Newsletter







Identifiez-vous




La librairie

    • La librairie Compagnie
    • 58, rue des Ecoles
      75005 Paris
    • Téléphone
    • 01 43 26 45 36
    • Fax
    • 01 46 34 63 37
    • Horaires
    • du lundi au samedi de 10h30 à 20h15

HISAR, Abdulhak Sinasi

[TURQUIE] (Istanbul, 1887 – 1963). Abdülhak Şinasi Hisar. Fils du nouvelliste Mahmud Celaleddin Bey. Romancier : Fahim Bey ve Biz [Fahim Bey et nous] (1941), Çamlıca’daki Eniştemiz, [Notre oncle de Çamlica] (1944), Ali Nizamî Bey’in Alafrangalığı ve Şeyhliği [L’occidentalisation et la grande piété d’Ali Nizami Bey] (1952) et essayiste (İstanbul ve Pierre Loti, 1958).
« Un autre cas de roman consacré à la marginalité citadine est celle de Nous autres et Fahim bey et de Mon oncle de Çamlica, publiés successivement en 1941 et 1944 par Abdülhak Sinasi Hisar. Ils nous content l’existence d’un être passif qui n’a plus prise sur la réalité, finissant sa vie sur un mode ironique où le rêve est la dernière compensation d’une vie gâchée. A. S. Hisar a-t-il voulu fixer sa propre image, celle d’un personnage renfermé sur lui-même, dernier résidu de la période ottomane, échantillon d’une espèce quasi disparue ? Grand admirateur de Proust quant au style, Hisar tentera de donner à la langue turque des phrases d’une complexité inusitée. » (Guzine Dino, « Soixante ans de roman turc », Les Temps modernes, n°456-57, 1984)
 
ANTHOLOGIES / REVUES
* « Les Yalis » (1934), traduit par Edmond Saussey, dans Anthologie des écrivains turcs d’aujourd’hui, Paris, de Boccard, 1935 / réédition, dans Istanbul. Rêves de Bosphore, Paris, Omnibus, 2001.
* Extrait du roman Fahim Bey ve Biz [Fahim Bey et nous] (1941), dans Anka n°16-17, Cergy, 1992.
* Extrait (chapitre XIV) du roman Fahim Bey ve Biz [Fahim Bey et nous] (1941), dans Istanbul réelle, Istanbul rêvée, Paris, L’Esprit des péninsule, 1998.
 

Haut de page >

Dictionnaire des auteurs

Dictionnaire

Haut de page >

L'actualité de la librairie RSS FEED TWITTER FEED FACEBOOK FEED

Le billet de la librairie

  • Modernité Viennoise

    Entre 1870 et 1920, Vienne fut le coeur intellectuel et artistique de l’Europe. On appelle ainsi “Modernité viennoise”, cette période faste qui participa d’un renouvellement en profondeur d’une vision du monde plaçant l’humain et la quête de soi au centre de toutes les préoccupations. Tous les artistes rejettent les conventions de leur époque et les illusions de leurs pères : “à la raison, ils opposent le sentiment, aux normes sociales contraignantes, ils substituent la libération des instincts, à l’empire multinational, ils préfèrent une terre promise à découvrir”.

    26 octobre 2018

    >> Lire la suite

Facebook