Newsletter







Identifiez-vous




La librairie

    • La librairie Compagnie
    • 58, rue des Ecoles
      75005 Paris
    • Téléphone
    • 01 43 26 45 36
    • Fax
    • 01 46 34 63 37
    • Horaires
    • du lundi au samedi de 10h30 à 20h15

NESIN, Aziz

[TURQUIE] (Istanbul, 1916 – Istanbul, 1995). Pseudonyme de Mehmet Nusret Nesin. Auteur célèbre pour ses récits humoristiques qui ont fait de lui sans doute l’auteur le plus lu de Turquie et l’un des plus traduits, il allie la drôlerie des personnages à une satyre sociale dont la source remonte à la tradition des anecdotes drôlatiques de Nasreddine Hodja. Directeur-fondateur de nombreuses revues satiriques dont la causticité lui valut diverses condamnations de prison : Cumartesi, Markopasa (1946-47), qu’il lance avec Sabahattin Ali et qu’il poursuit sous divers titres (Malumpaşa, Merhumpaşa, Ali Baba, Bizimpaşa, Hür Markopaşa), Baştan, Yeni Baştan, Zübük (1961), etc., il a publié également une quarantaine de recueils de nouvelles (de Geriye Kalan [Le reste], 1948 à Maçinli Kız İçin Ev [Une maison pour la fille de l’empire céleste], 1987 ; réédités dans Gülmece Öyküleri, 13 vol., 2001), une dizaine de romans, des pièces de théâtre, des poèmes, des livres de voyages et plusieurs volumes d’essais.
 
ANTHOLOGIES / REVUES
* « Les trois sentinelles », nouvelle, dans Le Monde-Dimanche, Paris, 12 février 1984.
* « Personne n’a cru à cette histoire », nouvelle, dans Anka n°1, Cergy, 1987.
* « Mauvais rêve », nouvelle traduite par Timour Muhidine et Aysegül Yaraman-Basbugu, dans Anthologie de nouvelles turques contemporaines, Paris, Publisud, 1990.
* Entretien avec Murat V. Erpuyan, dans Oluşum / Genèse n°6, Nancy, 1990.
* « Sisyphe à huit pattes » (Sekiz ayaklı Sisiphus), nouvelle traduite par Georges Daniel ; suivi de « Aziz Nesin », par Cédric Fabre, dans Oluşum / Genèse n°23, Nancy, 1993.
* Entretien : « La littérature existe par sa propre force » (Edebiyat kendi gücüyle vardır), dans Oluşum / Genèse n°37, Nancy, 1995.
* « Le sultan élu par les corbeaux » (Kargaların seçtiği Padişah), nouvelle traduite par Georges Daniel, dans Oluşum / Genèse n°43, Nancy, 1996.
* « Nuit passée avec un fou » (Deliyle geçen gece), nouvelle traduite par Georges Daniel, dans Oluşum / Genèse n°92-93, Nancy, 2005.
* « Devoir patriotique » (Vatanî vazife), nouvelle traduite par Georges Daniel, dans Oluşum / Genèse n°94, Nancy, 2005.
* « Sisyphe à huit pattes » (Sekiz ayaklı Sisiphus), nouvelle traduite par Georges Daniel, dans Oluşum / Genèse n°95, Nancy, 2005.
* « Le sultan élu par les corbeaux » (Kargaların seçtiği padişah), traduite par Georges Daniel, dans Oluşum / Genèse n°96-97, Nancy, 2005.
* « L’âne décoré » (Nişan alan eşek), nouvelle traduite par Georges Daniel, dans Oluşum / Genèse n°98, Nancy, 2005.
* « Avec une paye » (Bir maaşla), nouvelle traduite par Georges Daniel, dans Oluşum / Genèse n°99, Nancy, 2005.
 
 
LIVRE (Traductions) 
Un fou sur le toit (Damda Deli Var, 1956), nouvelles, traduit du turc et présenté par Georges Daniel. [Paris], Éditeurs Français Réunis, 1969, 272 pages, épuisé.
 
Table des matières : « Ma propre histoire », « Sisyphe à huit pattes », « Nuit passée avec un fou », « Le peuple se réveille », « Comment fut capturé Hamdi-l’Eléphant », « Devoir patriotique », « Scandale dans la boîte de nuit », « Le cocktail du chaudron », « Les glaces ’’ Miracle ’’ », « La bande », « Monsieur Bœuf et Monsieur Ahmet », « Mouillera ? Mouillera pas ? », « Curriculum vitæ », « Le neveu du grand homme », « Le logement », « Donne-moi un terrain de 78 cm2 », « Avec une paye », « Vive la pauvreté ! », « Le psychiatre », « Le casse-pieds », « Les documents concernant le chapeau vert », « Quelle belle machine ! », « Un fou sur le toit », « Le sultan élu par les corbeaux », « L’âne décoré », « Je te dois mon bonheur » - Annexe : « Lettre Ouverte au Premier Ministre ».
 
 

Haut de page >

Dictionnaire des auteurs

Dictionnaire

Haut de page >

L'actualité de la librairie RSS FEED TWITTER FEED FACEBOOK FEED

Le billet de la librairie

  • Modernité Viennoise

    Entre 1870 et 1920, Vienne fut le coeur intellectuel et artistique de l’Europe. On appelle ainsi “Modernité viennoise”, cette période faste qui participa d’un renouvellement en profondeur d’une vision du monde plaçant l’humain et la quête de soi au centre de toutes les préoccupations. Tous les artistes rejettent les conventions de leur époque et les illusions de leurs pères : “à la raison, ils opposent le sentiment, aux normes sociales contraignantes, ils substituent la libération des instincts, à l’empire multinational, ils préfèrent une terre promise à découvrir”.

    26 octobre 2018

    >> Lire la suite

Facebook