Newsletter







Identifiez-vous




La librairie

    • La librairie Compagnie
    • 58, rue des Ecoles
      75005 Paris
    • Téléphone
    • 01 43 26 45 36
    • Fax
    • 01 46 34 63 37
    • Horaires
    • du lundi au samedi de 10h30 à 20h15

NECATIGIL, Behcet

[TURQUIE] (Istanbul, 1916 – Istanbul, 1979). Pseudonyme de Behçet Gönül. Avant 1943, il a publié sous les noms de Behçet Necati et de Necati Gönül. Professeur de littérature turque. Outre une œuvre poétique importante (premier recueil Kapalı Çarşı [Le Grand Bazar], 1945), des essais et des pièces pour la radio, on lui doit de nombreuses traductions d’écrivains de langue allemande (Heine, Rilke, Zweig, Hesse), des dictionnaires et des ouvrages de vulgarisation.
 
ANTHOLOGIES / REVUES
* Poèmes (« Nœud gordien », « Le vide », « Amour secret », « Question malpropre », « La plupart d’entre nous », « Son », « Si la graine de l’amour », « Glissement de temps » »), traduits par Akil Aksan, dans Anthologie de la nouvelle poésie turque, Monte Carlo, Regain, 1966.
* Behtched Nedjatigil, Poème (« Solitude »), traduit par Nimet Arzık, dans Anthologie de la poésie turque (XIIIe-XXe siècle), Paris, Gallimard, 1968, 1994.
* Poèmes, traduits par Nimet Arzık, dans Atatürk et son œuvre dans la poésie turque d’aujourd’hui, Ankara, 1981.
* Poèmes (« Panik / Panique », « Liman / Le port »), traduits par Michèle Aquien, Guzine Dino et Pierre Chuvin, dans Entre les murailles et la mer, Paris, François Maspero, 1982.
* Poème (« Traverse »), traduit par Orhan Gtirsel, dans Europe n°655-656, Paris, 1983.
* Poème (« En guerre contre les maisons »), traduit par Halil Uysal, dans Europe n°655-656, Paris, 1983.
* Poèmes, traduits par Jean Pinquié et Levent Yilmaz, dans Anthologie de la poésie turque contemporaine, Paris, Publisud, 1991.
 
 

Haut de page >

Dictionnaire des auteurs

Dictionnaire

Haut de page >

L'actualité de la librairie RSS FEED TWITTER FEED FACEBOOK FEED

Le billet de la librairie

  • Modernité Viennoise

    Entre 1870 et 1920, Vienne fut le coeur intellectuel et artistique de l’Europe. On appelle ainsi “Modernité viennoise”, cette période faste qui participa d’un renouvellement en profondeur d’une vision du monde plaçant l’humain et la quête de soi au centre de toutes les préoccupations. Tous les artistes rejettent les conventions de leur époque et les illusions de leurs pères : “à la raison, ils opposent le sentiment, aux normes sociales contraignantes, ils substituent la libération des instincts, à l’empire multinational, ils préfèrent une terre promise à découvrir”.

    26 octobre 2018

    >> Lire la suite

Facebook