Newsletter







Identifiez-vous




La librairie

    • La librairie Compagnie
    • 58, rue des Ecoles
      75005 Paris
    • Téléphone
    • 01 43 26 45 36
    • Fax
    • 01 46 34 63 37
    • Horaires
    • du lundi au samedi de 10h30 à 20h15

BETTI, Ugo

 

(Camerino, Marches, 1892 - Rome, 1953). Engagé volontaire en 1915 et prisonnier en Allemagne, il commence à écrire des poèmes. Revenu en Italie, il devient magistrat à Parme puis à Rome. Dans les années 30, il met au point un type particulier de pièce, le drame-enquête. Ce théâtre-procès, tragique et mystique, romantique et allégorique, dénonciateur et ambigu, s'appuyant sur une technique rigoureuse, a fait de lui le plus grand dramaturge italien après Pirandello.

Un beau dimanche de septembre (Una bella domenica di settembre, 1937), théâtre, traduit par Huguette Hatem. L’Avant-Scène Théâtre n° 214, 1960, 36 p., épuisé.

Pas d'amour. Irène innocente (Lotta sino all'alba, 1945 ; Irene innocente, 1947), théâtre, traduit par Maurice Clavel. Le Seuil, 1954, 160 p., épuisé - réédition : L. G. F. « Le Livre de poche » n° 3648, 1973, 282 p., épuisé.

L’Île des chèvres (Delitto all’isola delle capre, 1946), théâtre, traduit par Maurice Clavel. Le Seuil, 1953, 144 p., épuisé - rééditions : Paris-Théâtre n° 75, 1953, 64 p., épuisé ; L. G. F. « Le Livre de poche » n° 3103, 1971, 160 p., épuisé.

Haute-Pierre (La pietra alta, 1948), roman traduit par Jacques Brosse. Le Seuil, 1956, 200 p., épuisé.

- La Reine et les insurgés (La regina e gli insorti, 1949), théâtre, traduit par Yves Brainville. Le Seuil, 1956, 168 p., épuisé.


Haut de page >

Dictionnaire des auteurs

Dictionnaire

Haut de page >

L'actualité de la librairie RSS FEED TWITTER FEED FACEBOOK FEED

Le billet de la librairie

  • Victor Segalen

    Lorsqu’il meurt le 21 Mai 1919 dans la forêt de Huelgoat, Victor Segalen n'a publié que trois livres de son vivant, “Stèles”, “Peintures” et “Les Immémoriaux". Depuis cette date, après une période d’oubli relatif, sa renommée n'a cessé de grandir, s’élargissant au-delà d’un cercle de fidèles lecteurs, faisant de Segalen un “contemporain capital”, reconnu par des écrivains aussi différents que Pierre-Jean Jouve, Philippe Jaccottet ou Edouard Glissant. Sa publication dans La Pléiade ces jours-ci est ainsi la consécration d’une œuvre qui fut, pour une large part, posthume.

    24 novembre 2020

    >> Lire la suite

Facebook