Newsletter







Identifiez-vous




La librairie

    • La librairie Compagnie
    • 58, rue des Ecoles
      75005 Paris
    • Téléphone
    • 01 43 26 45 36
    • Fax
    • 01 46 34 63 37
    • Horaires
    • du lundi au samedi de 10h30 à 20h15

UFTADE, Mehmet Muhyiddin

[TURQUIE] (Bursa /Brousse), 1490 – 1580). Mehmet Muhyiddin Üftâde. Hazret-i Pîr-i Uftâde, qui a vécu au XVIe siècle dans la lumineuse ville de Bursa, un des grands centres spirituels de la Turquie ottomane, fut l’un des plus illustres représentants du soufisme né sous l’empire ottoman. Il n’a pas laissé une grande œuvre spéculative mais a fondé un des plus importants ordre spirituel de cet empire et écrit des poèmes qui sont l’expression de sa quête spirituelle dans la simplicité de ses sentiments et de ses émotions. Outre ces poèmes, nous connaissons mieux Uftâde comme maître de confrérie grâce à son disciple, Azîz Mahmûd Hüdâyî qui a tenu le journal de son initiation spirituelle auprès de son maître quasiment au jour le jour. [Présentation de l’éditeur]

LIVRE (Traduction) 
Le Dîvân, traduit du turc ottoman et présenté par Paul Ballanfat. [Paris], Éditions Les Deux océans, 2002, 152 pages, 19 €
 
L’introduction de cet ouvrage est consacrée à brosser le tableau des grandes lignes de cette initiation quotidienne et à extraire les traits particuliers de la doctrine d’Uftâde. On remarquera la grande influence de la pensée du plus grand maître, ibn `Arabî, sur ce mystique, encouragée par les sultans et très caractéristique du milieu spirituel ottoman, ainsi que l’influence plus subtile et encore à approfondir de certains grands auteurs kubrawîs dont certains ouvrages furent employés comme manuel. Cependant le mystique qui marqua le plus fortement Uftâde est sans conteste Mevlânâ Jalâl al-dîn al-Rûmî avec lequel le maître avait un lien spirituel direct et une grande vénération. [Quatrième de couverture]

Haut de page >

Dictionnaire des auteurs

Dictionnaire

Haut de page >

L'actualité de la librairie RSS FEED TWITTER FEED FACEBOOK FEED

Le billet de la librairie

  • Visages d'Albert Camus

    Le 4 Janvier 1960, Albert Camus disparaissait dans un accident de voiture. L’auteur de “L’étranger” (Folio) ou encore des “Justes” (Folio) laissait derrière lui une importante oeuvre littéraire et philosophique traversée par des questionnements moraux et politiques dont l’actualité ne cesse de trouver des échos aujourd’hui et parfois les plus inattendus comme en témoigne le succès récent de “La peste” (Folio). Alors soixante après sa disparition, quel est l’héritage philosophique et littéraire d’Albert Camus ? Et en quoi la publication de récentes correspondances nous éclairent-elles sur le soubassement intime de l’oeuvre ?

    10 mars 2020

    >> Lire la suite

Facebook