Newsletter







Identifiez-vous




La librairie

    • La librairie Compagnie
    • 58, rue des Ecoles
      75005 Paris
    • Téléphone
    • 01 43 26 45 36
    • Fax
    • 01 46 34 63 37
    • Horaires
    • du lundi au samedi de 10h30 à 20h15

CETIN, Fethiye

[TURQUIE] (Maden, Elazığ, 1950). Fethiye Çetin. Journaliste et avocate, militante des droits de l’homme.
 
LIVRE (Traduction)
Le Livre de ma grand-mère (Anneannem, 2005), récit, traduit du turc par Alexis Krikorian et Laurence Djolakian. [La Tour-d’Aigues, Vaucluse], Éditions de l’Aube, « Regards croisés », 2006, 144 pages, illustrations en noir et blanc, 14.60 €
 
« Sa grand-mère avait l’habitude de répéter : “ Ce n’est pas des morts qu’il faut avoir peur, mais des vivants. ” Ces paroles, l’avocate turque Fethiye Çetin ne les a comprises que beaucoup plus tard, quand la vieille dame lui a raconté les scènes d’épouvante qui hantaient ses cauchemars. Dans les provinces orientales de Turquie, ces “ Arméniens secrets ” portent un surnom - terrible - les “ restes de l’épée ”. », a écrit Ursula Gauthier dans le portrait de l’auteur publié dans Le Nouvel Observateur en 2005. Fethiye Çetin retrace pour les siens, pour nous, l’histoire douloureuse d’Heranus Gadarian, sa grand-mère arménienne, qui, en 1915, assista au massacre de sa famille avant d’être enlevée par un soldat turc alors qu’elle avait à peine dix ans.
Ce livre prend le lecteur au cœur, à la gorge. Il résonne tel un hymne étonnant, et magnifique, à ces familles déchirées par des massacres - ou un génocide - dont les enfants sont amenés à découvrir leurs origines au travers de révélations nécessairement douloureuses. [Quatrième de couverture]
 

Haut de page >

Dictionnaire des auteurs

Dictionnaire

Haut de page >

L'actualité de la librairie RSS FEED TWITTER FEED FACEBOOK FEED

Le billet de la librairie

  • Modernité Viennoise

    Entre 1870 et 1920, Vienne fut le coeur intellectuel et artistique de l’Europe. On appelle ainsi “Modernité viennoise”, cette période faste qui participa d’un renouvellement en profondeur d’une vision du monde plaçant l’humain et la quête de soi au centre de toutes les préoccupations. Tous les artistes rejettent les conventions de leur époque et les illusions de leurs pères : “à la raison, ils opposent le sentiment, aux normes sociales contraignantes, ils substituent la libération des instincts, à l’empire multinational, ils préfèrent une terre promise à découvrir”.

    26 octobre 2018

    >> Lire la suite

Facebook