Newsletter







Identifiez-vous




La librairie

    • La librairie Compagnie
    • 58, rue des Ecoles
      75005 Paris
    • Téléphone
    • 01 43 26 45 36
    • Fax
    • 01 46 34 63 37
    • Horaires
    • du lundi au samedi de 10h30 à 20h15

MacDONALD, Philip

MacDONALD, Philip
[ÉCOSSE] (1899-1980). Petit fils de l'écrivain George Mac Donald. Durant la première Guerre mondiale, il sert dans la cavalerie en Mésopotamie, puis entraîne des chevaux pour l'armée après la guerre. En 1920, il écrit en collaboration avec son père, Ronald MacDonald, son premier roman policier sous le pseudonyme d'Oliver Fleming, Ambrotox and Limping Dick, suivi en 1923 sous le même alias de The Spandau Quid. En 1924, il publie seul et sous son nom Le Crime d'Abbotshall (The Rasp) dans lequel apparaît le colonel Anthony Gethryn, un enquêteur de grand talent qui sera le héros d'une dizaine de romans. Il a signé également des romans policiers où n'intervient pas le colonel, ainsi que trois romans sous le nom de Martin Porlock et un sous celui  d'Anthony Lawless (Harbour, 1931). Au début des années 30, il émigre aux États-Unis où il devient scéna­riste très coté à Hollywood (séries Charlie Chan, M. Moto ; films de Michael Powell, Alfred Hitchcock, Robert Wise, etc.), tout en continuant d'écrire quelques romans policiers ainsi que des nouvelles.

LIVRES (Traductions) 
Le Crime d'Abbotshall. Série « Colonel Anthony Gethryn » (The Rasp, 1924), roman, traduit de l'anglais par Jeanne-Fournier-Pargoire. [Paris], Éditions Nouvelle Revue Critique, « L'Empreinte » n°59, 1934, 256 pages, épuisé.

Rynox (Rynox, 1930 ; publié aux États-Unis sous le titre The Rynox Murder Mystery, 1931), roman, traduit de l'anglais par Marguerite Rendu. [Paris], Librairie des Champs-Élysées, « Le Masque » n°137, 1933, 248 pages, épuisé.
* Réédition : [Paris], Éditions Cercle polar, « Roman noir », 188 pages, 2002.

Le Nœud coulant. Série « Colonel Anthony Gethryn » (The Noose, 1930), roman, traduit de l'anglais par Jeanne-Fournier-Pargoire. [Paris], Éditions Gallimard, « Chefs-d'œuvre du roman d'aventures », 1931, 238 pages, épuisé.

Soir d'orage. Série « Colonel Anthony Gethryn » (The Choice, 1931), roman, traduit de l'anglais par Marguerite Rendu. [Paris], Librairie des Champs-Élysées, « Le Masque » n°142, 1933, 256 pages, épuisé.­

Un crime, dix suspects. Série « Colonel Anthony Gethryn » (The Crime conductor, 1931), roman, traduit de l'anglais par Luiso Chantemèle. [Paris], Éditions de La Table Ronde, « Les romans policiers de la Table Ronde », 1945, 256 pages, épuisé.

Un vampire (Murder gone mad, 1931), roman, traduit de l'anglais par Luce Gritte. [Paris], Éditions Nouvelle Revue Critique, « L'Empreinte » n°6, 1932, 256 pages, épuisé.
[*] Nouvelle édition sous le titre Le Vampire, traduit de l'anglais par Marie-Claude Sauvestre. [Paris], Éditions Minerve, « Détour », 1987, 176 pages, épuisé.

Panique (sous le nom de Martin Porlock, Mystery at friar's pardon, 1931), roman, traduit de l'anglais par André David et A. Guichard. [Paris], Éditions de France, « À ne pas lire la nuit » n°1, 1932, 248 pages, épuisé.

L'homme aux chats (The Wraith, 1931), roman, traduit de l'anglais par Jacques Mosan. [Paris], Éditions Rouff, « La Clé » n°14, 1939, 224 pages, épuisé.

L'Énigme. Série « Colonel Anthony Gethryn » (The Maze, 1932 ; publié aux États-Unis sous le titre Persons unknow), roman, traduit de l'anglais par S. Lechevrel. [Paris], Éditions Nouvelle Revue Critique, « L'Empreinte » n°11, 1933, 256 pages, épuisé.

De sac et de corde. Série « Colonel Anthony Gethryn » (Rope to spare, 1932), roman, traduit de l'anglais par Perrine Vernay. [Paris], Éditions Albin Michel, « Le Limier » n°42, 1952, 256 pages, épuisé.
­
Le Match de minuit (Death on my left, 1933), roman, traduit de l'anglais par S. Lechevrel. [Paris], Éditions Nouvelle Revue Critique, « L'Empreinte » n°30, 1933, 256 pages, épuisé.

R. I. P. (R. I. P., 1933 ; publié aux États-Unis sous le titre Menace), roman, traduit de l'anglais par Robert Saint-Prix. [Paris], Éditions Nouvelle Revue Critique, « L'Empreinte » n°42, 1934, 256 pages, épuisé.

Rex (sous le nom de Martin Pollock, X versus Rex, 1933 ; publié aux États-Unis sous le titre Mystery at the dead police, 1933 ; réédité en 1934 sous le titre The Mystery of Mr X), roman, traduit de l'anglais par Marguerite Rendu. [Paris], Librairie des Champs-Élysées, « Le Masque » n°159, 1934, 224 pages, épuisé.
* Réédition sous le nom de Philip Mac Donald, Rex. [Paris], Librairie des Champs-Élysées, « Le Masque. Les Introuvables » n°159, 1995, 224 pages, épuisé.

La Nurse qui disparut. Série « Colonel Anthony Gethryn » (The Nursemaid who disappeared, 1938 ; publié aux États-Unis sous le titre Warrant for X), roman, traduit de l'anglais par Jeanne Fournier-Pargoire. [Paris], Éditions Nouvelle Revue Critique, « L'Empreinte » n°153, 1938, 256 pages, épuisé.
* Rééditions : sous le titre Pas de pitié pour la nurse. [Paris], Éditions des Loisirs, « Le Yard » n°34, 1951, épuisé / sous le titre La Nurse qui disparut. [Paris], Éditions Opta, « Littérature policière », 1977, 256 pages, épuisé / [Paris], Librairie des Champs-Élysées, « Le Masque. Les Maîtres du roman policier » n°2294, 1996, 320 pages, épuisé.

Quelqu'un devrait faire quelque chose (Guest in the house, 1955 ; réédition sous le titre No time for terror), roman, traduit de l'anglais par Anne Rives. [Paris], Éditions Eurédif, « Littérature policière », 1978, 224 pages, épuisé.
* Réédition : Éditions Eurédif, « Playboy. Romans policiers » n°6, 1984, 192 pages, épuisé.

La Liste d'Adrian Messenger (The List of Adrian Messenger, 1960), roman, traduit de l'anglais par Alain Tronchot. [Paris], Librairie des Champs-Élysées, « Le Masque. Les Maîtres du roman policier » n°2389, 1998, 284 pages, épuisé.

 


Haut de page >

Dictionnaire des auteurs

Dictionnaire

Haut de page >

L'actualité de la librairie RSS FEED TWITTER FEED FACEBOOK FEED

Le billet de la librairie

  • Huysmans et les écrivains "fin-de-siècle"

    On désigne par l’expression “fin de siècle” des mouvements culturels et artistiques français comme le symbolisme, le décadentisme ou encore l’Art nouveau émergeant à la fin du XIXe siècle. Ce que l’on peut nommer comme un esprit ou une sensibilité commune fait souvent référence aux marqueurs culturels qui ont été reconnus comme prégnants au début des années 1880 et 1890, notamment l’ennui, le cynisme, un sentiment de finitude et une forme de mélancolie engendrées par les angoisses lié au progrès technique.

    30 novembre 2019

    >> Lire la suite

Facebook