Newsletter







Identifiez-vous




La librairie

    • La librairie Compagnie
    • 58, rue des Ecoles
      75005 Paris
    • Téléphone
    • 01 43 26 45 36
    • Fax
    • 01 46 34 63 37
    • Horaires
    • du lundi au samedi de 10h30 à 20h15

KEMAL, Orhan

[TURQUIE] (Ceyhan/ Adana, 1914 – Sofia, Bulgarie, 1970). Pseudonyme de Mehmet Raşit Öğütcü, il a également publié sous les noms de Hayrullah Güçlü, Orhan Raşit, Raşit Kemali, Reşat Kemal, Rüştü Ceyhun, Ülker Uysal et de Yıldız Okur. Son père, député de Kastamonu et fondateur du Parti socialiste populaire est obligé de se réfugier en Syrie en 1930. Orhan Kemal l’y suit, ce qui l’oblige à interrompre ses études. Il revient en Turquie après un an d’exil et s’établit à Adana où il travaille à partir de 1932 dans des filatures de coton ainsi que dans des fabriques de textiles. Après un long séjour en prison, vit de sa plume et, depuis ses débuts en 1941, il a publié une quarantaine de livres (recueils de nouvelles, romans, pièces de théâtre, mémoires).
« Un autre écrivain marquant de la génération des années 1950 est sans nul doute Orhan Kemal dont les premiers romans feront découvrir les paysans déracinés, les journaliers, les nouveaux venus à la ville, Avec son roman publié en 1954 Sur les terres fertiles il suivra le passage des hommes d’une condition à une autre. Avec Orhan Kemal s’amorcera la description de la machine, de la grève, de l’aliénation. Kemal Tahir et plus encore Orhan Kemal seront marqués (ils ne sont d’ailleurs pas les seuls) par la leçon du grand poète Nâzim Hikmet, leur compagnon de prison dans les années 40. » (Guzine Dino, « Soixante ans de roman turc », Les Temps modernes, n°456-57, 1984)
 
ANTHOLOGIES / REVUES
* « Accouchement dans les champs », nouvelle, dans L’Âme turque à travers les nouvelles, Istanbul, Zelliç Basimevi, 1953.
* « À parts égales », nouvelle, dans Orient n°47-48, Paris, 1968.
* « Grève », nouvelle, dans Correspondance d’Orient / Études vol. 19-20, Bruxelles, 1971-72.
* « Nazim Hikmet à la prison de Brouse », extrait de Nazım Hikmet’le Üç Buçuk Yıl [Trois ans et demi avec Nazim Hikmet] (1965), traduit par Marie-Josephe Barron et Garros Manougian, dans Europe n°547-548, Paris, novembre-décembre 1974.
* « Le grand sommeil », nouvelle traduite par François Georgeon, dans Europe n°655-656, Paris, 1983.
 
 
LIVRES (Traductions)
Sur les terres fertiles (Bereketli Topraklar Üzerinde, 1954), roman, traduit du turc par Jacqueline Bastuji et l’auteur. [Paris], Éditions Gallimard, « Du monde entier », 1971, 384 pages, épuisé.
 
Chaque année des dizaines de milliers de paysans sans terres descendent chercher du travail sur « les terres fertiles » de l’Anatolie méridionale et dans les usines d’Adana. Le roman d’Orhan Kemal est l’odyssée de trois d’entre eux, Youssouf, Hassan et Ali, en quête d’embauche, et immédiatement plongés dans un monde à la fois merveilleux (c’est « la ville » et ses pauvres richesses) et terrifiant. Monde où l’exploitation prend des formes d’une brutalité inouïe – où l’employeur, « l’agha », est un seigneur inaccessible, où tous les contremaîtres sont des marchands d’esclaves qui prélèvent un. impôt sur la paye d’ouvriers mourant de faim, seulement soutenus par le hachisch, où les femmes sont vouées à devenir des prostituées (elles accouchent régulièrement de leur premier enfant « avant que leurs seins aient eu le temps de se développer »)... Hassan meurt très vite, de maladie. Ali le lutteur, principal personnage du livre, naïf et pur, aimé des femmes, mourra lui aussi, la jambe broyée par une batteuse sous les yeux de « l’agha » qui refuse de le conduire à l’hôpital pour ne pas salir sa voiture. Seul Youssouf « réussit ». Il revient un jour au village, portant un veston, une valise à la main et ayant réalisé son rêve : l’achat d’un réchaud à pétrole.
L’histoire nous est livrée presque entièrement sous forme de dialogues, sur un rythme qui traduit à merveille la mentalité digne et prudente, peureuse et forte, coupée de brusques et puissantes poussées d’érotisme et d’émotion amoureuse, d’un monde qui, en Occident a disparu depuis longtemps, un monde de Moyen Âge.
L’extraordinaire relief de la réalité,humaine présenté dans ce livre semble ainsi tenir beaucoup moins, pour nous, au dépaysement dans l’espace qu’à une sorte d’éloignement dans le temps. Ce roman est celui d’un univers qui ne sera sans doute plus jamais décrit, mais qui a été durant des siècles celui de toute l’humanité – en des temps où le roman précisément, qui aurait pu en rendre compte, n’existait pas encore. [Quatrième de couverture]
 
 
L’Inspecteur des inspecteurs (Müfettişler Müfettişi, 1966), roman, traduit du turc par Jean-Louis Mattei. [Ankara], Kültür ve Turizm Bakanlığı Yayınları / Publications du Ministère de la Culture et du Tourisme de la République de Turquie, « Série Art-Littérature », 1995, XI-398 pages, épuisé.
 
L’Escroc (Üç Kağıtçı, 1969), roman, traduit du turc par Jean-Louis Matteı. [Ankara], Kültür ve Turizm Bakanlığı Yayınları / Publications du Ministère de la Culture et du Tourisme de la République de Turquie, 2002.
 

Haut de page >

Dictionnaire des auteurs

Dictionnaire

Haut de page >

L'actualité de la librairie RSS FEED TWITTER FEED FACEBOOK FEED

Le billet de la librairie

  • Modernité Viennoise

    Entre 1870 et 1920, Vienne fut le coeur intellectuel et artistique de l’Europe. On appelle ainsi “Modernité viennoise”, cette période faste qui participa d’un renouvellement en profondeur d’une vision du monde plaçant l’humain et la quête de soi au centre de toutes les préoccupations. Tous les artistes rejettent les conventions de leur époque et les illusions de leurs pères : “à la raison, ils opposent le sentiment, aux normes sociales contraignantes, ils substituent la libération des instincts, à l’empire multinational, ils préfèrent une terre promise à découvrir”.

    26 octobre 2018

    >> Lire la suite

Facebook