Newsletter







Identifiez-vous




La librairie

    • La librairie Compagnie
    • 58, rue des Ecoles
      75005 Paris
    • Téléphone
    • 01 43 26 45 36
    • Fax
    • 01 46 34 63 37
    • Horaires
    • du lundi au samedi de 10h30 à 20h15

FURUZAN

[TURQUIE] (Istanbul, 1935). Füruzan. Elle travaille quelque temps dans une troupe de théâtre, puis épouse le célèbre caricaturiste Turhan Selçuk (1958). Dans ses nouvelles, à la fois réalistes et mélancoliques, elle s’attache à évoquer la vie difficile des femmes de condition modeste, la lutte quotidienne des petites gens. Outre son œuvre romanesque, elle également l’auteur de deux longs reportages sur la vie des immigrés turcs en Allemagne.
 
* Bibliographie : Parasız Yatılı [Un bourse pour l’internat], nouvelles (1971), Kuşatma [Le siège], nouvelles (1972), Benim Sinemalarım [Mes cinémas], nouvelles (1973), 47’liler [Génération de 47], roman (1974), Balkan Yolcusu, reportage (1974), Yeni Konuklar [Les nouveaux hôtes], reportage (1977), Ev Sahipleri [Les propriétaires], reportage (1981), Redife’ye Güzelleme, théâtre (1981), Gecenin Öteki Yüzü [L’autre face de la nuit], nouvelles (1982), Bir Güldeste, anthologie (1984), Gül Mevsimidir, nouvelle (1985), Berlin’in Nar Çiçeği, roman (1988), Lodoslar Kenti, poèmes (1991), İşte Bizim Rumeli / Bosna Hersek, Makedonya, Bulgaristan, Yunanistan, reportage (1994), Sevda Dolu Bir Yaz, nouvelles (1999).
 
ANTHOLOGIES / REVUES
* « L’autre face de la nuit » (Gecenin Öteki Yüzü), nouvelle extraite du recueil homonyme (1982), dans Anka n°5-6, Cergy, 1988.
* « Les nouveaux hôtes » (Yeni Konuklar), extrait du reportage homonyme (1977) dans Anka n°13-14, Cergy, 1991.
* « Une bourse pour l’internat » (Parasız Yatılı), nouvelle extraite du recueil homonyme (1971), traduite par Timour Muhidine et Aysegül Yaraman-Basbugu, dans Anthologie de nouvelles turques contemporaines, Paris, Publisud, 1990.
* Nouvelle, dans Caravanes n°4, Paris, Phébus,1994.
* Deux portraits de cinéastes : « Lütfi Ömer Akad. Son portrait : Traces de mémoire sociale dans l’art » et « Metin Erksan. Son portrait : Un cinéma de la passion », traduit par Serra Yılmaz et Mehmet Basutçu, dans Le Cinéma turc, Paris, Centre Georges Pompidou, 1996.
* « Dans les parcs de l’embarcadère », nouvelle, dans Istanbul réelle, Istanbul rêvée, Paris, L’Esprit des Péninsules, 1998.
* « Ah, mon bel Istanbul ! » (Ah ! Güzel Istanbul), nouvelle extraite du recueil Kuşatma [Le siège] (1972), traduite par Timour Muhidine, dans Paroles dévoilées, Paris, Arcantère / Unesco, 1997 / réédition dans Istanbul. Rêves de Bosphore, Paris, Omnibus, 2001.

Haut de page >

Dictionnaire des auteurs

Dictionnaire

Haut de page >

L'actualité de la librairie RSS FEED TWITTER FEED FACEBOOK FEED

Le billet de la librairie

  • Visages d'Albert Camus

    Le 4 Janvier 1960, Albert Camus disparaissait dans un accident de voiture. L’auteur de “L’étranger” (Folio) ou encore des “Justes” (Folio) laissait derrière lui une importante oeuvre littéraire et philosophique traversée par des questionnements moraux et politiques dont l’actualité ne cesse de trouver des échos aujourd’hui et parfois les plus inattendus comme en témoigne le succès récent de “La peste” (Folio). Alors soixante après sa disparition, quel est l’héritage philosophique et littéraire d’Albert Camus ? Et en quoi la publication de récentes correspondances nous éclairent-elles sur le soubassement intime de l’oeuvre ?

    10 mars 2020

    >> Lire la suite

Facebook