Newsletter







Identifiez-vous




La librairie

    • La librairie Compagnie
    • 58, rue des Ecoles
      75005 Paris
    • Téléphone
    • 01 43 26 45 36
    • Fax
    • 01 46 34 63 37
    • Horaires
    • du lundi au samedi de 10h30 à 20h15

TEKIN Latife

[TURQUIE] (Karacafenk / Kayseri, 1957). Romancière et scénariste (Bir Yudum Sevgi [Une goutte d’amour], 1984, réal. Atıf Yılmaz), elle met en scène la vie des bidonvilles dans la périphérie d’Istanbul. Sa recréation de l’imaginaire des populations rurales déplacées reste l’une des réussites du roman turc contemporain.
« Dans l’ensemble de ses quatre romans où elle nous parle invariablement du quotidien misérable et étrange des bidonvilles d’Istanbul, Latife Tekin tranche sur la tendance générale du roman social tout en adoptant sa thématique. Elle quitte la place confortable qui est celle du narrateur omniscient, au profit d’une vision intrinsèque qu’elle fonde sur l’expérience de son propre passé et sur une recherche du langage dont les sources sont autant les réminiscences de la littérature populaire que le parler en vigueur dans le monde qu’elle décrit. Étrangère aux formes classiques de l’écriture qu’elle ne connaîtra que tardivement et qu’elle rejette comme incompatible avec son objet, Latife Tekin s’immisce dans la réalité de l’univers de misère à bâtons rompus, s’y égare pour quelque temps et en tire finalement un langage tout neuf, celui précisément de ces laissés-pour-compte de l’écriture, de ces “ haillonneux vivant en marge de la cité ” quelle place au centre de son œuvre. Qu’il s’agisse de Chère défunte (1983) où il est question d’une famille paysanne qui immigre dans la grande ville, des Contes de la montagne d’ordures (1984) avec les aventures fantastiques des habitants d’un bidonville en pleine période de formation aux abords d’une décharge publique et d’une usine pharmaceutique, des Leçons de nuit (1986) où l’on découvre le monde brisé d’une militante de gauche issue du même milieu social et, enfin, des Épées de glace (1989) qui nous parlent de l’ascension sociale – où, plutôt, de son impossibilité – dans l’espace clos de la pauvreté, l’œuvre de Latife Tekin est non seulement un voyage fantastique dans l’univers inconnu de la misère, mais aussi l’histoire d’une vérité à la recherche de son langage. » ( Ali Semizoğlu, Les Belles étrangères, 1993).
 
* Bibliographie : Sevgili Arsız Ölüm Sevgili (Chère défunte), roman (1983), Berci Kristin Çöp Masalları (Les Contes de la montagne d’ordures. Berdji Kristine), roman (1984), Gece Dersleri [Leçons de nuit], roman (1986), Buzdan Kılıçlar (Les Épées de glace), roman (1989), Aşk İşaretleri, roman (1995), Gümüşlük Akademisi, nouvelles (1997), Ormanda Ölüm Yokmuş, roman (2001), Unutma Bahçesi, roman (2004).

ANTHOLOGIES / REVUES
* « Chère mort effrontée », extrait du roman Sevgili Arsız Ölüm Sevgili (1983), dans Anka n°16-17, Cergy, 1992.
* « Un conte d’ordure », extrait du roman Berci Kristin Çöp Masalları (1984) traduit par Ali Semizoğlu, dans Paroles dévoilées, Paris, Arcantère / Unesco, 1997.
* Texte, dans Istanbul rêvée, Istanbul réelle, Paris, L’Esprit des péninsules, 1998.

LIVRES (Traductions) 

Chère défunte (Sevgili Arsız Ölüm Sevgili, 1983), roman, traduit du turc par Leslie Anagnan. [Paris], Éditions Stock, « Nouveau cabinet cosmopolite », 1997, 300 pages, épuisé.
 
Les Contes de la montagne d’ordures. Berdji Kristine (Berci Kristin Çöp Masalları, 1984), roman, traduit du turc par Ali Semizoğlu. [Paris], Éditions Stock, « Nouveau cabinet cosmopolite », 1995, 160 pages, épuisé.
* Réédition : Éditions Stock, « Bibliothèque cosmopolite » 1997,160 pages, épuisé
 
Les Épées de glace (Buzdan Kılıçlar, 1989), roman, traduit du turc par Alfred Depeyrat. [Paris], Éditions Stock, « Nouveau cabinet cosmopolite », 1999, 192 pages, 16.77 €
 
Dans la nuit sale de la ville (Istanbul, mais ce pourrait être Bombay ou Mexico), fendant la foule des loqueteux, surgit soudain sur la route mouillée, tous feux allumés, comme un défi à l’obscurité, la Volvo de Halilhane. L’homme et sa voiture ne font qu’un. Elle lui appartient. Il lui est soumis. Elle est son rempart contre la pauvreté, son instrument de rêve. Outre les filles, ce rêve tourne autour de la conquête du monde, c’est-à-dire de l’Argent. Halilhane, ses frères et son ami Gogui (Pierrot lunaire perdu dans les étoiles dont on dit qu’il tomba amoureux du cadavre d’une jeune fille à l’époque où il travaillait à la morgue) vont s’associer pour réactiver une entreprise. Mais les pauvres, les ingénus, les rêveurs font de magnifiques perdants voués à retourner « par petits bonds » dans le néant auquel ils sont destinés depuis toujours...
L’univers des romans de Latife Tekin, à la fois tendre, drôle et poignant, c’est celui des marginaux, des gagne-petits de l’ombre, des laissés-pour-compte du grand convoi du Progrès, qui tentent désespérement d’exister dans un monde décidé à les ignorer. La force de l’écriture de Tekin, c’est de les doter enfin d’une parole difficile à ne pas entendre. [Quatrième de couverture]

Haut de page >

Dictionnaire des auteurs

Dictionnaire

Haut de page >

L'actualité de la librairie RSS FEED TWITTER FEED FACEBOOK FEED

Le billet de la librairie

  • Beauvoir en ses mémoires

    Romancière, essayiste, philosophe, intellectuelle engagée et militante féministe, Simone de Beauvoir fait son entrée dans La Pléiade avec la publication de ses “Mémoires”, et de l'album annuel qui lui est consacré. Plus de cent ans après sa naissance, celle qui fut considérée comme la prêtresse des lettres françaises et l’avocate de la cause des femmes demeure plus que jamais au centre de l’actualité. Simone de Beauvoir incarne aujourd’hui la réalité complexe d’une femme qui traversa presque toute l’histoire du XXè siècle.

    28 mai 2018

    >> Lire la suite

Facebook