Newsletter







Identifiez-vous




La librairie

    • La librairie Compagnie
    • 58, rue des Ecoles
      75005 Paris
    • Téléphone
    • 01 43 26 45 36
    • Fax
    • 01 46 34 63 37
    • Horaires
    • du lundi au samedi de 10h30 à 20h15

BOYD, William

BOYD, William
[ÉCOSSE] (Accra, Ghana, 1952). Né au Ghana où son père était médecin et sa mère enseignante, cet Écossais n'est arrivé en Grande-Bretagne qu'à l'âge de dix ans. Il a fait ses études aux universités de Glasgow et de Nice ainsi qu'à Oxford où il a également enseigné la littérature anglaise. C'est à cette époque qu'il publie son premier roman Un Anglais sous les Tropiques (A Good Man in Africa, 1981). Il fut critique télé pour le magazine New Statesman, de 1981 à 1983, et il a également écrit de nombreux scénarios de téléfilms, notamment l'adaptation de son livre Armarillo en 1998. Pour le cinéma, il a adapté deux de ses romans (Stars and Bars, en 1988 et A Good Man in Africa, en 1994), ainsi que ceux de Joyce Carey (Mister Johnson, en 1990), de Mario Vargas Llosa (Turne in Tomorrow, d'après La Tante Julia et le scribouillard, en 1990), et a lui-même réalisé le film La Tranchée (The Trench, 1999). Depuis le succès de ses livres, il a quitté l'enseignement et partage sa vie entre le Sud-Ouest de la France (Dordogne) et Londres.
Bibliographie : A Good Man in Africa (1981), On the Yankee Station and Other Stories (1981), An Ice-Cream War (1982), Stars and Bars (1984), School Ties (1985), The New Confessions (1987), Brazzaville Beach (1990), The Blue Afternoon (1993), The Destiny of Natalie 'X' and Other Stories (1995), Armadillo (1998), Nat Tate. An American Artist 1928-1960 (1998), Any Human Heart (2002), Fascination, (2004), Bamboo (2005), Restless (2006).

LIVRES (Traductions) 
Un Anglais sous les tropiques (A Good Man in Africa, 1981), roman, traduit de l’anglais par Christiane Besse. [Paris], Éditions André Balland, 1984, 404 pages, épuisé.
* Rééditions : [Paris], Éditions du Seuil, « Points. Roman » n°222, 1986, 404 pages, épuisé / Éditions du Seuil, 1995, 404 pages, 21.20 € / Éditions du Seuil, « Points » n°10, 1995, 404 pages, 7.80 €

Dans les moiteurs africaines du Kinjanja, Morgan Leafy, modeste fonctionnaire au service de Sa très Gracieuse Majesté, se voit confier une mission délicate. Convaincu que l'occasion lui est enfin donnée de satisfaire une juste ambition, il décide d'ouvrir sur la voie du succès un deuxième front en menant à vive allure une liaison avec la fille de son supérieur hiérarchique. Hélas, la situation très vite lui échappe, et Morgan Leafy déclenche une série de catastrophes absurdes, tragiques ou dérisoires dont il sortira épuisé, arroseur arrosé, manipulateur manipulé.

La Chasse au lézard (On the Yankee Station and Other Stories, 1981 ; Transfigured Night, 1989), nouvelles, traduit de l’anglais par Christiane Besse. [Paris], Éditions du Seuil, 1990, 272 pages, 20.90 €
* Réédition : [Paris], Éditions du Seuil, « Points » n°381, 1997, 260 pages, 6.95 €
[Contient : « La chasse au lézard » ; « Du soin et de l'attention à donner aux piscines » « La fille à la chauve-souris » ; « T'inquiète, Jayette » ; « Situations bizarres » ; « Presque jamais » ; « Le prochain bateau » ; « Cadeaux » ; « Alpes- Maritimes » ; « Ma petite amie aux jeans étroits » ; « Histoire vache » ; « Sur la base yankee » ; « L'amour fait mal » ; « Extraits du journal de l'aviateur J » ; « Le coup » ; « La nuit transfigurée »].

Qu'il mette en scène les angoisses sexuelles d'un collégien écossais, les obsessions d'un maniaque californien des piscines ou les vaticinations rnédico-philosophiques d'un opéré du cerveau, William Boyd navigue avec aisance d'un continent et d'un rivage à l'autre. Seize textes brefs : autant de mini-romans, où l'auteur des Nouvelles Confessions fait une étincelante démonstration de la diversité de son talent d'écriture et de la richesse de son imagination.

Comme neige au soleil (An Ice-Cream War, 1982), roman, traduit de l’anglais par Christiane Besse. [Paris], Éditions André Balland, 1984, 404 pages, épuisé.
* Rééditions : [Paris], Éditions du Seuil, « Points. Roman » n°252, 1986, 404 pages, épuisé / Éditions du Seuil, « Points » n°35, 1995, 480 pages, 7.50 € / Éditions du Seuil, 2003, 412 pages, 20.50 €

La Grande Guerre ne se vit pas tout à fait de la même façon selon qu'on habite au bord de la Tamise ou au pied du Kilimandjaro, à la frontière anglo-allemande de l'Afrique orientale. À l'arrière comme au front, on a bon espoir que la fureur belliqueuse fonde comme neige au soleil, mais on ne sait pas encore qu'il faudra combattre trois mois de plus faute d'avoir eu vent de l'armistice. La guerre ici est bel et bien meurtrière, mais le climat incongru, les héros « déplacés » de ces colonies lointaines, donnent au second roman de William Boyd une tonalité tout à fait dans la tradition des humoristes anglais, où constamment le comique de situation sape les velléités héroïques, où l'horreur le dispute à la plus décapante cocasserie.

La Croix et la bannière (Stars and Bars, 1984), roman, traduit de l’anglais par Christiane Besse. [Paris], Éditions André Balland, 1986, 360 pages, épuisé.
* Rééditions : [Paris], Éditions J'ai lu, « J'ai lu » n°2139, 1987, 350 pages, épuisé / Éditions du Seuil, 2001, 300 pages, 19.89 € / Éditions du Seuil, « Points » n°958, 2002, 344 pages, 7.50 €

Timide, gauche et irrémédiablement anglais, Henderson Dores, quarante ans, expert en tableaux, adore l'Amérique où il songe à refaire sa vie. Oui, mais l'Amérique justifiera-t-elle ces espoirs et lui rendra-t-elle cette affection ? La question restera peut-être en suspens si l'on en juge par la série rocambolesque d'aventures qu'il va connaître. Le sud profond des États-Unis se révèle un terrain miné où Henderson risque de manquer de ressources pour faire face à un milliardaire bizarre, à ses tableaux douteux, à sa progéniture redoutable - sans compter une exaspérante Lolita, fille de son ex et future épouse.. La Croix et la Bannière n'est pas seulement une étourdissante pochade, c'est un merveilleux divertissement autour des moeurs et coutumes d'un pays que l'auteur, à travers le regard affolé de son emblématique anti-héros, contemple d'un ail tendre mais lucide.

Les Nouvelles confessions (The New Confessions, 1987), roman, traduit de l’anglais par Christiane Besse. [Paris], Éditions du Seuil, 1988, 624 pages, 28.70 €
* Réédition : [Paris], Éditions du Seuil, « Points » n°34, 1995, 624 pages, 7.95 €

Fasciné par Les Confessions de Jean-Jacques Rousseau dont il a tiré un des chefs-d'œuvre, toujours recommencé, du cinéma muet, John James Todd s'abandonne à son tour aux confessions. Les souvenirs de son enfance solitaire en Écosse, de la Grande Guerre sur le front belge, de sa vie dans le Berlin de la République de Weimar, du Hollywood de la Chasse aux sorcières, se tissent à la trame des jours paisibles qu'il coule aux bords de la Méditerranée où il s'est retiré. Mi-désenchanté, mi-moqueur, constamment lucide, ce John James Todd est bien dans la lignée des héros de Boyd dont les heurs et malheurs sont toujours dépeints avec une irrésistible malice.

Brazzaville Plage (Brazzaville Beach, 1990), roman, traduit de l’anglais par Christiane Besse. [Paris], Éditions du Seuil, 1991, 352 pages, 22.50 €
* Réédition : [Paris], Éditions du Seuil, « Points » n°33, 1995, 368 pages, 7.50 €

Hope Clearwater, jeune, belle et savante éthologue, analyse les circonstances qui l'ont conduite à sa retraite volontaire de Brazzaville Plage, entre ciel, sable et océan. D'abord son mariage raté avec le mathématicien John Clearwater. Puis, après la fin tragique de cette union, sa fuite en Afrique, dans un Centre de primatologie où elle se retrouve aux prises avec une colonie de chimpanzés cannibales.

L'Après-midi bleu (The Blue Afternoon, 1993), roman, traduit de l’anglais par Christiane Besse. [Paris], Éditions du Seuil, 1994, 360 pages, 22.50 €
* Réédition : [Paris], Éditions du Seuil, « Points » n°235, 1996, 338 pages, 6.95 €

L'affaire Carriscant commence-t-elle à Manille un matin de 1902, à l'instant où un brillant chirurgien jette les yeux sur une belle tireuse à l'arc ? Ou bien en 1936, à Los Angeles, lorsque Kay Fischer est abordée par un homme qui affirme être son père ? Ou encore à Lisbonne qui réunit les héros de cette surprenante aventure ? Intemporelle, insaisissable, l'affaire Carriscant est une merveilleuse histoire d'amour qui tient de la légende.

Le Destin de Nathalie X (The Destiny of Natalie X and Other Stories, 1995), nouvelles, traduit de l’anglais par Christiane Besse. [Paris], Éditions du Seuil, 1996, 244 pages, 17.60 €
* Réédition : [Paris], Éditions du Seuil, « Points » n°480, 1998, 244 pages, 5.95 €
[Contient : « Le destin de Nathalie X » ; « Continuité souple » ; « Hôtel des voyageurs » ; « Jamais vu le Brésil » ; « L'amant de rêve » ; « N pour N » ; « La persistance des images » ; « Déjeuner » ; « Du liège » ; « Souvenirs de la mouche-saucisse »].

Le Destin de Nathalie X est le titre du premier film très remarqué d'Aurélien No, un jeune cinéaste africain. À la suite de ce succès, il part tourner à Los Angeles et devient malgré lui la coqueluche d'un Hollywood que William Boyd décrit avec un humour aussi savoureux que corrosif. Neuf autres récits suivent : des amours entre une veuve anglaise et un poète portugais méconnu, en passant par les déboires d'un mari infidèle, les désillusions d'un passionné du Brésil, ou encore un hommage aux artistes du Bauhaus, autant de registres et de situations différentes où Boyd démontre la variété et la qualité de son écriture.

Armadillo (Armadillo, 1998), roman, traduit de l’anglais par Christiane Besse. [Paris], Éditions du Seuil, 1998, 366 pages, 21.10 €
* Réédition : [Paris], Éditions du Seuil, « Points » n°625, 1999, 366 pages, 6.95 €

Un matin d'hiver, Lorimer Black, jeune, beau, sûr de lui - en apparence -, découvre l'homme avec lequel il avait rendez-vous pendu parmi les décombres de son usine. Tout va alors basculer dans la vie de Lorimer. Privé de son emploi, de ses amitiés, de ressources et de sommeil, l'ex-expert en sinistres auprès d'une compagnie d'assurances se retrouve désarmé dans une société cynique et malhonnête.
Avec Londres en toile de fond, le septième roman de William Boyd est une anatomie comiquement révélatrice de la nature déconcertante de la vie contemporaine. À la fois ironique et émouvant, Armadillo explore des zones qui nous touchent tous : la quête vaine des certitudes, l'immense besoin de sécurité et la soif éternelle d'aimer quelqu'un d'un amour payé de retour...

Visions fugitives. Histoires, mémoires et canulars, illustrations de François Bouet, traduit de l’anglais par Christiane Besse. [Paris], Éditions du Seuil, 2000, 348 pages, 19.89 €
* Réédition : Éditions du Seuil, « Points » n°856, 2001, 148 pages, 4.95 €
[Contient : « Visions fugitives » (Visions fugitives, 1998), première publication française, Librairie La Brèche, Bergerac ; « Hantise » (A Haunting, 1998), première publication française dans Le Monde, 18 juillet 1998 ; « Fantaisie sur une valse aimée » (Fantasia on a Waltz, 1998), nouvelle inédite ; « Vidéo pour adultes » (Adult video, 1999), première publication dans The New Yorker, May 31, 1999 ; « Varengeville », première publication dans The New Yorker, Nov. 16, 1998 ; « Protobiographie », « Souvenirs de la mouche-saucisse » exceptée (Protobiography, 1998)].

Labyrinthes de souvenirs éphémères, instants de vie réels ou inventés, présent inévitablement tricoté dans le passé, tous les récits réunis dans ce recueil portent la marque d'un écrivain fasciné par le cinéma. Que ce soit avec Visions fugitives (un musicologue américain en route pour un village de la Meuse en ruine pendant la Première Guerre mondiale), Hantise (un architecte-paysagiste, victime d'une étrange schizophrénie), Vidéo pour adultes (le cynisme oxonien dans toute sa splendeur), Fantaisie sur une valse aimée (à Hambourg, une petite prostituée mélomane rencontre un jeune pianiste) ou encore Varengeville (Georges Braque console un petit garçon).
Ce recueil pourrait aussi - si le titre n'était pas déjà pris - s'intituler « Je suis une caméra ».

Nat Tate. Un artiste américain (Nat Tate. An American Artist, 1928-1960, 1998), traduit de l’anglais par Christiane Besse. [Paris], Éditions du Seuil, « Points » n°1046, 2002, 88 pages, illus., 5.95 €

Nat Tate est la biographie d'un peintre américain qui connut son heure de célébrité (école de New-York, dans les années 50). Une biographie plus vraie que nature sortie entièrement de l'imagination de William Boyd. Celui-ci, avec quelques dessins et un ou deux tableaux de sa main, une collection de vieilles cartes postales et la complicité de Gore Vidal, David Bowie et d'autres, a concocté une histoire aussi authentique que celle des Analectes de N, nouvelle publiée dans un précédent recueil.
L'itinéraire de Nat Tate - depuis sa naissance - est reconstitué grâce à ses amis (et il en eut beaucoup) et son œuvre (dûment reproduite) doctement analysée par ses exégètes. Et si la mèche n'avait pas été vendue par un journaliste indiscret, on continuerait de rechercher avec avidité les œuvres rares de ce peintre que d'aucuns prétendaient déjà avoir connu...

À livre ouvert. Les carnets intimes de Logan Mountstuart (Any Human Heart, 2002), roman, traduit de l’anglais par Christiane Besse. [Paris], Éditions du Seuil, 2002, 520 pages, 22 €
* Réédition : [Paris], Éditions du Seuil, « Points » n°1152, 2004, 594 pages, 7.95 €

Logan Mounstuart (1906-1991) est un écrivain dont la vie fut, entre tornades sentimentales, aventures et péripéties, une véritable épopée. Journaliste, il couvre la guerre d'Espagne et rencontre Hemingway. Critique d'art, il se lie à Picasso. Galeriste, il croise Jackson Pollock. Pendant la guerre, il sert dans les services de renseignements sous les ordres de lan Fleming.. On l'aura compris, Logan Mounstuart traverse le XXe siècle et, d'un continent à l'autre, en restitue les bouleversements intellectuels, politiques et sociaux. Une fausse autobiographie ? Un journal fictif ? Plutôt un roman magnifique de vraisemblance où l'auteur prête sa voix à son héros avec une virtuosité de ventriloque et se plaît à mêler la réalité et l'invention, pour le plus grand plaisir du lecteur.

France - Grande-Bretagne. L'entente cordiale / Great Britain - France. The Entente cordiale, par William Boyd et François-Charles Mougel, édition bilingue ; préface de Jean-Pierre Angremy. [Paris], Adpf-Publications, 2004, 128 pages, illus., 15 €

Mise en perspective historique de l'Entente cordiale dont est célébré en 2004 le centenaire. Présente un panorama des études récentes des intellectuels français et britanniques sur les relations entre les deux pays, quelques réflexions de l'écrivain W. Boyd sur quelques traits culturels français, enfin une sélection bibliographique des études croisées sur le « pays voisin ».

La Femme sur la plage avec un chien (Fascination, 2004), nouvelles, traduit de l’anglais par Christiane Besse. [Paris], Éditions du Seuil, 2005, 196 pages, 18 €
* Réédition : [Paris], Éditions du Seuil, « Points » n°1456, 2006, 196 pages, 6.50 €
[Contient : « La femme sur la plage avec un chien », « Fascination », « Carnet de notes n°9 », « Beulah Berlin, de A à Z », « Incandescence », « Le problème esprit/corps », « Yves Hill », « Le fantôme d'un oiseau », « Le pigeon »].

« J'ai écrit huit romans mais je ne peux m'empêcher d'écrire des nouvelles. Quelque chose dans la forme brève me séduit et m'attire inlassablement. » Tels sont les propos de William Boyd dont le présent recueil est la démonstration éclatante. Ces histoires tour à tour drôles, absurdes, poignantes, comme les vies de leurs personnages animés du désespoir tranquille et contagieux propre aux anti-héros boydiens, nous promènent à travers le temps et l'espace. Que ce soit la rencontre fortuite d'un homme et d'une femme sur une plage de Nouvelle-Angleterre, les derniers jours d'un jeune soldat blessé après le débarquement en Normandie, les affres d'un gentilhomme russe contemporain de Tchekhov, l'intérêt principal de l'auteur réside, au-delà des styles et modes de narration divers, dans son exploration de la condition humaine et d'existences dominées par la quête ou le manque d'amour.

La Vie aux aguets (Restless, 2006), roman, traduit de l’anglais par Christiane Besse. [Paris], Éditions du Seuil, 2007, 338 pages, 23 €

Sénilité précoce, paranoïa ? Comment ne pas y penser quand, par un jour de canicule de l'été 1976, votre mère, si anglaise et si digne, vous annonce tout de go qu'elle est en réalité Eva Delectorskaya, une émigrée russe et une ex-espionne de haut vol ? Et pourtant, Ruth Gilmartin doit s'y résoudre : tout est vrai. Depuis trente et quelques années, pour tenter de retrouver la sécurité, Sally-Eva a échafaudé avec soin le plus vraisemblable des mensonges. Au fil de la lecture du manuscrit que lui remet sa mère, Ruth - revenue d'Allemagne pour terminer sa thèse à Oxford et y élever son petit garçon - voit sa vie basculer. À qui se fier ? À personne, justement, comme le voulait la règle numéro 1 de Lucas Romer, le séduisant mentor d'Eva dans les services secrets britanniques. Et si Eva se découvre maintenant, c'est contrainte par la nécessité absolue d'obtenir l'aide de sa fille pour accomplir sa dernière mission : régler enfin son compte à un passé qui, du Nouveau-Mexique à un petit villa­ge anglais perdu, s'acharne à vouloir rattraper une vie déjà habitée par la peur. Une vie aux aguets.. sur fond de conflit mondial et de manipulations internationales, mais aussi une magnifique histoire d'amour et de trahison.


Haut de page >

Dictionnaire des auteurs

Dictionnaire

Haut de page >

L'actualité de la librairie RSS FEED TWITTER FEED FACEBOOK FEED

Le billet de la librairie

  • Homère, notre contemporain

    On n’en finit jamais avec Homère. Composées au VIIIè siècle avant notre ère, l’Iliade et l’Odyssée continuent de susciter de nouvelles traductions et des interprétations toujours renouvelées n’épuisant pas le sens et la richesse du texte homérique. De nombreux ouvrages témoignent de cette actualité d’Homère dont on ne cesse de découvrir de nouveaux visages qui entrent en résonance avec notre actualité.

    24 octobre 2019

    >> Lire la suite

Facebook