Newsletter







Identifiez-vous




La librairie

    • La librairie Compagnie
    • 58, rue des Ecoles
      75005 Paris
    • Téléphone
    • 01 43 26 45 36
    • Fax
    • 01 46 34 63 37
    • Horaires
    • du lundi au samedi de 10h30 à 20h15

CRUMEY, Andrew

CRUMEY, Andrew
[ÉCOSSE] (Glasgow, Écosse, 1961). Après des études de physique et de mathématiques à l'université St Andrews et à l'Imperial College, à Londres, il enseigne pendant plusieurs années. Romancier et critique littéraire au Scotland on Sunday.
Bibliographie : Music in a Foreign Language (1994), Pfitz (1995), D’Alembert’s Principle (1996), Mr Mee (2000).

LIVRES (Traductions) 
Pfitz (Pfitz, 1995), roman, traduit de l’anglais par Alain Gnaedig. [Paris], Éditions Calmann-Lévy, « Traduit de », 1998, 198 pages, épuisé.
* Réédition : [Paris], Éditions Le Serpent à plumes, « Motifs » n°129, 2001, 260 pages, 6.86 €

Un Prince, autrefois, parce qu'il voulait fuir la mort, se fit le bâtisseur de villes imaginaires. Tout son royaume fut mobilisé et devint une Administration tentaculaire chargée de décrire tous les recoins de la Ville, tous ses habitants virtuels, toute leur histoire. Dans cette fabrique d'utopie, un jeune Cartographe tomba un jour amoureux fou d'une rousse Biographe. Pour l'approcher, il décida de créer un nouveau personnage imaginaire dans la Ville : le valet Pfitz. Ce faisant, il ne savait pas qu'il mettait le doigt dans une conspiration complexe entre réel et imaginaire, un labyrinthe dangereux. Andrew Crumey, écrivain écossais, signe avec ce Pfitz un roman brillant et joyeux qui rappelle les contes de Calvino ou les fantasmagories de Borges.

Le Principe de d'Alembert. Mémoire, raison et imagination (D'Alembert's Principle, 1996), roman, traduit de l’anglais par Alain Gnaedig. [Paris], Éditions Calmann-Lévy, « Traduit de », 1999, 224 pages, épuisé.


Haut de page >

Dictionnaire des auteurs

Dictionnaire

Haut de page >

L'actualité de la librairie RSS FEED TWITTER FEED FACEBOOK FEED

Le billet de la librairie

  • Visages d'Albert Camus

    Le 4 Janvier 1960, Albert Camus disparaissait dans un accident de voiture. L’auteur de “L’étranger” (Folio) ou encore des “Justes” (Folio) laissait derrière lui une importante oeuvre littéraire et philosophique traversée par des questionnements moraux et politiques dont l’actualité ne cesse de trouver des échos aujourd’hui et parfois les plus inattendus comme en témoigne le succès récent de “La peste” (Folio). Alors soixante après sa disparition, quel est l’héritage philosophique et littéraire d’Albert Camus ? Et en quoi la publication de récentes correspondances nous éclairent-elles sur le soubassement intime de l’oeuvre ?

    10 mars 2020

    >> Lire la suite

Facebook