Newsletter







Identifiez-vous




La librairie

    • La librairie Compagnie
    • 58, rue des Ecoles
      75005 Paris
    • Téléphone
    • 01 43 26 45 36
    • Fax
    • 01 46 34 63 37
    • Horaires
    • du lundi au samedi de 10h30 à 20h15

SOYSAL, Sevgi

[TURQUIE] (Istanbul, 1936 – Londres, 1976). Sevgi Soysal, elle a d’abord publié sous le nom de Sevgi Nutku. Après des études de philologie à Ankara, elle poursuit ses études en Allemagne, à Göttingen (théâtre et architecture). À son retour en Turquie, elle travaille pour la Radio-télévision turque et publie des nouvelles, puis des romans. Après le coup d’état militaire de 1971, elle s’oriente vers une littérature résolument engagée et connaît la prison et l’exil.
* Bibliographie : Tutkulu Perçem [La mèche amoureuse], nouvelles (1962), Tante Rosa [Tante Rosa], nouvelles (1968), Yürümek [Marcher], roman (1970), Yenişehir’de Bir Öğle Vakti [Un midi à Yenişehir], roman (1973), Şafak [L’aube], roman (1975), Barış Adlı Çocuk [Un enfant nommé Paix] nouvelles (1976), Yıldırım Bölge Kadınlar Koğuşu [La section éclair. Dortoir de femmes], souvenirs de prison (1976), Bakmak [Regarder], essai (1977), Hoş Geldin Ölüm [Bonjour la mort], roman (inachevé, 1980).

ANTHOLOGIES / REVUES
* « Le perroquet de tante Rosa », nouvelle extraite du recueil Tante Rosa (1968), traduite par Guzine Dino, dans Europe n°655-656, Paris, 1983.
* « Un enfant nommé Paix » (Barış Adlı Çocuk), nouvelle extraite du recueil homonyme (1976), traduite par Timour Muhidine et Aysegül Yaraman-Basbugu, dans Anthologie de nouvelles turques contemporaines, Paris, Publisud, 1990.
* « La guerre et la paix » (Savaş ve Barïs), nouvelle traduite par Guzine Dino, dans Paroles dévoilées, Paris, Arcantère / Unesco, 1997.



Haut de page >

Dictionnaire des auteurs

Dictionnaire

Haut de page >

L'actualité de la librairie RSS FEED TWITTER FEED FACEBOOK FEED

Le billet de la librairie

  • Modernité Viennoise

    Entre 1870 et 1920, Vienne fut le coeur intellectuel et artistique de l’Europe. On appelle ainsi “Modernité viennoise”, cette période faste qui participa d’un renouvellement en profondeur d’une vision du monde plaçant l’humain et la quête de soi au centre de toutes les préoccupations. Tous les artistes rejettent les conventions de leur époque et les illusions de leurs pères : “à la raison, ils opposent le sentiment, aux normes sociales contraignantes, ils substituent la libération des instincts, à l’empire multinational, ils préfèrent une terre promise à découvrir”.

    26 octobre 2018

    >> Lire la suite

Facebook