Newsletter







Identifiez-vous




La librairie

    • La librairie Compagnie
    • 58, rue des Ecoles
      75005 Paris
    • Téléphone
    • 01 43 26 45 36
    • Fax
    • 01 46 34 63 37
    • Horaires
    • du lundi au samedi de 10h30 à 20h15

SCOTT, Sir Walter

SCOTT, Sir Walter
[ÉCOSSE] (Édimbourg, Écosse, 1771 – Manoir d'Abbotsford, Borders, Écosse,1832). Destiné à une carrière d’avocat comme son père, il fut nommé magistrat en 1806. Sa passion pour les traditions écossaises le conduisit à publier des recueils de poésies et de ballades des Borders (au sud de l’Écosse). Il en tira des poèmes narratifs qui connurent un succès retentissant (1805-1815). Il aborda ensuite le roman historique avec Waverley (1814) qui lui valut une renommée internationale.
L'œuvre poétique et romanesque de Walter Scott a été entièrement traduite dès le XIXe  siècle, notamment par Joseph Martin, Jean Cohen, Mme Collet, Auguste-Jean-Baptiste Defauconpret, son fils Charles-Auguste Defauconpret, A. et P. Chaillot, Mme de Marèse/Maraise, Albert Montémont, M. Barré, Léon de Wailly, Louis Vivien, etc. Ces traductions (surtout celles de Defauconpret), ont bénéficié de multiples éditions, réimpressions et rééditions, intégrales ou tronquées, chez de nombreux éditeurs, ainsi que de nombreuses adaptations dans la plupart des collections pour la jeunesse.

Ouvrages de Walter Scott disponibles en librairie au 1er mars 2007 : A. Éditions séparées / B. Éditions collectives.

* A. Éditions séparées (classées par titre).
L'Antiquaire (The Antiquary, 1816), roman, sans nom de traducteur. [Nice], Éditions Alandis, 1999, 336 pages, 12.20 €

Le Cœur du Mid-Lothian. La prison d'Édimbourg (Tales of My Landlord, 2nd series, The Heart of Midlothian, 1818), roman, traduit de l'anglais, présenté, et annoté par Sylvère Monod ; avec une étude d'Henri Bremond. [Paris], Éditions Gallimard, « Folio. Classique » n°3048, 1998, 976 pages, 10.30 €

Sans Walter Scott, et l'immense influence qu'il a exercée, Balzac, Stendhal, Hugo, Dumas n'auraient pas été les mêmes. Il a su transformer l'histoire passée, mais aussi l'époque moderne, en drame poignant. Le Cœur du Mid-Lothian, dont le nom désigne la prison d'Édimbourg, raconte l'histoire, qui commence en 1736, de gens simples, écrasés par l'injustice, et les efforts d'une jeune paysanne pour faire innocenter sa sœur, injustement condamnée à mort. Émeutes, dialogues pathétiques, procès, amour et violence, tous les ressorts d'une œuvre populaire s'unissent aux tourments de la conscience, à l'héroïsme quotidien, au ton de la ballade et de l'épopée : c'est pourquoi on considère ce roman comme le chef-d'œuvre de Scott. La traduction que les romantiques avaient lue datait de 1821. Nous donnons de ce roman pour la première fois une version précise et complète.

Histoire de la démonologie et de la sorcellerie (Letters on Demonology and Witchcraft, 1831), traduit de l'anglais par Auguste-Jean-Baptiste Defauconpret (reproduction en fac-similé de l'édition de Paris, Furne, 1832). [Genève], Éditions Slatkine, 1980, 324 pages, 14.65 €

— Ivanhoé (Ivanhoe, 1820), roman, traduit de l'anglais par Auguste-Jean-Baptiste Defauconpret ; illustrations de Lix, Adrien Marie, Riou et sir Harold Scott. [Paris], Éditions Gallimard Jeunesse, « Folio junior » n°243 et n°244, 1998, 304 + 336 pages, chaque vol. 6.20 €

Richard Cœur de Lion, au retour de la troisième Croisade, a été fait prisonnier par le duc d'Autriche. En son absence, son frère, Jean Sans Terre, cherche à s'emparer de son trône... Mais au cours d'un tournoi, un mystérieux chevalier réussit à vaincre les plus valeureux combattants de la noblesse normande, alliés de Jean. C'est Wilfred d'Ivanhoé, compagnon fidèle du roi Richard...

— Ivanhoé Ivanhoe, 1820), adapté de l'anglais par Armand Rio ; illustrations de Robert Diet. [Paris], Éditions Hachette Jeunesse, « Le Livre de poche jeunesse. Aventure » n°1120, 2002, 344 pages, 5.50 €

Le Nain noir (Tales of My Landlord, 1st series, The Black Dwarf, 1816), roman, traduit de l'anglais par Auguste-Jean-Baptiste Defauconpret. [La Tour-d'Aigues], Éditions de l'Aube, « Les populaires », 2006, 192 pages, 7.50 €

Au cœur des Highlands vit Elshie de Mucklestane, celui que l'on nomme aussi le nain noir. Farouchement misanthrope, il effraie plus qu'il n'attire ; ses traits et son caractère en font le sujet de toutes les rumeurs chez les paysans alentour. Vivant en ermite, il est affublé de curieux pouvoirs sur ces terres de légendes, de magie, mais aussi de superstitions... Brigands et malfaisants rôdent parfois en ces contrées sous des habits de noblesse, et le nain devra, enfin !, sortir de son isolement pour affronter de sombres passions humaines.

Quentin Durward (Quentin Durward, 1823), roman, traduit de l'anglais. [Paris], Éditions Alterédit, « Héros, cape et épée », 2007, 750 pages, 22 €

Quentin Durward évoque deux animaux politiques antagonistes, Louis XI et Charles le Téméraire. À leur époque, le XVe siècle, les valeurs de la chevalerie n'ont plus cours, l'honneur est une vertu oubliée, le monde dépeint par Scott bascule dans la barbarie. Quentin, le jeune archer écossais, l'apprendra à ses dépens  ; il devra composer avec quantité de complots, de trahisons, d'alliances maléfiques et mortifères.

Redgauntlet. Histoire du XVIIIe siècle (Redgauntlet, A Tale of the Eighteenth Century, 1824), roman, traduit de l'anglais par Albert Montémont ; préface de James McCearney. [Paris], Éditions Le Serpent à plumes, « Motifs » n°273 et n°274, 2006, 430+ 412 pages, chaque vol. 9 €

Le roman historique n'a jamais été à pareille fête. Revenons donc à l'inventeur du genre, sir Walter Scott. Rien dans l'histoire ne lui tenait à cœur comme l'aventure du jacobitisme, les tentatives de remettre les Stuart sur le trône. Ces Stuart dont Chateaubriand disait qu'il ne leur avait manqué que la main de Dieu. Dans Redgauntlet, Scott nous raconte cette main de Dieu, et celle du Diable, mais à sa manière, avec force, péripéties et rebondissements, une galerie de portraits hauts en couleurs, des changements étonnants de ton et de registre. Avec une morale, comme toute histoire doit en avoir, valable autant pour notre époque que pour la sienne. Le traducteur, contemporain de Scott, a su revêtir le récit de toute la dignité qui sied au chant funèbre d'une grande cause maudite. Redgauntlet, monument de la sensibilité romantique, était l'un des premiers romans historiques ; il compte toujours parmi les meilleurs.

Le Talisman (Tales of the Crusaders. The Talisman, 1825), roman, traduit de l'anglais par Claude Dandréa ; introduction et apendice, traduit de l'anglais par Paul Bensimon. [Paris], Éditions Phébus, 2007, 384 pages, 20 €

Paru dans la série « Récits des croisés », en 1825, Le Talisman fait revivre deux des plus grandes figures du XIIe siècle, le roi anglais Richard « Cœur de Lion » et le sultan kurde Saladin, mais aussi le Maître de l’Ordre des Templiers, Edith de Plantagenêt et Conrad de Montferrat. Le roman se déroule à la fin de la Troisième Croisade. Nous sommes dans le camp des Croisés en Palestine, fragilisés par les complots et alliances politiques autant que par la maladie de Richard. Le héros du récit, le pauvre écossais Kenneth, dit le chevalier au Léopard, est envoyé en mission pour discuter d’un éventuel traité de paix avec les Sarrasins. Il rencontre, combat puis devient l’ami d’un solitaire émir sarrasin qui pourrait bien être Saladin, caché sous un déguisement.

* B. Éditions collectives (par date de publication).
Œuvres, édition établie par Michel Crouzet. [Paris], Éditions Robert Laffont, « Bouquins », 1981, 1020 pages, 24.24 €
[Contient : Waverley (Waverley, or Sixty years since, 1814), roman traduit de l'anglais par Auguste-Jean-Baptiste Defauconpret - Rob-Roy (Rob Roy, 1818), roman traduit de l'anglais par Auguste-Jean-Baptiste Defauconpret - La Fiancée de Lammermoor (Tales of My Landlord, 3rd series, The Bride of Lammermoor, 1819), roman traduit de l'anglais par Auguste-Jean-Baptiste Defauconpret].

La Veuve des Highlands et autres contes surnaturels, textes choisis, présentés et annotés par Xavier Legrand-Ferronnière ; traduit de l'anglais par Jean Cohen, Auguste-Jean-Baptiste Defauconpret, Albert Montémont et Anne-Sylvie Homassel ; préface de Michel Meurger. [Rennes], Éditions Terre de brume, « Terres fantastiques », 1999, 288 pages, 19.05 €
[Contient : « Scott, le surnaturel et l'histoire » par Michel Meurger - « Les aventures de Martin Waldeck » (The Fortunes of Martin Waldeck, extrait de The Antiquary, 1816), « Phantasmagoria » ( Phantasmagoria n°1, 1818) , « Histoire d'une apparition » (Story of an Apparition, 1818), « Le récit de Willie le vagabond » (Wandering Willie's Tale, extrait de Redgauntlet. A Tale of Eighteenth Century, 1824), « La veuve des Highland » (The Highland Widow, extrait de Chronicles of the Canongate. First series, 1827), « Les deux bouviers » (The Two Drovers, extrait de Chronicles of the Canongate. First series, 1827), « Le miroir de ma tante Marguerite » (My Aunt Margaret's Mirror, 1828), « La chambre tapissée ou La dame en sac » (The Tapestried Chamber or, The Lady in the Sacque, 1828), « Le récit de Donnerhugel » (Donnerbugel's Narrative, extrait de Anne of Geierstein, or The Maiden of the Mist, 1829) - Notes littéraires et bibliographiques par Xavier Legrand-Ferronnière].

La Veuve des Highlands et autres contes surnaturels nous offre une vision peu connue de Walter Scott, celle de l’un des fondateurs du conte fantastique en Angleterre. Célèbre pour ses Waverley Novels et référence obligée de l’essor du roman historique en Europe, Scott n’en a pas moins abordé le surnaturel et le merveilleux tout au long de sa carrière. Héritier des recherches folkloriques allemandes initiées par Musaüs et plus tard par les frères Grimm, Scott s’est intéressé très tôt aux traditions populaires écossaises. C’est dans ce fonds, peuplé de fantômes, de goblins, de sorcières et de fées, d’une incroyable richesse, que Scott a puisé son inspiration pour écrire les contes que nous proposons - dont deux inédits - replacés pour la première fois dans leur contexte à la fois littéraire, historique et folklorique.
Ce recueil démontre que l’œuvre fantastique de Scott représente le trait d’union entre le romantisme allemand de Bürger et Gœthe et le fantastique anglo-normand issue des traditions populaires, à l’écart de l’influence d’Hoffmann à qui le romantisme français doit tant.

Waverley et autres romans, édition établie sous la direction de Sylvère Monod et Jean-Yves Tadié. [Paris], Éditions Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », n°492, 2003, LXXI-1510 pages, relié peau, 62.50 €
[Contient : Waverley ou C'était il y a soixante ans (Waverley, or Sixty years since, 1814), roman traduit de l'anglais, présenté et annoté par Henri Suhamy - Le Nain noir (Tales of My Landlord, 1st series, The Black Dwarf, 1816), roman traduit de l'anglais, présenté et annoté par Alain Jumeau - Le Cœur du Mid-Lothian (Tales of My Landlord, 2nd series, The Heart of Midlothian, 1818), roman traduit de l'anglais, présenté et annoté par Sylvère Monod - Appendice : Introduction aux contes du tavernier, traduit de l'anglais, présenté et annoté par Alain Jumeau].

On tient Waverley (1814) pour le premier roman historique. C'est aussi le premier roman de Walter Scott, et un coup de maître. D'emblée, Scott trouve sa manière ; il ne se perd pas dans le détail des événements - de la bataille de Culloden (1746) il ne montre qu'une escarmouche -, mais s'intéresse aux mœurs, aux mentalités, aux hommes et aux communautés. Edward Waverley, jeune Anglais qui rejoint le parti Stuart en rébellion contre la dynastie hanovrienne découvre en même temps que le lecteur les Highlands, la vie des clans, le charme orageux des âmes et des paysages. Comme le lecteur, il est séduit. Comme lui, il rêve ce rêve collectif qu'est l'histoire de l'Écosse au XVIIIe siècle. Rêve tragique, folle aventure d'une nation en quête de son intégrité perdue.
Le Nain noir (1816), dont l'héroïne persécutée semble sortir d'un roman gothique, se situe après un désastre national, l'Acte d'union entre l'Écosse et l'Angleterre (1707) ; si l'héroïne échappe (grâce au Nain) à un sort peu enviable, les complots jacobites avortent.
Le Cœur de Mid-Lothian (1818) mêle l'histoire de Jeanie Deans - paysanne simple et sublime qui pour sauver sa sœur condamnée à mort fait à pied le voyage de Londres - aux troubles de 1736, qui voient les émeutiers écossais exécuter leur compatriote Porteous, que la reine d'Angleterre avait gracié. Ces romans n'ont pourtant rien de textes militants. L'Écosse des Stuart est une cause perdue, et Scott le sait. Perdue pour l'Histoire, non pour la littérature. Les vaincus de Culloden sont d'inoubliables figures romanesques.

Ivanhoé et autres romans, édition publiée sous la direction de Sylvère Monod et Jean-Yves Tadié, avec la collaboration de Philippe Jaudel, Pierre Morère et Henri Suhamy. [Paris], Éditions Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade » n°531, 2007, 1680 pages, relié peau, 58,00 €
[Contient : Ivanhoé (Ivanhoe, 1820), Quentin Durward (Quentin Durward, 1823), Le Talisman (Tales of the Crusaders. The Talisman 1825), « La Chevalerie » (extraits), traduit de l'anglais par Philippe Jaudel, Sylvère Monod, Pierre Morère et Henri Suhamy].

Adolescent, Walter Scott se réfugiait dans la campagne écossaise pour raconter à un ami d'interminables histoires de chevaliers errants, de batailles, d'enchantements. Il attendra toutefois d'avoir la cinquantaine pour écrire des romans d'aventures médiévales.
Ivanhoé (1819), le premier du genre, demeure sans conteste l'étendard de son œuvre romanesque aux yeux des Français. Rien de plus familier que la figure de ce héros à jamais fidèle à son souverain menacé, Richard Cœur de Lion. Et chacun garde en mémoire la scène du tournoi d'Ashby, avec son cortège de chevaliers masqués, ou l'apparition de Robin des Bois venu prêter main forte à Richard, qui entend bien reprendre son trône à son frère, Jean sans Terre.
Retour en arrière avec Le Talisman (1825), qui relate l'épisode des Croisades précédant le retour en Angleterre du roi Richard. Jusqu'à la révélation finale, nul n'est véritablement celui qu'il dit ou paraît être : les héros changent d'identité aussi vite que de déguisement.
Déjà Quentin Durward (1823) évoquait deux animaux politiques antagonistes, Louis XI et Charles le Téméraire. À leur époque, le XVe siècle, les valeurs de la chevalerie n'ont plus cours, l'honneur est une vertu oubliée, le monde dépeint par Scott bascule dans la barbarie. Quentin, le jeune archer écossais, l'apprendra à ses dépens ; il devra composer avec quantité de complots, de trahisons, d'alliances maléfiques et mortifères.
Ces trois œuvres, ici publiées dans des traductions nouvelles, sont autant d'illustrations d'un mythe, la chevalerie, envisagée de sa gloire à son déclin, du XIIe au XVe siècle. Le volume propose, en appendice, de larges extraits d'un article, commande de l'Encyclopaedia Britannica, dans lequel Scott analyse en philosophe la grandeur et la décadence de cette institution.

ÉTUDES (par date de parution)
* Louis Maigron, Le Roman historique à l'époque romantique. Essai sur l'influence de Walter Scott. [Paris], Éditions H. Champion, 1912, VII-247 pages, épuisé.

* Reginald William Hartland, Walter Scott et le roman frénétique. Contribution à l'étude de leur fortune en France. [Paris], Éditions H. Champion, « Bibliothèque de la Revue de littérature comparée », 1928, 266 pages, épuisé / Réédition en fac-similé : [Genève], Éditions Slatkine, 1975, 266 pages.

* Henri Suhamy, Sir Walter Scott. [Paris], Éditions de Fallois, 1993, 464 pages, illus., 25.92 €

* Jean-Pierre Naugrette, Walter Scott, Waverley. [Paris], Éditions Didier érudition / Cned de Poitiers, « Didier concours », 1998, 168 pages, 11.50 €

* James M. Bennett, Walter Scott, Waverley. Imaginaire romantique et réalité historique. [Paris], Éditions Messene, « Prepa Capes-agrégation », 1998, 102 pages, biblio., 13.72 €

* Waverley de Sir Walter Scott, ouvrage dirigé par Henri Suhamy. [Paris], Éditions Ellipses, « Capes, agrégation d'anglais », 1998, 160 pages, 12.50 €

* Waverley de Sir Walter Scott, ouvrage dirigé par Georges Lamoine. [Paris], Éditions du Temps, « Lectures d'une œuvre », 1998, 160 pages, illus., 12.50 €

* Fiona McIntosh-Varjabédian, La Vraisemblance narrative en question. Walter Scott et Barbey d'Aurevilly. [Paris], Presses de la Sorbonne nouvelle, 2002, 360 pages, 23 €


Haut de page >

Dictionnaire des auteurs

Dictionnaire

Haut de page >

L'actualité de la librairie RSS FEED TWITTER FEED FACEBOOK FEED

Le billet de la librairie

  • Homère, notre contemporain

    On n’en finit jamais avec Homère. Composées au VIIIè siècle avant notre ère, l’Iliade et l’Odyssée continuent de susciter de nouvelles traductions et des interprétations toujours renouvelées n’épuisant pas le sens et la richesse du texte homérique. De nombreux ouvrages témoignent de cette actualité d’Homère dont on ne cesse de découvrir de nouveaux visages qui entrent en résonance avec notre actualité.

    24 octobre 2019

    >> Lire la suite

Facebook