées (par titre).
La Compagnie blanche (The White Company, 1891), roman, traduit de l'anglais par Robert Latour ; précédé de « Un cousin de Walter Scott », par Michel Le Bris. [Paris], Éditions Phébus, « D'aujourd'hui. Étranger », 1995, 414 pages, 22.71 € / Réédition : Éditions Phébus, « Libretto » n°70, 2001, 414 pages, 10.52 €

« Le meilleur roman historique depuis Ivanhoé » : tel fut l'accueil de la critique à la sortie de ce livre (1899) que Conan Doyle considérait - avec Sir Nigel, qui lui fait suite à sa façon - comme son œuvre la mieux inspirée. Quel régal, au surplus, pour des lecteurs français, que d'entendre la guerre de Cent ans racontée par un Anglais ! À suivre Sir Nigel et les trois cents archers de la légendaire Compagnie à travers Rouergue, Quercy, Guyenne et Gascogne - alors terres anglaises -, c'est un autre Moyen Age que nous découvrons : traité à l'anglo-saxonne, c'est-à-dire avec ce mélange d'érudition, de passion chevaleresque et de liberté aventureuse que nos voisins d'Outre-Manche, à la suite de Walter Scott et de Stevenson, ont su miraculeusement préserver. La guerre est là, bien sûr, mais aussi la passion amoureuse, les joutes entre chevaliers - sur la lice de Bordeaux -, les repues franches… Des personnages historiques croisent la route de nos héros. Ils ont nom Édouard III Plantagenêt, le Prince Noir, Pedro le Cruel, Bertrand Du Guesclin ou Tiphaine Raguenel. On assiste à la révolte de Jacques Bonhomme en Auvergne, à un combat naval dans la Manche, à des batailles rangées, à des duels, des concours de tir à l'arc…

Le Crime du Congo (The Crime of the Congo, 1910), essai, postface de Jean-Claude Williams. [Bruxelles], Éditions La Mesure du possible, « 1/20e », 2005, 264 pages, 20 €

« Le coupable est le roi, toujours le roi. C'est lui qui a imaginé toute l'opération, en pleine connaissance des malheurs qu'elle pouvait engendrer. Et, de fait, le malheur arriva. Il en était parfaitement informé. À maintes et maintes reprises, on attira son attention sur ce sujet. Car un mot de lui aurait changé le système. Mais il ne fut jamais prononcé. » Conan Doyle et le Congo ? Voilà qui peut surprendre. Si Le Crime du Congo n'est pas un roman policier, le père de Sherlock Holmes cherche pourtant bien un coupable. En instruisant le dossier de l'État indépendant du Congo et en dénonçant les abus, les profits et les exactions qui y avaient cours au début du 20ème siècle, il pointe un doigt accusateur vers le sommet de l'État belge. Indisponible en langue française depuis 1910, Le Crime du Congo, n'avait fait, depuis, l'objet d'aucune réédition. La présente publication comporte des passages que Arthur Conan Doyle avait choisi de ne pas faire publier dans l'édition française. C'est donc à une version inédite de cet ouvrage polémique que le lecteur d'aujourd'hui, sans doute fort intéressé à en connaître davantage sur ce qui est aussi son histoire, aura affaire.

Le Crime du Congo belge (The Crime of the Congo, 1910), essai, traduit de l'anglais par Jean-Claude Lamoureux ; postface de Colette Braeckman. [Paris], Éditions Les Nuits rouges, « Les nuits rouges » n°23, 2005, 312 pages, 14 €
[Contient : Le Crime du Congo belge - « Au Congo français » (1906), par Félicien Challaye - « Le Congo, d'une hécatombe à l'autre », par Colette Braeckman].

Contrairement à ce que son titre peut laisser croire, ce texte n'est pas une aventure inédite de Sherlock Holmes, mais un pamphlet de son créateur qui voulut enquêter lui-même sur les massacres et atrocités perpétrés entre 1885 et 1908 dans « l'État indépendant du Congo », propriété personnelle du roi des Belges, Léopold II. La rapacité du roi et des compagnies concessionnaires entraîna l'asservissement des paysans congolais, mobilisés pour « faire du caoutchouc ». Plusieurs millions d'entre eux y laisseront la vie, assassinés, affamés ou rendus malades. L'opinion mondiale retint surtout ces clichés d'enfants aux mains coupées, celles que les tirailleurs de la Force publique ramenaient aux officiers blancs pour prouver qu'ils n'avaient pas gaspillé leurs cartouches... Tout comme à cette époque Félicien Challaye, secrétaire de Brazza lors de son inspection menée sur la rive « française » du Congo en 1905, Doyle se réclame d'un colonialisme soucieux de l'« amélioration de la condition des races indigènes », et peut-être plus encore de la « liberté du commerce ». C'est-à-dire, dans sa conception, celui que pratiquaient les Anglais - oubliant la quasi-extermination des premiers Australiens - et, dans une moindre mesure, les Français, bien qu'ils eussent adopté l'essentiel du système léopoldien dans leur colonie congolaise, où le pillage des ressources caoutchouteuses, quoique moins abondantes, était aussi intense. C'est ce qui ressort du texte implacable de Challaye, publié par Charles Péguy en 1906 dans ses Cahiers de la quinzaine, malgré la modération de son expression.

Les Fées sont parmi nous (The Coming of the Fairies, 1922), traduit de l'anglais et présenté par Sylvie Marion. [Paris], Éditions Lattès, « Essais et documents », 1997, 214 pages, illus., 15.10 €

En 1917, deux écolières d'un petit village anglais, Cottingley, déclarent avoir photographié des fées. Vraies fées ? Fausses fées ? Photos truquées ? Vraies photos ? Un grand débat s'engage dans la presse anglaise : manipulation de génie ou « tournant de l'histoire de l'humanité » ? Conan Doyle, adepte du spiritisme, croit aux esprits de la nature que sont les fées. L'Anglais le plus célèbre de son temps va mener une formidable enquête à Cottingley, dans les laboratoires photographiques, auprès des clairvoyants, des extralucides et de tous ceux qui fréquentent depuis toujours les fées, les lutins et les elfes. Son but : « parcourir le chemin de la vérité », que nous empruntons avec lui dans l'enchantement, tant il est vrai que, depuis l'enfance, nous avons tous des fées enfouies dans nos cœurs et dans nos jardins.

La Grande ombre (The Great Shadow, 1892), roman, traduit de l'anglais par Albert Savine. [La Tour-d'Aigues, Vaucluse], Éditions de L'Aube, « Les populaires », 2006, 244 pages, 7.80 €

La peur règne en Europe : une menace pèse sur la paix des peuples, et cette « grande ombre » n'est autre que celle de Napoléon. Un jeune Anglais plonge alors dans un tourbillon des guerres entre puissants aux mains desquels les peuples ne sont que les instruments de leur quête de pouvoir et de gloire. Au-delà d'une apparente revendication nationaliste, et à travers le destin de ce modeste adolescent britannique à l'âme simple, Conan Doyle se montre ici digne des grands Stevenson, Fielding ou Dickens. Et c'est par ce véritable roman de formation qu'il nous livre un facette, inédite en France, de ses talents de romancier.

Ma vie aventureuse (Memoirs and Adventures, 1924), autobiographie, traduit de l'anglais par Louis Labat ; préface de François Rivière. [Rennes], Éditions Terre de brume, « Biographie », 2003, 234 pages, 17.50 €

« Que reste-t-il aujourd'hui d'Arthur Conan Doyle lorsque l'on cesse d'évoquer cette part de son œuvre qui, jusqu'à la fin des temps, escamotera son nom au profit de celui qui lui survit avec infiniment plus d'aplomb et de caractère ? » Cette phrase, par laquelle François Rivière ouvre la préface à Ma vie aventureuse, exprime l'incontournable nécessité de découvrir qui était réellement - selon lui, il est vrai... - l'immortel père de Sherlock Holmes et de son biographe, le docteur Watson. Derrière une personnalité hors du commun marquée par la présence indissociable de « ma'am », comme il surnommait sa mère, Arthur Conan Doyle avait choisi de vivre sa vie comme une aventure. Son embarquement sur un baleinier dans l'océan Arctique, ses voyages en Suisse, en Afrique de l'Ouest ou en Égypte, son engagement durant la guerre des Boers en Afrique du Sud, voire son entrée en politique, toutes ces étapes de sa vie, Arthur Conan Doyle les vécut sous le signe de l'aventure héroïque. Il ne nous reste plus qu'à suivre cette « vie aventureuse » et de glaner, ça et là, les clefs pour comprendre le créateur d'un mythe littéraire immortel et hors du temps.

Études en noir (The Final Adventures of Sherlock Holmes, édition de Peter Haining, 1995). [Paris], Éditions L'Archipel, 2004, 286 pages, 18.95 €
[Contient : Préface de Peter Haining - Avant-propos et notes de Thierry Saint-Joanis - « La vérité sur Sherlock Holmes » (The Truth about Sherlock Holmes, 1923, « Mystère chez l'oncle Jeremy » (Uncle Jeremy's Household, 1887), « La kermesse sportive » (The Field Bazaar, 1896), « L'homme aux montres » (The Story of Man with the Watches, 1898), « On a perdu un train spécial » (The Story of Lost Special, 1898), « L'aventure du grand homme » (The Case of the Man Who was Wanted, terminé par Robert A. Cutner en 1947 sous le titre The Adventure of Tall Man), « Sherlock Holmes en fâcheuse posture » (The Painful Predicament of Sherlock Holmes), « Sur la piste du faussaire », « Quelques renseignements privés sur Sherlock Holmes » (Some Personalia About Sherlock Holmes, 1917), « Le détective de second ordre », « Le Diamant de la couronne » (The Crown Diamond, 1921), « Comment Watson apprit le truc » (How Watson learned the Trick, 1924) - Appendices : « Une mort spectaculaire » (A Gaudy Death. Conan Doyle Tells the True Story of Sherlock Holmes' End, 1900, « Le mystère de la vallée de Sassassa » (The Mystery of Sassassa Valley, 1879), « Les quatorze enquêtes préférées de l'auteur » (My Favorite Sherlock Holmes Adventures, 1927)].

Le Monde perdu (The Lost World, 1912), roman, traduit de l'anglais par Louis Labat ; édition de Sylvie Howlett. [Paris], Éditions Magnard, « Classiques contemporains. Collège » n°8, 1999, 2001, 320 pages, 4.50 €

Prêt à tout pour conquérir Gladys - qui ne veut épouser qu'un héros -, Edward Malone, jeune journaliste en début de carrière, assiste à une conférence du professeur Challenger ; au cours de cette soirée, il s'engage à suivre le terrible savant en Amérique du Sud, pour rapporter des preuves de ce qu'il affirme envers et contre tous : les animaux de la Préhistoire existent encore de nos jours !

Le Monde perdu (The Lost World, 1912), roman, traduit de l'anglais par Louis Labat. [Paris], Éditions J'ai Lu, « J'ai Lu. Science-Fiction » n°4595, 1999, 2001, 256 pages, 4.50 €

Le Monde perdu (The Lost World, 1912), roman, traduit de l'anglais par Gilles Vauthier ; illustrations de Michel Siméon. [Paris], Éditions Hachette Jeunesse, « Le Livre de poche jeunesse. Classique » n°15, 2005, 356 pages, 5.90 €

Le Monde perdu (The Lost World, 1912), roman, traduit de l'anglais par Gilles Vauthier ; Jean-Philippe Chabot. [Paris], Éditions Gallimard-jeunesse, « Folio junior. Édition spéciale » n°665, 1998, 320 pages, 6.90 €

Le Monde perdu (The Lost World, 1912), roman, traduit de l'anglais par Gilles Vauthier ; illustrations de Zaïtchick. [Clermont-Ferrand], Éditions Paleo, « De l'autre côté » n°5, 2003, 232 pages, 26 €

Le Monde perdu sous la mer (The Maracot Deep or The Lost World Under the Sea, 1928), roman, traduit de l'anglais par Cécile Wajsbrot. [Paris], Éditions Hachette Jeunesse, « Le Livre de poche jeunesse. Classiques » n°770, 192 pages, 4.80 €

1926, au large des Canaries. Armé pour une mystérieuse expédition océanographique, trois hommes s'enfonçent jusqu'à huit mille mètres de profondeur dans une étonnante capsule, et perdent bientôt tout lien avec la surface. Ils se préparent à mourir quand l'incroyable survient : des hommes, habitants de cet abysse, viennent à leur secours et les emmènent dans leur énigmatique cité sous-marine...

Le Mystère de Cloomber (The Mystery of Cloomber, 1889), roman, traduit de l'anglais par Albert Savine ; traduction revue et présentée par Rémi Leneveu. [Toulouse], Éditions Ombres, « Petite Bibliothèque Ombres. Les Classiques de l'aventure et du mystère » n°159, 2007, 192 pages, 10 €

Deux ans après l'entrée en scène de Sherlock Holmes dans Une étude en rouge (1887), le crime et la police refont irruption dans l'œuvre de Arthur Conan Doyle grâce au Mystère de Cloomber, son second roman. Réimprimé en 1895, ce texte au charme étrange sera par la suite complètement délaissé par son auteur. Il l'écartera même de ses Œuvres complètes réunies par ses soins en 1928 et 1929. Pourtant ce roman qui met en scène un général fuyant un « danger qui ne peut être écarté par des moyens humains et qui est presque surnaturel », qui se barricade avec toute sa famille dans un château d'Écosse perdu entre la mer houleuse et la lande désolée, ne peut que séduire un lecteur féru de récits fantastiques et d'histoires policières.
« Ce roman mélancolique, désespéré, tragique, soutient fort bien la comparaison avec Une étude en rouge : seul le personnage du génial détective fait la différence. Le Mystère de Cloomber est, de beaucoup, plus poétique, plus raffiné dans l'atmosphère. Dans celle-ci, comme dans la situation dramatique (un homme réfugié dans un endroit désertique où viennent l'assiéger les fantômes du passé), perce l'influence de Robert Louis Stevenson. Le général Heatherstone, retraité de l'armée des Indes, vit dans l'attente d'un péril mortel tapi dans son passé ; tout comme le marin Billy Bones, pensionnaire de l'auberge de l'amiral Benbow dans L'Île au trésor, ou M. Huddlestone, le locataire de Pavillon sur les dunes. » (Francis Lacassin)

Le Parasite (The Parasite, 1894), roman, traduit de l'anglais par Albert Savine. [Paris], Éditions du Seuil, « Points. Virgule » n°75, 2003, 96 pages, 4.50 €

Un roman sombre et angoissant, fortement marqué par l’influence des contes fantastiques de Maupassant. Le professeur Gilroy expose, dans son journal intime, de quelle façon il est mis en relation avec Miss Penelosa, une indienne réputée pour la force de ses pouvoirs psychiques. Malgré son aversion pour le surnaturel, Gilroy accepte de se prêter à une série d’expériences avec elle. Peu à peu, cette dernière prend possession de son esprit comme un véritable parasite, l’amenant à commettre des actions qu’il réprouve. Bientôt, le jeune homme comprend avec effroi qu’il ne s’appartient plus. Dès lors, son journal intime change de ton et de fonction. Détaillant la moindre de ses pensées, Gilroy s’accroche de façon tragique et désespérée, à ce qui lui reste encore de libre arbitre et de raison pour conjurer l’effacement de son identité. Le cerveau d’un jeune scientifique est « parasité » par une femme aux pouvoirs surnaturels puissants qui parvient à contrôler ses pensées.

Les Réfugiés (The Refugees. A Tale of Two Continents, 1893), roman traduit de l'anglais et adapté par Ismène Toussaint. [Outremont, Québec, Canada], Éditions Alain Stanke, 2003, 382 pages, 19 €

Sir Nigel (Sir Nigel, 1906), roman, traduit de l'anglais par R. W. Allard. [Paris], Éditions Phébus, « D'aujourd'hui. Étranger », 1995, 348 pages, 21.95 € / Réédition : Éditions Phébus, « Libretto » n°73, 2001, 348 pages, 9.91 €

Il n'est pas de tout repos de se retrouver, en l'an de grâce 1348, dans la peau d'un orphelin de vingt ans - eût-on même, comme le jeune Nigel Loring, le plus noble sang dans les veines. La guerre avec la France s'est rouverte avec fracas neuf années plus tôt… et si pe

Haut de page >

Dictionnaire des auteurs

Dictionnaire

Haut de page >

L'actualité de la librairie RSS FEED TWITTER FEED FACEBOOK FEED

Le billet de la librairie

  • Homère, notre contemporain

    On n’en finit jamais avec Homère. Composées au VIIIè siècle avant notre ère, l’Iliade et l’Odyssée continuent de susciter de nouvelles traductions et des interprétations toujours renouvelées n’épuisant pas le sens et la richesse du texte homérique. De nombreux ouvrages témoignent de cette actualité d’Homère dont on ne cesse de découvrir de nouveaux visages qui entrent en résonance avec notre actualité.

    24 octobre 2019

    >> Lire la suite

Facebook