Newsletter







Identifiez-vous




La librairie

    • La librairie Compagnie
    • 58, rue des Ecoles
      75005 Paris
    • Téléphone
    • 01 43 26 45 36
    • Fax
    • 01 46 34 63 37
    • Horaires
    • du lundi au samedi de 10h30 à 20h15

ERDOGAN, Asli

[TURQUIE] (Istanbul, 1967). Aslı Erdoğan. Après des études scientifiques à Istanbul, elle a passé plusieurs années dans des centres de recherche en physique à l’étranger (Suisse, Brésil). Outre sa production romanesque, elle donne depuis 1991 des articles sur des questions de société dans le quotidien Radikal.
 
* Bibliographie : Kabuk Adam, roman (1994), Mucizevi Mandarin (Le Mandarin miraculeux), nouvelles (1996), Kırmızı Pelerinli Kent (La Ville dont la cape est rouge), roman (1998), Tahta Kuşlar / Holzvögel, nouvelles (1998), Bir Yolculuk Ne Zaman Biter, essai (2000), [Dans le silence de la vie] (2005).
 
ANTHOLOGIES / REVUES
* « Ali », « Conversation avec le spectre d’un ermite », dans Meet n°8, Saint-Nazaire, 2004.
* « François Daireaux, exposition “ Entrée” » (10 janvier-14 février 2004), texte d’Asli Erdogan. [Juvisy-sur-Orge, Essonne], Espace d’art contemporain Camille Lambert, 2004, 24 pages, épuisé.
* « Journal d’une détraquée », nouvelle, dans Jim n°8, Bleu autour, 2005.
* « De l’infini », extrait d’un ouvrage en cours, traduit par Madeleine Zicavo, dans Siècle 21 n°8, Paris, L’Esprit des péninsules, 2006.
 
 
LIVRES (Traductions)
Le Mandarin miraculeux (Mucizevi mandarin, 1997), nouvelles, traduit du turc par Jean Descat. [Arles, Bouches-du-Rhône], Éditions Actes Sud, « Textes turcs », 2006, 112 pages, 13.80 €
 
Une jeune étrangère marche dans l’obscurité. Sur les rives du lac Lérnan, elle se met en danger, dans les ruelles escarpées de Genève, les endroits mal famés, elle rôde à la nuit tombée. Depuis le départ de son amant, elle écrit le soir dans les cafés. Dans ces lieux trop éclairés, enfumés, parfois accueillants, elle fait le constat d’une jeunesse gaspillée, s’invente un double fictionnel, une femme belle et capable d’aimer. Puis elle repart dans l’ombre. Adolescente, déjà, elle bravait l’interdit en sortant très tard. Sur les rives du Bosphore, la peur était pour elle symbole de liberté, mais ses rencontres d’alors semblent l’avoir blessée à tout jamais. En silence, dans le noir, elle approche. L’amour a un œil de trop, dit-elle à ceux qui la menacent et qui soudain reculent en découvrant, à la lumière d’un réverbère, son nouveau visage...
À travers les rencontres et les souvenirs étranges de cette jeune femme, émigrée en Suisse pour fuir les interdits de son pays, ce livre aborde le thème du danger comme un défi, comme si la peur ne se situait pas dans les lieux du sordide mais se révélait, de façon insidieuse, au plus profond de l’âme et au moment précis où le manque d’amour devient insurmontable. [Quatrième de couverture]
 
 
La Ville dont la cape est rouge (Kırmızı Pelerinli Kent, 1998), roman, traduit du turc par Esin Soysal-Dauvergne. [Arles, Bouches-du-Rhône], Éditions Actes Sud, « Lettres turques », 2003, 210 pages, 18 €
 
Ozgür, une étudiante istanbuliote, arrive un jour à Rio en pensant loger chez un universitaire. Un taxi la conduit à l’adresse indiquée, où, malheureusement, on ne l’attend pas. Seule dans cette ville débordante de sensualité mais aussi de terreurs, elle décide de rester. Chaque jour, la violence se rapproche un peu plus, mais Ozgür repousse la peur, contourne la mort puis l’apprivoise. Chaque jour, la pauvreté l’étouffe davantage et le vertige l’attire, vers le fond, vers le cœur même de Rio de Janeiro, cette ville sublime qui, tout en se révélant lentement telle une créature infernale, va lui permettre d’écrire le livre de sa vie... [Quatrième de couverture]
 

Haut de page >

Dictionnaire des auteurs

Dictionnaire

Haut de page >

L'actualité de la librairie RSS FEED TWITTER FEED FACEBOOK FEED

Le billet de la librairie

  • Beauvoir en ses mémoires

    Romancière, essayiste, philosophe, intellectuelle engagée et militante féministe, Simone de Beauvoir fait son entrée dans La Pléiade avec la publication de ses “Mémoires”, et de l'album annuel qui lui est consacré. Plus de cent ans après sa naissance, celle qui fut considérée comme la prêtresse des lettres françaises et l’avocate de la cause des femmes demeure plus que jamais au centre de l’actualité. Simone de Beauvoir incarne aujourd’hui la réalité complexe d’une femme qui traversa presque toute l’histoire du XXè siècle.

    28 mai 2018

    >> Lire la suite

Facebook