Newsletter







Identifiez-vous




La librairie

    • La librairie Compagnie
    • 58, rue des Ecoles
      75005 Paris
    • Téléphone
    • 01 43 26 45 36
    • Fax
    • 01 46 34 63 37
    • Horaires
    • du lundi au samedi de 10h30 à 20h15

TEY, Joséphine
[ÉCOSSE] (Inverness, Highlands, Écosse, 1897 – Londres, 1952). Pseudonyme d'Elisabeth Mackintosh. Elle commence sa carrière littéraire dans les années 20, en publiant de la poésie et des nouvelles dans divers périodiques. En 1929, sous le pseudonyme de Gordon Daviot, elle publie son premier roman, Le Monogramme de perles (The Man in the Queue), où apparaît pour la première fois le personnage de l'inspecteur Alan Grant de Scotland Yard. En 1936, sous le nom de Joséphine Tey, elle publie une nouvelle enquête de l'inspecteur Grant, Jeune et innocent (A Shilling for Candles), qui sera adapté au cinéma par Alfred Hitckock l'année suivante. Par la suite, elle utilisera le nom de Josephine Tey pour toutes ses autres histoires criminelles, notamment les six enquêtes de Grant, réservant celui de Gordon Daviot pour ses nombreuses pièces de théâtre (comme Richard of Bordeaux, créée par John Gielgud), trois romans et une biographie.
Bibliographie (extrait) : Kif. An Unvarnished History (1929), The Man in the Queue (1929 ; rééd. sous le titre Killer in the Crowd), The Expensive Halo (1931), A Shilling for Candles (1936), Miss Pym Disposes (1946), The Franchise Affair (1948), Brat Farrar (1949 ; rééd. sous le titre Come and Kill Me, 1951), To Love and Be Wise (1950), The Daughter of Time (1951), The Singing Sands (1952), The Privateer (posth., 1952).

LIVRES (Traductions) 
Le Monogramme de perles. Série « Alan Grant » 1 (The Man in the Queue, 1929 ; réédition sous le titre Killer in the Crowd), roman, traduit de l’anglais par Anne d'Aurier et Dominique Chambron. [Paris], Librairie des Champs-Élysées, « Le Masque. Les reines du crime » n°2179, 1994, 286 pages, épuisé.

Le Maillot vert. Série « Alan Grant » 2 (A Shilling for Candles, 1936), roman, traduit de l’anglais par Miriam Dou. [Paris], Librairie des Champs-Élysées, « Le Masque » n°522, 1955, épuisé.
[*] Nouvelle édition sous le titre Jeune et innocent, traduit de l'anglais par Hélène et Paul Le Duff. [Paris], Librairie des Champs-Élysées, « Le Masque. Les reines du crime » n°2094, 1992 ; 2002, 256 pages, épuisé.
* Réédition dans Les Romans qui ont inspirés Hitchcock, présentation de Claude Chabrol. [Paris], Librairie des Champs-Élysées, « Les intégrales du Masque », 1994, 1392 pages, épuisé.

Le Grand départ de Miss Pym (Miss Pym Disposes, 1946), roman, traduit de l’anglais par Florence Vuarnesson. [Paris], Librairie des Champs-Élysées, « Le Masque. Les reines du crime » n°2301, 1996, 282 pages, épuisé.

Elle n'en pense pas un mot. Série « Alan Grant » 3 (The Franchise Affair, 1948), roman, traduit de l’anglais par Germaine Lalande. [Paris], Éditions Ditis, « Dective Club » n°20, 1949, 224 pages, épuisé.
* Rééditions : [Paris], Éditions « J'ai lu. Policier » n°35, 1965, 256 pages, épuisé / [Paris], Librairie des Champs-Élysées, « Le Masque. Les Maîtres du roman policier » n°1742, 1984, 192 pages, épuisé.

En trompe l'œil (Brat Farrar, 1949 ; publié aux États-Unis sous le titre Come and Kill Me, 1951), roman, traduit de l’anglais par Denise Rousset. [Paris], Éditions Gallimard, « Panique » n°6, 1963, 192 pages, épuisé.
* Réédition : [Paris], Librairie des Champs-Élysées, « Le Masque. Les reines du crime » n°2137, 1993, 216 pages.
[*] Nouvelle édition sous le titre Retour au bercail, traduit de l'anglais par A. M. Jarriges. [Paris], Éditions Mondiales, « Intimité » n°398, 1979, 224 pages, épuisé.

Le Plus beau des anges. Série « Alan Grant » 4 (To Love and Be Wise, 1950), roman, traduit de l’anglais par Michel Duchein. [Paris], Éditions Julliard, « P.J. » n°14, 1970, 240 pages, épuisé.
* Rééditions : [Paris], Éditions Rivages, « Rivages-Mystères » n°7, 1988, 234 pages, épuisé / « Rivages-noir. Série Mystère », n°546, 2005, 234 pages, 6.50 €

À Salcott-St-Mary vit une colonie d’artistes et d’écrivains qui se jalousent et se déchirent avec le sourire. Lorsqu’un séduisant jeune américain vient y vivre, il suscite aussitôt haines et passions. Mais qui est-il ? Un homme ou… le plus beau des anges, c’est-à-dire Lucifer ?

La Fille du temps. Série « Alan Grant » 5 (The Daughter of Time, 1951), roman, traduit de l’anglais par Michel Duchein. [Paris], Éditions Julliard, « P.J. » n°2, 1969, 256 pages, épuisé.
* Réédition : [Paris], UGE (Union générale d'éditions), « 10-18. Grands détectives» n°1559, 1983 ; 2003, 256 pages, 6.90 €

Immobilisé sur son lit d'hôpital, l'inspecteur Grant s'ennuie. Pour se distraire, il passe au crible de son œil criminologiquement très exercé des portraits de personnages historiques. Parmi eux, un visage lui inspire sympathie et déférence. Mais il s'avère être celui de l'épouvantable Richard III, roi d'Angleterre, parvenu au trône (voyez Shakespeare) grâce à l'assassinat de ses neveux, les enfants d'Édouard. Alors commence à travers l'Histoire une quête de la vérité qui forme l'une des enquêtes les plus originales de toute la littérature policière, l'un des dix grands classiques du genre salué par la critique et aussi par les pairs de l'auteur.

Un cadavre sur le sable. Série « Alan Grant » 6 (The Singing Sands, 1952), roman, traduit de l’anglais par Pascal Aubin. [Paris], Librairie des Champs-Élysées, « Le Masque. Les reines du crime » n°2345, 1997, 256 pages, épuisé.


Haut de page >

Dictionnaire des auteurs

Dictionnaire

Haut de page >

L'actualité de la librairie RSS FEED TWITTER FEED FACEBOOK FEED

Le billet de la librairie

  • Huysmans et les écrivains "fin-de-siècle"

    On désigne par l’expression “fin de siècle” des mouvements culturels et artistiques français comme le symbolisme, le décadentisme ou encore l’Art nouveau émergeant à la fin du XIXe siècle. Ce que l’on peut nommer comme un esprit ou une sensibilité commune fait souvent référence aux marqueurs culturels qui ont été reconnus comme prégnants au début des années 1880 et 1890, notamment l’ennui, le cynisme, un sentiment de finitude et une forme de mélancolie engendrées par les angoisses lié au progrès technique.

    30 novembre 2019

    >> Lire la suite

Facebook