Newsletter







Identifiez-vous




La librairie

    • La librairie Compagnie
    • 58, rue des Ecoles
      75005 Paris
    • Téléphone
    • 01 43 26 45 36
    • Fax
    • 01 46 34 63 37
    • Horaires
    • du lundi au samedi de 10h30 à 20h15

PIR SULTAN ABDAL

[TURQUIE] (XVIe). Pîr Sultan Abdal. Son vrai nom est Haydar. Il n’existe pas d’informations précises sur sa vie. Il est sans doute né dans le village de Banaz à Sivas. Sans être influencé par la littérature du Dîvan, il a utilisé une langue qui lui est propre en se basant sur ses expériences dans la littérature orale. « L’œuvre de Pîr Sultan Abdal est un des rares témoignages d’une poésie mobilisatrice contre le pouvoir. Poète et homme d’action, il a, semble-t-il, été pendu à Sivas, mais son chant imprégné de passion et de fierté s’est perpétué parmi les paysans turcs. »

ANTHOLOGIES / REVUES
* Poèmes (« Mon tambourin, mon tambourin », « Si tu en as le cœur), traduits par Nimet Arzık, dans Anthologie de la poésie turque (XIIIe-XXe siècle), Paris, Gallimard, 1968, 1994.
* Poèmes (« Ne chante plus rossignol », « Va, marche, Hizir Pacha », « Cette année, la neige ne fondra pas », « On me dit de rire », « Je suis l’amant d’une belle mes seigneurs », « Ne te détourne point en me voyant », « Au malin j’ai contemplé ton visage », « Comme j’allais obtenir l’objet de mes vœux », « Si rossignol devenais », « Ce plateau si beau »), traduits par Gérard Chaliand, dans Poésie populaire des Turcs et des Kurdes, Paris, François Maspero, 1961 / reprint : Éditions d’Aujourd’hui, 1977 / réédition dans Poésie populaire des Turcs, Presses Universitaires de Lyon, 1990.



Haut de page >

Dictionnaire des auteurs

Dictionnaire

Haut de page >

L'actualité de la librairie RSS FEED TWITTER FEED FACEBOOK FEED

Le billet de la librairie

  • Modernité Viennoise

    Entre 1870 et 1920, Vienne fut le coeur intellectuel et artistique de l’Europe. On appelle ainsi “Modernité viennoise”, cette période faste qui participa d’un renouvellement en profondeur d’une vision du monde plaçant l’humain et la quête de soi au centre de toutes les préoccupations. Tous les artistes rejettent les conventions de leur époque et les illusions de leurs pères : “à la raison, ils opposent le sentiment, aux normes sociales contraignantes, ils substituent la libération des instincts, à l’empire multinational, ils préfèrent une terre promise à découvrir”.

    26 octobre 2018

    >> Lire la suite

Facebook