Newsletter







Identifiez-vous




La librairie

    • La librairie Compagnie
    • 58, rue des Ecoles
      75005 Paris
    • Téléphone
    • 01 43 26 45 36
    • Fax
    • 01 46 34 63 37
    • Horaires
    • du lundi au samedi de 10h30 à 20h15

Vous êtes ici : Accueil > L'actualité > Liste des billets de la librairie Compagnie > Des Discours coloniaux

le billet de la librairie

  • Des Discours coloniaux

    Au coeur de l’historiographie française et internationale, les études coloniales ont pris ces dernières années un large essor, dans une politique volontariste de décloisonnement des disciplines et l’acceptation apaisée mais résolument critique par nos sociétés contemporaines de leur passé impérial.

    Dans son ouvrage “Introduction aux discours coloniaux”, Norbert Dodille revient, par une approche thématique, sur les différents discours tenus par les français concernant leur empire colonial. De la moitié du XIXe siècle jusqu'à la fin de la Seconde Guerre mondiale, en se basant sur un corpus littéraire particulièrement important, il dissèque les différentes manières d'exprimer "le sentiment colonial". Politique, économique ou de propagande, c'est aussi par la littérature que le discours s'inflitre, véhiculant selon les périodes l'idée même de l'Empire, sa grandeur ou sa nécessité. L’auteur montre surtout “qu’il n’y a pas un discours colonial, unique, monolithique, mais des discours qui se développent dans différents champs du savoir, à l’intérieur desquels ils se problématisent et se démultiplient à nouveau.”

    Issu de sa thèse de doctorat, le livre de Pierre Singaravélou, “Professer l’Empire” nous offre lui aussi un regard renouvelé sur un autre type de discours, celui des “sciences coloniales”, dont il analyse avec détail la mise en place dans un contexte politique ou universitaire. Il étudie ainsi la manière dont se sont installés les différents débats qui ont divisés les milieux scientifiques sous la IIIe République pour la reconnaissance ou non d’une “science coloniale”.

    On peine aujourd’hui à imaginer les combats de certains pour l’instauration d’enseignements coloniaux spécifiques dans les universités, contre la volonté de ceux qui ne voyaient là qu’un aspect supplémentaire à intégrer dans les disciplines déjà dispensées. Au-delà de ces débats, l’auteur s’attache à différencier avec précision ces mêmes disciplines et la manière dont elles se sont peu à peu transformées. Alors qu’aucun fondement ni dogme ne peut être déterminé, il montre comment cette époque où les sciences humaines se sont largement inspirées du colonialisme forme ce qu’il appelle très justement “le moment colonial”.

    Pierre Singaravélou participe également à l’ouvrage collectif “Atlas des empires coloniaux” qui dans une belle synthèse et un travail cartographique méticuleux nous retranscrit toute la complexité de ces sociétés coloniales. Cartes après cartes, “l’atlas tend a restituer la variété des situations coloniales, qu’il s’agisse de statuts ou de configurations locales.” Il illustre également les différentes formes de dominations mises en place, et les ramifications politiques, économiques et humaines qui en résultent.

    C’est donc au croisement de la littérature, de l’anthropologie ou de l’histoire, que les sociétés coloniales se découvrent aujourd’hui et permettent une mise en regard renouvelée de ce “sentiment d’exotisme” jadis chanté, mais aux lourdes conséquences politiques et humaines. Une littérature qui peut être troublante ou saisissante, à l’image du texte de Eric Vuillard, “Congo”, dans lequel l’auteur donne voix à la brutalité même du colonialisme et de ses ravages et où il écrit : “Le monde entier devint soudain une ressource. Ce fut le dernier émerveillement, l’assouvissement de toutes nos soifs.”

    12 mai 2012 Partager

    >> Voir la liste des billets publiés

L'actualité de la librairie RSS FEED TWITTER FEED FACEBOOK FEED

Les Evénements

  • Alain Mabanckou au Collège de France

    Pour accompagner la leçon inaugurale et les cours d'Alain Mabanckou au Collège de France, retrouvez ses textes ici

    LETTRES NOIRES : DES TENEBRES A LA LUMIERE
    MABANCKOU ALAIN : LETTRES NOIRES : DES TENEBRES A LA LUMIERE (FAYARD - )

    Prix : 10.20 €

    >> Commander un exemplaire

Découvrir tous les événements >>

Les Rencontres/Dédicaces

  • Jeudi 12 mai à 18h30

    Rencontre autour de l'ouvrage collectif  "Constantinople 1453 : des Byzantins aux Ottomans, textes et documents" aux Editions Anacharsis

    CONSTANTINOPLE 1453, DES BYZANTINS AUX OTTOMANS
    DEROCHE VINCENT / VATIN NICOLAS : CONSTANTINOPLE 1453, DES BYZANTINS AUX OTTOMANS (ANACHARSIS - )

    Prix : 45.00 €

    >> Commander un exemplaire dédicacé

  • Mercredi 18 mai à 18H30

    Rencontre avec Annie ERNAUX pour "Mémoire de fille" aux Editions Gallimard 

    MEMOIRE DE FILLE
    ERNAUX ANNIE : MEMOIRE DE FILLE (GALLIMARD - )

    Prix : 15.00 €

    >> Commander un exemplaire

  • Jeudi 19 mai à 18h30

    Rencontre avec Pierre DARDOT et Christian LAVAL pour "Ce cauchemar qui n'en finit pas : comment le néolibéralisme defait la démocratie" aux Editions de La Découverte (parution le 04/05)

  • Mercredi 25 mai à 18h30

    Rencontre avec Alain MABANCKOU pour l'ensemble de son oeuvre (Editions du Seuil) et à l'occasion de la parution de sa leçon inaugurale au Collège de France "Lettres noires : des ténèbres à la lumière" (EditionsFayard)

    LETTRES NOIRES : DES TENEBRES A LA LUMIERE
    MABANCKOU ALAIN : LETTRES NOIRES : DES TENEBRES A LA LUMIERE (FAYARD - )

    Prix : 10.20 €

    >> Commander un exemplaire

Découvrir toutes les rencontres >>

Le billet de la librairie

  • Des Discours coloniaux

    Au coeur de l’historiographie française et internationale, les études coloniales ont pris ces dernières années un large essor, dans une politique volontariste de décloisonnement des disciplines et l’acceptation apaisée mais résolument critique par nos sociétés contemporaines de leur passé impérial.

    12 mai 2012

    >> Lire la suite

Facebook