Newsletter







Identifiez-vous




La librairie

    • La librairie Compagnie
    • 58, rue des Ecoles
      75005 Paris
    • Téléphone
    • 01 43 26 45 36
    • Fax
    • 01 46 34 63 37
    • Horaires
    • du lundi au samedi de 10h30 à 20h15

KARACAOGLAN

[TURQUIE] (Çukurova ?, 1604/1606 ? – 1679/1689 ?). Karacaoğlan / Karadja Oghlan. Aucune information précise n’existe sur sa vie. Poète populaire, on lui attribue plus de cinq cents poèmes « célébrant l’amour et la nostalgie des transhumances avec un lyrisme, une franche sensualité et une communion profonde avec la nature ».
 
ANTHOLOGIES / REVUES
* Poèmes (« Elif », « Belle au grain de beauté », « O brise »), traduits par Nimet Arzık, dans Anthologie de la poésie turque (XIIIe-XXe siècle), Paris, Gallimard, 1968, 1994.
* Karadja-Oghlan, Poèmes (« J’ai parcouru maints pays étrangers », « Ainsi mes amis, lorsqu’on parle d’amour », « Belle dont j’aime les yeux bruns », « J’ai passé au matin chez une belle », « Lorsque la Tchoukhourova s’habille en fête », « Autrefois moi aussi, je planais dans les hauteurs », « Cœur inconstant, tu t’en vas sans cesse », « Quand l’homme vient un beau jour sur terre », « Pourquoi donc ma belle aux yeux noirs », « Tôt le soir, j’étais sur les lieux », « O vent de l’aube », « J’ai recherché ma fin en toi », « Tu m’as fait trop pleurer », « Si tu désires partir avec moi la belle », « De ma main j’ai détruit ma digue », « Cœur fou, c’est d’elle encore qu’il s’agit », « Belle vêtue de rouge », « Après maints efforts j’ai atteint cette borne »), traduits par Gérard Chaliand, dans Poésie populaire des Turcs et des Kurdes, Paris, François Maspero, 1961 / reprint : Éditions d’Aujourd’hui, 1977 / réédition dans Poésie populaire des Turcs, Presses Universitaires de Lyon, 1990.
 

Haut de page >

Dictionnaire des auteurs

Dictionnaire

Haut de page >